02/03/2008

Le Drapeau Belge



 

 Les deux premiers drapeaux belges ont été cousus par Madame Abts-Ermens (originaire de la ferme In Voscapel, à la chaussée de Louvain)fin août 1830 pour remplacer les étendards français accrochés sur l’Hôtel de Ville de Bruxelles

 


 

La nuit du 26 août 1830, c'est à l'Hôtel de Ville que sort le premier drapeau belge. La révolution éclata après une représentation de l'opéra la Muette de Portici d'Auber qui eu lieu la veille à la Monnaie de Bruxelles. "Amour sacré de la Patrie" chanté met le feu dans les esprits et l'insurrection révolutionnaire se déclenche. Le 23 septembre, les troupes hollandaises envahissent Bruxelles mais elles sont repoussées autour du parc de Bruxelles. La Brabançonne y est chantée. La nuit du 26 au 27, les Hollandais battent en retraite. Le 4 octobre, l'indépendance est proclamée. La monarchie est ensuite choisie et Léopold Ier de Saxe Cobourg Gotha prendra sa place sur le trône.


C’est le journaliste Edouard Ducpétiaux qui les a commandés. Pour cela, il a repris les couleurs utilisées lors de la révolution ‘brabançonne’ (version 1)

En 1789-1790, ces couleurs ont été utilisées, non parce qu’elles étaient celles du drapeau Brabançon, mais parce qu’elles étaient celles du régiment du Général Van der Mersch.

Les couleurs du drapeau belge sont noir-jaune-rouge, celles du drapeau roumain bleu foncé-jaune-rouge.

En 1830, le drapeau allemand n’existait pas puisque l’Allemagne a été créée en 1870 dans la Galerie des Glaces à Versailles. Les couleurs de la Prusse étaient noir-blanc, celles de la Bavière blanc-bleu. Ensuite, les couleurs de la nouvelle Allemagne étaient encore noir-blanc-rouge. Léopold  Ier est de Saxe, l’Allemagne n’existant pas en tant que telle à l'époque.

La disposition horizontale des couleurs nationales peut surprendre un visiteur non averti. Il faut se souvenir que le 26 août 1830, le premier drapeau belge arboré à l’Hôtel de Ville de Bruxelles reprenait dans ce sens les couleurs des patriotes lors de la Révolution brabançonne de 1787-1790 : rouge (en haut), jaune et noir. Cet emblème combinait les couleurs des écus du Brabant, de Flandre, de Hainaut et de Namur.
Le 23 janvier 1831, un arrêté du Gouvernement provisoire adopta la disposition verticale, où le rouge est placé du côté de la hampe. Quelques mois plus tard, une dépêche du ministère de l’intérieur inversera l’ordre des couleurs …
[lire E. Fivet, Les drapeaux de 1830-1831 - Namurcum, n° 1, mars 1925, pp.1-5]

Drapeau de la Belgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Drapeau de la Belgique
Drapeau de la Belgique
UtilisationDrapeau d'État et de guerre
Proportions13:15
Adoption12 octobre 1831
ÉlémentsTricolore de bandes noir, jaune et rouge de même taille
 Drapeau civil et pavillon civil (Ratio 2:3)
Drapeau civil et pavillon civil (Ratio 2:3)
 Tricolore datant de 1830 répartie horizontalement
Tricolore datant de 1830 répartie horizontalement
Couleurs dites « de la Révolution brabançonne » (1789)
Couleurs dites « de la Révolution brabançonne » (1789)

Le drapeau de la Belgique est composé de trois bandes verticales noire (coté de la lance), or et rouge. L'article 193 de la Constitution (version 1994) mentionne les couleurs, les armes et la devise nationale : "La Nation belge adopte les couleurs rouge, jaune et noire, et pour armes du Royaume le Lion Belgique avec la légende : L'UNION FAIT LA FORCE."

Sommaire

[masquer]

Histoire du drapeau [modifier]

À la suite de la représentation de la Muette de Portici, le premier drapeau déployé le 25 août à Bruxelles après les manifestations du Théâtre de la Monnaie fut le drapeau français[1] . Il fut confectionné à partir des rideaux de l’appartement du rédacteur en chef d’un journal pro-hollandais qui avait été détruit par les révolutionnaires belges[2].

