24/05/2008

KAIN-LA-TOMBE - INAUGURATION du MEMORIAL ROBERT MERCER et son EQUIPAGE - SUITE-

Les toutes dernières nouvelles de l'après-inauguration, relatées dans le journal américain "BLADEN JOURNAL" du 12 juin dernier, après le retour chez eux de nos cinq invités américains, membres de la famille du pilote MERCER, tous ravis de l'honneur de votre présence au mémorial et en pensée : 

Voir article suivant : "22.5.08 - 14.35 - Inauguration du monument Mercer à Kain ce 22.05.2008", après la série de photos. 

Clic sur ce lien de NO-TELE, notre télévision du Hainaut occidental

http://www.notele.be/index.php?option=com_content&task=view&id=2417&Itemid=31

B-17G_-_Mercer-His_crew_-_MAIL

Quelle journée pleine d'émotions, ce jeudi 22 mai 2008 !

Au total, plus de 200 "pictures" comme disent nos cinq visiteurs américains de la famille de Robert MERCER, le courageux pilote, ont été tirées. Parmi celles-ci, celles de Jean-Philippe Pochart. visibles dans le sujet initial : "Inauguration du Monument Mercer à Kain ce 22 mai 2008"

Pourtant, je n'ai pas résisté à vous présenter ce document, une toute simple photo, tirée par mon ami Jean-Claude Michel, certes recadrée, mais si pleine d'émotion qu'elle nous empêche presque de trouver les mots qui conviennent, pour sa légende.

La cérémonie est tout juste terminée ; beaucoup de larmes furtives ont été essuyées. Certes, moi aussi, pendant mon discours, cela a "serré à la gorge". Et tout-à-coup, en choisissant parmi plus de deux cents photos, mes yeux sont tombés sur celle que vous verrez ci-dessous.

Les instituteurs, les institutrices ont expliqué à leurs écoliers, le sens patriotique, le motif de leur déplacement à ce nouveau monument à gauche de l'église de Kain-la-Tombe. Ces enfants ont assisté patiemment, d'autres un peu moins, aux différents phases de la cérémonie. J'en ai même vu un, tenant un cahier et il notait, il notait à qui mieux mieux. Les drapeaux ont été inclinés ; on leur avait certainement expliqué le motif. Ils se sont écartés avec ordre lors du départ, de front, des militaires américains du peloton d'honneur.

Et puis, comme je l'ai écrit au début, tout s'est terminé ... sauf pour ces deux petites filles - j'ignore leur nom mais peut-être leur instituteur ou leur institutrice les reconnaitra.

Toujours curieux quand je travaille les photos, j'ai "zoomé" et mes yeux se sont ouverts, étonnés : les mains de ces deux petites filles sont jointes, elles sont en plein recueillement ; je parierai que les yeux de celle de gauche sont remplis de larmes ... ou presque.

Aucun mot ne peut mieux illustrer ce symbôle, si ardemment défendu, que l'impérissable "Relais de la Mémoire". Je pourrais encore parler et parler sur leur attitude devant le mémorial. Non, j'arrête et vous, chers lecteurs de notre BLOG, je vous laisse seuls juges. Donnez votre avis ! Moi, personnellement, je leur crie : "Bravo, les enfants ! Bravo à vous, les parents et enseignants, qui vous ont inculqué ce respect qui vous semble, à vous deux, jeunes filles, si naturel !

 Jacques De Ceuninck - "La Lorgnette" - Initiateur du projet "Mémorial Robert MERCER"

DSCN0466
Photo : JC. Michel

 

23:31 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Sur fond des hymnes nationaux, qu'ils allaient bien ensemble les drapeaux américain et belge, ce matin du 22 mai 2008 sur le parvis de l'église de Kain-La-Tombe. Ils flottaient côte à côte avec majesté pour célébrer l'abnégation et la mémoire d'un héros américain, pilote d'un B17, mort chez nous, loin de sa terre natale. Après 63 ans, Robert MERCER sera désormais des nôtres grâce à l'opiniâtreté de Jacques DE CEUNINCK. A l'inauguration de la stèle, j'ai ressenti et vu une émotion rare, empreinte d'un profond respect, partagée par les nombreux spectateurs: Anciens Combattants des Forces alliées, enfants des écoles, civils et militaires, descendants du pilote qui nous a donné sa vie et de ses collègues aviateurs. Un merci, un ENORME merci à Monsieur Jacques DE CEUNINCK.

Écrit par : Jean-Claude MICHEL | 28/05/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.