15/11/2012

REFLEXION EN FORME D'UN COUP DE GUEULE ...

Ce coup de gueule, je l'adresse à ceux qui souhaitent faire de notre pays un espace d'intolérance, à ceux qui prônent des valeurs identitaires basées sur l'exclusion, à ceux qui considèrent être dépositaires d'une certaine vérité, à ceux qui considèrent avoir le monopole de Dieu, mais également à ceux qui répondent à leurs provocations par d'autres provocations.

J'adresse enfin ce message à ceux qui font fi de la Constitution et des lois de notre pays, soit parce qu'ils les enfreignent, soit parce qu'ils abdiquent dans leur mandat de les faire respecter.

J'observe que l'espace public - dont Facebook - devient une arène où  s'échangent et s'amplifient des messages de plus en plus radicaux, réponses maladroites au spectre de la chape d'un extrémisme religieux dont certains rêvent, à terme, recouvrir notre société.

Si la peur qui alimente ces messages pouvait sembler légitime, leur teneur est d'autant plus inquiétante qu'elle me rappelle un passé, pas si lointain, fait de déportations, de miradors et de mort.

L'extrémisme que ces fous de Dieu voudraient nous imposer est une réalité que je ne nie pas. Gardons-nous cependant de leur faire écho. En adressant à tout vent, une réponse basée sur une rhétorique identitaire, nous alimentons inconsciemment la stigmatisation par laquelle ceux-ci séduisent l'indécis.

Le repli identitaire n'est-il pas un réflexe primaire qui fait fi de la solidarité dont nous, Belges, devrions nous enorgueillir .

Que nous le voulions ou non, notre société est plurielle ; cultures et confessions multiples s'y croisent et, mieux encore, s'y mélangent.

Et s'il existe une solution, je suis intimement convaincu qu'elle reposera, entre autres, sur la réflexion et l'ouverture. Notamment, sur la manière et moyens qui permettront d'éloigner les extrémistes de tout bord d'une population.

Place sera alors réservée aux modérés afin de définir l'espace de vie qui sera, non seulement, notre quotidien, mais surtout celui des générations à venir.

(s) Raymond Debelle.

09:21 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.