Ce drapeau fut placé sur l’Hôtel de Ville, mais le 26 août Édouard Ducpétiaux l’enleva et le substitua par le drapeau brabançon décoré de la croix de fer[3] . Le 28 août, à la demande de Lucien Jottrand, Ducpétiaux se rend vers la Grand-Place, et à quelques pas de là, au coin de la rue de la Colline, entre dans le magasin d'aunage des époux Abts por y demander la confection de deux drapeaux. Marie Abts confectionne sans tarder ces drapeaux composés de trois bandes de mérinos, placés horizontalement. Le premier ira flotter à l'Hôtel de Ville à la place de l'étendard français ; le second est pris en charge par un ami de Ducpétiaux, Alexandre Vanhulst, afin d'être brandi à la tête de la première compagnie de la Garde bourgeoise et de rallier le peuple bruxellois à la cause nationale.

La mythologie patriotique veut que ce drapeau tricolore, repris en 1830, ait déjà été celui de la révolution brabançonne de 1787-1790.

En réalité les drapeaux utilisés lors de la Révolution brabançonne étaient ornés d’armoiries, de figures religieuses ou allégoriques[4] . Pas un seul drapeau à bandes « noire-jaune-rouge » n’est mentionné dans les inventaires des emblèmes pris par les Autrichiens lors de la reconquête des États-belgiques-unis[5].

Le drapeau qui remplace alors le drapeau français n’est pas directement inspiré de celui de la Révolution brabançonne ; mais les couleurs brabançonnes ont inspiré Lucien Jottrand, avocat et journaliste à la rédaction du Courrier des Pays-Bas, pour l’élaboration d’un nouveau drapeau.

Il est intéressant de remarquer que pour une Révolution, qui est par définition une rupture, les Belges ont voulu voir dans ce drapeau national la renaissance d’une bannière plus ancienne, même si elle n’a aucune réalité historique, ce qui en dit long sur la récupération idéologique du passé dont la Belgique est friande en ce début de régime pour légitimer historiquement son existence[6].

Quoiqu’il en soit le 30 septembre, le gouvernement provisoire adopte officiellement le drapeau national, imité bientôt par le Congrès national et le 30 octobre toute l'armée, y compris les Gardes urbaines, est tenue de porter la cocarde nationale noir-jaune-rouge. Quelques mois plus tard, un arrêté du gouvernement provisoire du 23 janvier 1831, décrète la disposition verticale des couleurs, le rouge à la hampe. Le 7 février le drapeau national fait l'objet d'un article de la Constitution, et, le 12 octobre, sous l'impulsion du département de la marine qui veut faire concorder le pavillon maritime et le drapeau national, le noir vient à la hampe.

Description [modifier]

Le drapeau belge se compose de trois bandes d'égale largeur, noire, jaune et rouge, placées verticalement, et de proportions telles que la longueur du drapeau est à sa hauteur comme quatre est à trois.

L'ancienne disposition horizontale des couleurs fera une dernière fois son apparition vers septembre 1832 lorsqu'un arrêté royal octroie des drapeaux d'honneur, non destinés à être arborés, à cent communes qui s'étaient distinguées lors de la libération du territoire. Ces drapeaux commémorant les journées de 1830 respectent logiquement la disposition horizontale primitive des couleurs : trois bandes verticales noir, jaune et rouge.

Les couleurs du drapeau belge sont celles de l'écu de l'ancien duché de Brabant. Il représentait un lion d'or (jaune) sur fond de sable (noir), griffes et dents de gueules (rouge).

Sources [modifier]

  • J. Cuvelier, Le drapeau de la Belgique, Bruxelles, 1927, dans le Bulletin de l'Académie de Belgique, 5e série, tome XIII, pp. 234-260.
  • A. de Guerlache de Gomery, Comment naquit notre drapeau, dans Revue belge, n° spécial de septembre 1930.
  • L. Lecomte, Comment naquit notre drapeau, dans Carnet de la Fourragère, 2e série, n° 6, pp. 481-493.

15:34 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.