18/03/2008

Complément d'information : INAUGURATION OFFICIELLE DU MEMORIAL EN L'HONNEUR DU PILOTE AMERICAIN "BOB" MERCER ET DE SES 8 COMPAGNONS D'EQUIPAGE

Voici un complément d'information déjà préannoncé dans l'avis initial ci-après : Lettre de Monsieur le Bourgmestre et Echevins, datée du 18 mars 2008 " Mémorial de Kain la Tombe - Inauguration du 22 mai 2008".

Cher Monsieur,    Nous avons le plaisir de vous informer que le Collège Echevinal a décidé de patronner la cérémonie d'inauguration de la stèle commémorative au pilote américain Robert Mercer, le 22 mai à 10.30 h.     Le Collège sera représenté à cette manifestation du Souvenir par Monsieur le Bourgmestre Christian Massy et les Echevins qui le souhaitent.     Monsieur le Bourgmestre prononcera un discours au cours de cette inauguration.     Une gerbe sera déposée au nom de l'Administration communale.     Une réception sera offerte par l'Administration Communale sur le site de l'école communale des Apicoliers au terme de cette manifestation. (...)

-L'Ecole des Apicoliers se trouve à la rue des Ecoles à quatre cents mètres de l'église de Kain la Tombe ... ou une marche de 6 à 7 minutes.

Toutes les personnes, voulant rendre hommage, en même temps que nous, à la mémoire de ces courageux jeunes aviateurs américains, sont donc les bienvenues.   Invitation à tous.                         Jacques De Ceuninck  -  La Lorgnette

AVIS INITIAL 

En date du jeudi 13 mars 2008, le Collège des Bourgmestre et Echevins de la ville de Tournai a rendu officielle la date du 22 MAI 2008 comme jour de l'inauguration du mémorial, érigé en souvenir du sacrifice du jeune pilote américain, Robert V. MERCER, resté aux commandes de son quadrimoteur B-17G en feu, afin d'éviter l'écrasement sur Tournai, l'église de Kain-la-Tombe, la petite école et les maisons environnantes, qui aurait entraîné une épouvantable catastrophe humaine.

Les cérémonies, sous le patronage de la Ville de Tournai, débuteront au pied du mémorial, face à l'église de Kain-la-Tombe à 10.30 heures en présence de nombreuses personnalités civiles, militaires, patriotiques, belges et américaines.

La régionale du Tournaisis des "Médaillés et Décorés" avait eu, en mai 2005, l'immense honneur de recevoir et d'honorer un des 7 survivants de 1945, l'opérateur-radio LYLE GRAESSER, âgé à ce jour de 87 ans.

D'autres précisions suivront rapidement. 

Les photos : 1/ le valeureux et malheureux pilote  - 2/lui-même et son équipage deux mois avant la catastrophe.

B-17G-KAIN-Robert MERCER Pilote n°1 du B-17 - KAIN
Mercer's crew1 - Test PHOTO
Jacques De Ceuninck " La Lorgnette"

 

11:18 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/03/2008

Jean-Marie Delmotte,Grand Chancelier National

C'est par un score à la soviétique que l'assemblée générale nationale de ce 08/03/08 a élu notre ami Jean-Marie Delmotte au poste de Grand Chancelier National  ; c'est ainsi le deuxième tournaisien qui, en peu de temps, accède au Comité National.

Nous lui souhaitons un long et fructueux mandat en lui adressant encore toutes nos amicales félicitations.  

C'est très volontiers que ses amis tournaisiens accepteront le verre de l'amitié qu'il ne manquera pas de leur offrir à l'occasion de cette importante promotion...

La nouvelle a aussitôt envahi les rédactions comme d'habitude...

 CNN NEWS...tvbbcdr45nsxhwz45jq3dfqqkD901858

DELMOTTE_JM_-_GD_CHANC._NATL

Jean-Marie Delmotte

15:27 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

2008 - 8 mars - EN ROUTE POUR CHARLEROI - Assemblée générale statutaire nationale -

Ce samedi 8 mars a eu lieu à Charleroi, l'assemblée générale statutaire nationale des Médaillés et Décorés de Belgique.

