25/07/2011

De retour au pays

DRAPEAU DE L'OFFICE DES NATIONS UNIES - UNITED NATIONS - onu.jpg

Notre éminent expert des Nations Unies et combien modeste membre de notre Régionale du Tournaisis des Médaillés et Décorés de Belgique, Raymond DEBELLE nous écrit :

"Les efforts de ceux et celles qui ont livré combat pour reconquérir, voire préserver la paix, ne sont pas vains, nous devons cependant garder à l'esprit qu'ils ne doivent pas se tarir. Les récents événements tragiques qui viennent de blesser au plus profond la Nation norvégienne nous rappellent la fragilité de la quiétude dont nous bénéficions tous.

Depuis ce 21 juillet, je remarque qu'un vent nouveau souffle sur notre pays ; il est parfumé d'optimisme et m'en réjouis. Le suivi de ce qu'il convient de qualifier sur la scène belge de crise profonde, aura illustré la précarité des équilibres en place et n'aura pas manqué de raviver un extrémisme populiste, dont nous savons tous que les relents sont nauséabonds.

Je suis de retour au pays, pas pour longtemps, hélas.

A l'issue de mon second mandat au sein du Groupe d'experts des Nations Unies pour la RD Congo, j'ai été invité par la Banque Mondiale à conduire une étude sur la structure, le leadership, l'idéologie et l'impact de groupes armés étrangers qui sont actifs dans l'Est dde la RD Congo ainsi que des appuis dont ils bénéficient.

Par cette étude, j'adresse aux entités politiques et judiciaires actives sur la scène internationale, un aperçu des mécanismes sur lesquels reposent ces groupes ainsi que des recommandations pour les contrer.

Sa Majesté le Roi a d'ailleurs abordé dans son récent discours, la problématique de la violence dans l'Est de la RDC, notamment celle qui est exercée envers les femmes, cibles de prédilection des groupes armés, voire même de la soldatesque.

A l'issue de mon étude sur les groupes armés, j'ai été invité par le Secrétariat des Nations Unies à rejoindre le Groupe d'experts pour le Libéria. D'ici mi-octobre, je vais donc parcourir une autre région en situation post-conflit.

Dans l'Ouest africain, la crise ivoirienne qui se sera terminée par un changement de pouvoir, illustre ici encore la précarité de la paix.

Si ces exercices se concrétisent par un travail académique ( la production d'un rapport ou d'une étude ), ils s'effectuent sur le terrain, au plus près de la réalité et en contact avec les victimes, les témoins et bien entendu les acteurs des schémas de violence. Ce travail qui, faut-il l'avouer, est une passion, est guidé par l'humanisme. Il y a toutefois un prix à payer ; cet engagement n'est pas exempt de risque et m'emmène près de 10 mois par an, loin de ceux qui me sont chers. Je les remercie d'ailleurs du sacrifice consenti.

Cette année encore, j'espère avoir porté au plus haut, l'idéal de paix et de démocratie que prône la S.R.P.M.D.B. et justifie par la même occasion mes absences à vos assemblées.

Je clôturerai mon courrier par une citation d'Albert Einstein : "Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire" ...

Bien à vous  ---   Raymond Debelle

" Il n'y a pas de chemin trop long pour celui qui sait où il va" - Proverbe africain

FIN

14:21 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.