La rédaction de "LA LORGNETTE" et ses divers correspondants en mission se coupent en 4 pour vous, chers membres et amis de partout des MEDAILLES et DECORES DE BELGIQUE,

LES PHOTOS DE CES MOMENTS INOUBLIABLES ?   VOIR LE BLOG  !

Mais déjà, afin de vous mettre l'eau à la bouche ...

Clin d'oeil Notre voyage vers "LA GARENNE" à CHARLEROI, près du bien connu "Spiroudôme", pour l'importante "Assemblée générale statutaire nationale",  se passait, on ne peut mieux. Dans la seconde voiture de notre ami André, nous suivions notre premier véhicule ... Certes, Mr de La Palice en aurait dit autant mais aurait utilisé le mot "carrosse". C'est bien normal ; à un moment donné, nous sommes entrés dans l'importante agglomération carolo.  Notre voiture n°1 : une Mercedes ! On la suivait ; pour tout vous dire : virage à gauche, virage à droite, revirage à gauche, Noon, à droite ! j' te dis qu'c'est à gauche etc. etc. 

TOUT A COUP, peut-être un miracle mais surgissant de mon subconscient, y enfoui depuis des années, allez savoir pourquoi ? : un "FLASH" ! Je me suis retrouvé pendant quelques minutes ... en 1945 à Warchin, mon village natal au NE. de Tournai. J'étais dans mon école des garçons où maintenant, il y a le "Comité de Quartier" ; je me suis vu sur l'estrade, face à mes condisciples dont quelques-uns essayaient de me faire rire, mon dos au tableau noir, le bureau  de mon toujours regretté instituteur Abdon Vanoverschelde, à ma gauche. C'était l'heure de la "Déclamation" comme on disait à l'époque. Sur un petit signe de la tête du "mait' d' école", je m'étais courageusement lancé vers ...

LES DEUX CHEMINS

"Un enfant au bout d'une route -  trouva tout à coup deux chemins. -  Il s'arrêta, rempli de doûte,  -  roulant son châpeau dans ses mains.  -  Sur un arbre, une planche étroite  - portait une inscription peinte en noir. -   Fallait-il prendre à gauche, à droite  - ou bien rester là jusqu'au soir ?  -  Mais l'enfant ne savait pas lire.  -  Il eut beau se gratter le nez, -  la planchette ne put lui dire : -  C'est par ici, petit, venez ! ..."

 Moralité :

Quand te prinds un GPS  -  dins eine Mercedes  -  et que te pinses à  l' donner à t 'nouvieau Présidint   -  pour qui t'mout' èt' kémin  -  Et qu'in pluss, su l' sièch' arrièr',  -  t'as deux passagères qui,  -  l' preumière, elle dit toudis : "A gauche" "A gauche" et l'aut', "A droite" "A droite" -  et tout chà, au même momint.  -  Et bin, quind t'es dins l'auto qui suit, -  Te peux t' dire, qu' à c'momint-là, te n'te sins po bin et t'as comm' eul coeur malate !  -  Heureus'mint, qu' dins no' cariole  - notre chauffeur , notre André, au bout d'une route, trouva tout à coup deux chemins.  -  Il s'arrêta, Neooon ! Il RALENTIT, rempli de doûte ... Neooon ! SANS aucun doûte, et raconta :

"T'in fais po ! Dins l' Mercedes, i zéont un GPS  -  Qui a comme marque un néom comme "Gamin",  -  Ch'est l'machin d' not' nouvieau Présidint. -  Mais avec chà, qu'on dit c' qu'on veut, mais i roul'tent tout à leu' zaise ..."

N'impêche ! Comme chà, on est arrivés tertouss' ... in beonne santé.  On étéot tellmint contints qu'on a laissé eul portchière tout grant' ouvert' ! Et ch'est quelqu'un d' Charleroi qui est v'nu l'dire. I aveot même déjà sonné à l' polisse mais i n'ont pas du v'nir pasque Guy qui est chef là-d'dins,  i leu' za dit que ch' nétéot rien - Booooh ! Pour chà, n'tins fais poooos !  - On va aller à l' réuniéon national' et après, minger in morcieau et boire in keop ! Et après chà, on r'viendra vir' les Tournisiens.

Et mi, dins c' touillache ? Et beh, j'espère bin qui n' m'in voudreont pos, sineon pou' m' plache à "LA LORGNETTE" chà sint monvais ! Triste

Chers amis des "Médaillés et Décorés" de Belgique, de France et de Navarre, j'ai voulu "ressortir", juste pour cette gentille anecdote, notre bon vieux picard du Tournaisis. Il n'y a pas que le "Ch'Ti du Nord" de nos amis de France ! HEEEIN ! Certes, certains n'assimileront qu'imparfaitement, notre accent savoureux ; qu'ils nous pardonnent. Nous aussi, nous sommes avides d'entendre un peu de leur patois lors de prochaines réunions.

J'ose croire, qu'avant d'apprécier la magnifique série de photos dans ce blog, vous aurez pardonné mon intrusion ... linguistique.

 Jacques DCK "La Lorgnette"

15:15 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Jean-Jacques Viseur membre des médaillés et décorés de Belgique

 

Le Bourgmestre de Charleroi , ancien ministre des finances et député fédéral,
Mr Jean-Jacques Viseur, était présent lors de notre assemblée générale de ce 08/03/08 et séduit par l'action et l'idéal de l'association a tenu à s'y affilier séance tenante.

 

DSC09572

15:14 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Assemblée Générale nationale du 08/03/08 à Charleroi

 

 DSC09539

L'assemblée générale nationale de l'association s'est tenue ce 08 mars 2008 à Charleroi et était organisée par notre Président provincial Guy Misson et sa dynamique équipe .

De nombreux participants, venus de tout le pays, ont particpé à cette AG. 

Dès 10 h, le président Coelembier ouvrit la séance et aprés la minute de silence en mémoire des membres disparus et l'hymne national, il présenta les comptes de l'association dont le commissaire aux comptes André Lebailly certifia l'exactitude ; il  fit ensuite rapport des activités de l'année écoulée.

Les membres du comité furent reconduits dans leurs fonctions et le Président passa ensuite à l'élection du grand chancelier national ; un seul candidat restait en lice, à savoir le tournaisien Jean-Marie Delmotte.

Celui-ci recueillit, sans aucune difficulté, le quorum requis et fut donc installé dans ses fonctions, après avoir été chaleureusement applaudi par l'importante délégation tournaisienne, un peu chauvine sur les bords...

N'oubliant pas l'aspect philanthropique de l'association, le Président national remit au représentant de l'ASBL Siloé de Charleroi, qui s'occupe des enfants placés, un chèque de 500 € 

 Le Bourgmestre de Charleroi, Jean-Jacques Viseur,  tint à honorer notre assemblée de sa présence et fut particulièrement impressionné par l'hymne des médaillés, composé par notre ami Patrick Bulion qu'il félicita chaleureusement.

Mr Viseur tint à adhérer aussitôt à notre association. 

L'assemblée se clôtura par le traditionnel drink avec toast au Roi avant que les participants ne passent à table pour un copieux repas, agrémenté d'une animation musicale de qualité au cours de laquelle le commissaire Asselman nous surprit tous en démontrant des talents de chanteur insoupçonnés ( what a wonderful world ...)

L'assemblée générale de 2009 se tiendra à Ypres.

Photos : Jacques De Ceuninck " La Lorgnette" sauf mentions spéciales

DSC09542
Le comité et les drapeaux

DSC09546
L'assistance avec notamment nos amis français menés par Gustave  Desomberg à gauche, Louis Dufossé et Régis Goret   -   Deuxième à partir de la gauche : notre secrétaire-trésorier Jean-Marie Delmotte sur des charbons ardents dans l'attente de son élection...

DSC09550
André Lebailly (commissaire aux comptes)

DSC09551
Yves Asselman et Norbert Somvil

DSC09553
La remise du chèque de 500 € à l'ASBL Siloé qui s'occupe des enfants placés par le juge

DSC09557
Mr Viseur, bourgmestre de Charleroi

DSC09560
Le comité écoute l'hymne des médaillés

DSC09563
Mr Viseur félicite Patrick Bulion

DSC09567
le Président national devant les drapeaux

DSC09570
Photo de groupe des participants

DSC09572
Mr Viseur signant son acte d'affiliation à l'association des médaillés sous le regard attentif du Président national

DSC09576
Comme d'habitude, notre ami Norbert Somvil fit montre de ses talents de poète

DSC09581
photo de famille pour nos amis policiers de tout le pays...

DSC09574
notre "rédacteur en chef" grand reporter, entouré de ... son équipe personnelle de futsal... Embarrassé Hum !

Photos ci-dessous : Guy Misson

 P1010103 FRC

Marie Thérèse Sixte aux petits soins avec ses hôtes français Régis Goret, Gustave Desomberg et Louis Dufossé à droite.

P1010164 FRC

Mr Gustave Desomberg Président de la régionale Nord France

 P1010165 FRC

Louis Dufossé

P1010155 Mr.Asselman chante

P1010137

P1010140

P1010129

P1010120

 

P1010096

une porte trop étroite pour l'imposante carrure du président de la régionale du Tournaisis ?

DSC09570

P1010163 FRC à droite

P1010151 Mr.Asselman chante

"What a wonderful world..." sung by Mr Asselman ! Thank you, Sir ! Actually that was wonderful and ... too short !Clin d'oeil

 P1010166

Ubi tu Gaius  Ego Gaia !

P1010156

P1010125

P1010124

P1010115

Mr et Mme Fernand Antoine (ancien Sénateur Bourgmestre de Gerpinnes )

P1010099

 

15:09 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/03/2008

Conseil d'administration 2008 de la régionale du Tournaisis

Conseil d’administration de la

Régionale du Tournaisis – 2008

Président régional   

Masy Christian    8, Rue Massenet         7500-Tournai     0478 333009  

Vice-Président  Chancelier      

Pirard Félicien  43, Chée Montgoméry     7611-La Glanerie  069 64 88 30
                                                          

Vice-Président    

Pochart Jean-Philippe   47, Rue Childéric 7500-Tournai       069 76 66 08

Secrétaire-Trésorier - Grand-chancelier national

Delmotte Jean-Marie  Rue Machin, 327  7531-Havinnes  069 54 83 04

Administratrice honoraire  Madame Monique Callaert-Monart

Administrateurs     

Lebailly André     Rue Duquesnoy  27   7500-TOURNAI  Responsable du protocole et des relations avec les autorités civiles 

Scyeur Richard    Rue du Nord 37        7500-Tournai    Responsable du protocole et des relations avec les autorités militaires.

Spriet Guy   Porte-drapeau  Résidence Vert-Marais 25       7540-Kain

Geets Pol     Porte-drapeau

Debrauwere Dominique

Lecrit Daniel

Bulion Patrick

De Ceuninck Jacques    Résidence des Peupliers 66   7500-Tournai      069 21 03 77      Secrétaire de rédaction de "LA LORGNETTE"

       Adresse courriel       MDBTournai@hotmail.com

16:56 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/03/2008

Le Drapeau Belge



 

 Les deux premiers drapeaux belges ont été cousus par Madame Abts-Ermens (originaire de la ferme In Voscapel, à la chaussée de Louvain)fin août 1830 pour remplacer les étendards français accrochés sur l’Hôtel de Ville de Bruxelles

 


 

La nuit du 26 août 1830, c'est à l'Hôtel de Ville que sort le premier drapeau belge. La révolution éclata après une représentation de l'opéra la Muette de Portici d'Auber qui eu lieu la veille à la Monnaie de Bruxelles. "Amour sacré de la Patrie" chanté met le feu dans les esprits et l'insurrection révolutionnaire se déclenche. Le 23 septembre, les troupes hollandaises envahissent Bruxelles mais elles sont repoussées autour du parc de Bruxelles. La Brabançonne y est chantée. La nuit du 26 au 27, les Hollandais battent en retraite. Le 4 octobre, l'indépendance est proclamée. La monarchie est ensuite choisie et Léopold Ier de Saxe Cobourg Gotha prendra sa place sur le trône.


C’est le journaliste Edouard Ducpétiaux qui les a commandés. Pour cela, il a repris les couleurs utilisées lors de la révolution ‘brabançonne’ (version 1)

En 1789-1790, ces couleurs ont été utilisées, non parce qu’elles étaient celles du drapeau Brabançon, mais parce qu’elles étaient celles du régiment du Général Van der Mersch.

Les couleurs du drapeau belge sont noir-jaune-rouge, celles du drapeau roumain bleu foncé-jaune-rouge.

En 1830, le drapeau allemand n’existait pas puisque l’Allemagne a été créée en 1870 dans la Galerie des Glaces à Versailles. Les couleurs de la Prusse étaient noir-blanc, celles de la Bavière blanc-bleu. Ensuite, les couleurs de la nouvelle Allemagne étaient encore noir-blanc-rouge. Léopold  Ier est de Saxe, l’Allemagne n’existant pas en tant que telle à l'époque.

La disposition horizontale des couleurs nationales peut surprendre un visiteur non averti. Il faut se souvenir que le 26 août 1830, le premier drapeau belge arboré à l’Hôtel de Ville de Bruxelles reprenait dans ce sens les couleurs des patriotes lors de la Révolution brabançonne de 1787-1790 : rouge (en haut), jaune et noir. Cet emblème combinait les couleurs des écus du Brabant, de Flandre, de Hainaut et de Namur.
Le 23 janvier 1831, un arrêté du Gouvernement provisoire adopta la disposition verticale, où le rouge est placé du côté de la hampe. Quelques mois plus tard, une dépêche du ministère de l’intérieur inversera l’ordre des couleurs …
[lire E. Fivet, Les drapeaux de 1830-1831 - Namurcum, n° 1, mars 1925, pp.1-5]

Drapeau de la Belgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Drapeau de la Belgique
Drapeau de la Belgique
UtilisationDrapeau d'État et de guerre
Proportions13:15
Adoption12 octobre 1831
ÉlémentsTricolore de bandes noir, jaune et rouge de même taille
 Drapeau civil et pavillon civil (Ratio 2:3)
Drapeau civil et pavillon civil (Ratio 2:3)
 Tricolore datant de 1830 répartie horizontalement
Tricolore datant de 1830 répartie horizontalement
Couleurs dites « de la Révolution brabançonne » (1789)
Couleurs dites « de la Révolution brabançonne » (1789)

Le drapeau de la Belgique est composé de trois bandes verticales noire (coté de la lance), or et rouge. L'article 193 de la Constitution (version 1994) mentionne les couleurs, les armes et la devise nationale : "La Nation belge adopte les couleurs rouge, jaune et noire, et pour armes du Royaume le Lion Belgique avec la légende : L'UNION FAIT LA FORCE."

Sommaire

[masquer]

Histoire du drapeau [modifier]

À la suite de la représentation de la Muette de Portici, le premier drapeau déployé le 25 août à Bruxelles après les manifestations du Théâtre de la Monnaie fut le drapeau français[1] . Il fut confectionné à partir des rideaux de l’appartement du rédacteur en chef d’un journal pro-hollandais qui avait été détruit par les révolutionnaires belges[2].

Ce drapeau fut placé sur l’Hôtel de Ville, mais le 26 août Édouard Ducpétiaux l’enleva et le substitua par le drapeau brabançon décoré de la croix de fer[3] . Le 28 août, à la demande de Lucien Jottrand, Ducpétiaux se rend vers la Grand-Place, et à quelques pas de là, au coin de la rue de la Colline, entre dans le magasin d'aunage des époux Abts por y demander la confection de deux drapeaux. Marie Abts confectionne sans tarder ces drapeaux composés de trois bandes de mérinos, placés horizontalement. Le premier ira flotter à l'Hôtel de Ville à la place de l'étendard français ; le second est pris en charge par un ami de Ducpétiaux, Alexandre Vanhulst, afin d'être brandi à la tête de la première compagnie de la Garde bourgeoise et de rallier le peuple bruxellois à la cause nationale.

La mythologie patriotique veut que ce drapeau tricolore, repris en 1830, ait déjà été celui de la révolution brabançonne de 1787-1790.

En réalité les drapeaux utilisés lors de la Révolution brabançonne étaient ornés d’armoiries, de figures religieuses ou allégoriques[4] . Pas un seul drapeau à bandes « noire-jaune-rouge » n’est mentionné dans les inventaires des emblèmes pris par les Autrichiens lors de la reconquête des États-belgiques-unis[5].

Le drapeau qui remplace alors le drapeau français n’est pas directement inspiré de celui de la Révolution brabançonne ; mais les couleurs brabançonnes ont inspiré Lucien Jottrand, avocat et journaliste à la rédaction du Courrier des Pays-Bas, pour l’élaboration d’un nouveau drapeau.

Il est intéressant de remarquer que pour une Révolution, qui est par définition une rupture, les Belges ont voulu voir dans ce drapeau national la renaissance d’une bannière plus ancienne, même si elle n’a aucune réalité historique, ce qui en dit long sur la récupération idéologique du passé dont la Belgique est friande en ce début de régime pour légitimer historiquement son existence[6].

Quoiqu’il en soit le 30 septembre, le gouvernement provisoire adopte officiellement le drapeau national, imité bientôt par le Congrès national et le 30 octobre toute l'armée, y compris les Gardes urbaines, est tenue de porter la cocarde nationale noir-jaune-rouge. Quelques mois plus tard, un arrêté du gouvernement provisoire du 23 janvier 1831, décrète la disposition verticale des couleurs, le rouge à la hampe. Le 7 février le drapeau national fait l'objet d'un article de la Constitution, et, le 12 octobre, sous l'impulsion du département de la marine qui veut faire concorder le pavillon maritime et le drapeau national, le noir vient à la hampe.

Description [modifier]

Le drapeau belge se compose de trois bandes d'égale largeur, noire, jaune et rouge, placées verticalement, et de proportions telles que la longueur du drapeau est à sa hauteur comme quatre est à trois.

L'ancienne disposition horizontale des couleurs fera une dernière fois son apparition vers septembre 1832 lorsqu'un arrêté royal octroie des drapeaux d'honneur, non destinés à être arborés, à cent communes qui s'étaient distinguées lors de la libération du territoire. Ces drapeaux commémorant les journées de 1830 respectent logiquement la disposition horizontale primitive des couleurs : trois bandes verticales noir, jaune et rouge.

Les couleurs du drapeau belge sont celles de l'écu de l'ancien duché de Brabant. Il représentait un lion d'or (jaune) sur fond de sable (noir), griffes et dents de gueules (rouge).

Sources [modifier]

  • J. Cuvelier, Le drapeau de la Belgique, Bruxelles, 1927, dans le Bulletin de l'Académie de Belgique, 5e série, tome XIII, pp. 234-260.
  • A. de Guerlache de Gomery, Comment naquit notre drapeau, dans Revue belge, n° spécial de septembre 1930.
  • L. Lecomte, Comment naquit notre drapeau, dans Carnet de la Fourragère, 2e série, n° 6, pp. 481-493.

15:34 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |