20/07/2014

21 JUILLET - NOTRE FÊTE NATIONALE

 

Drapeaux BELGES - Fête NATIONALE DSC06271--001.jpg

La régionale de Tournai

de la Société Royale des Médaillés et Décorés

de Belgique vous souhaite une très bonne fête nationale

 

DSC00020.JPG

DRAPEAU - BELGIQUE.gif

 

21:13 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/07/2014

TOURNAI - CEREMONIE D'HOMMAGE - CIMETIERE CWGC au Cimetière du Sud

APRES L'ANNONCE CI-DESSOUS, VOUS TROUVEREZ LES DETAILS ET PHOTOS DE CETTE EMOUVANTE CEREMONIE

 

DRAPEAU  -  CANADA.gif

 

Tournai - Cimetière du Sud - ALLIED EXTENSION - Dimanche 13 juillet 2014 à 08.30 H. se déroulera une cérémonie d'hommage aux deux aviateurs canadiens, les "2nd Lieutenant", MC HARDY Alexander William, pilote et RODGER William Alexander, observateur-mitrailleur. Leur avion "Bristol F2b" fut abattu en combat aérien le 10 novembre 1918 et s'écrasa à Froidchapelle, arrondissement de Thuin, province de Hainaut ;  les deux occupants furent tués. Les deux dépouilles furent enterrées d'abord au cimetière du lieu et transférées plus tard à Tournai, cimetière du Sud - Allied extension : tombes IV.O.10 et IV.O.11.

Cette cérémonie se déroulera en présence, notamment, des autorités militaires canadiennes, des représentants de l'Administration communale, des représentants de l'Interassociation patriotique de Tournai avec les drapeaux et des personnes intéressées par cet hommage.

Mais aussi, nous aurons le plaisir d'avoir avec nous, Thomas MC HARDY, un petit-neveu du pilote que j'aurai le plaisir de questionner.

J'eus le plaisir , en 1996, de retrouver sur place, un des derniers témoins de cette tragédie et de constituer ainsi un des chapitres de "Morts au combat dans le ciel de 14-18 - l'histoire des 25 aviateurs, enterrés à Tournai et dans les cimetières environnants".

INVITATION A VOUS TOUS.

LA CEREMONIE DU DIMANCHE 13 JUILLET 2014.

Tournai, cimetière du Sud, partie cimetière Commonwealth, ce dimanche 13 juillet, 8.30H : grands moments de découverte et d'émotion pour Thomas MC HARDY, capitaine à la R.C.A.F. - Royal Canadian Air Force. Il se trouvait face à deux stèles d'aviateurs canadiens de la guerre 14-18, tués en combat aérien le 10 novembre 1918, un seul jour avant l'Armistice : celle de son grand-oncle, le pilote Alexander William MC HARDY et celle de l'observateur-mitrailleur William Alexander RODGER. L'officier était accompagné d'un groupe d'autres militaires masculins et féminins dont le "Captain" MORRIS", aumônier militaire de leur unité.

Depuis la tragique disparition de son grand-oncle, il y a 96 ans, aucun membre de la famille MC HARDY n'avait jamais pu revenir de son lointain Canada pour s'incliner devant la stèle.

C'est ainsi que j'ai eu le grand plaisir de remettre au "Captain" Thomas MC HARDY, le résultat de mes recherches sur cette tragédie, effectuées en 1996 à Froidchapelle, arrondissement de Thuin où j'avais pu encore retrouver et interroger un témoin, octogénaire en 1996, jeune écolier en 1918.

En ce 13 juillet 2014, sous un ciel couvert mais sans pluie, l'Administration communale de Tournai avait voulu mettre un point d'honneur à accueillir en ce lieu de recueillement, nos visiteurs, encore inconnus il y a une dizaine de jours. C'est Madame l'échevine Ludivine DEDONDER qui représentait la "Ville de Tournai. Parmi les personnes présentes : le colonel e.r. Pierre BAUTERS, président et des représentants avec drapeaux de son Interassociation patriotique de Tournai, Mr Christian MASY, président de la régionale de Tournai "Société Royale philanthropique Médaillés et Décorés de Belgique", Mr le Doyen Decarpentrie, des représentants de notre presse écrite et de nombreuses personnes en leur titre et qualité.

Voir aussi : L'Avenir - Le Courrier de l'Escaut - mardi 15 juillet 2014 - page 4 - "Tournai et sa région" - Tombés du ciel le 10 novembre 1918 par Etienne Boussemart

Ci-après une série de quelques dizaines de photos de ces moments inoubliables, un vrai "Relais de la Mémoire"

annonce cérémonie Mc Hardy - Rodger - DSC03280.JPG   

DSC03408.JPG

DSC03439 - Alexander MC HARDY (1).jpg

photo : from Cpn Thomas Mc Hardy

Alexander William MC HARDY - 2nd Lieutenant

pilote - 20th Squadron ROYAL AIR FORCE  -  Tué 10 novembre 1918

 

DSC03409.JPG

DSC03440 - Drapeau CANADA - Serv. Commémoration.jpg

 

 

P1000122 - 2 gerbes et 1 couronne de fleurs.JPG

P1000128 - Captain Thomas MC HARDY.JPG

"Captain" Thomas MC HARDY  du  423rd (M.H.) Maritime Helicopter Squadron R.C.A.F.

P1000131 - Captain Thomas MC HARDY, petit-neveu du pilote.JPG

Captain MC HARDY près de la stèle de son grand-oncle

P1000133 - Padre Captain MORRIS, aumônier canadien.JPG

le Padre Captain MORRIS, aumônier de l'unité canadienne

P1000134 - Captain Thomas MC HARDY.JPG

Le Captain Thomas MC HARDY pendant son allocution

P1000136 - Mme l'échevine Ludivine DEDONDER, représentant la Ville de Tournai.JPG

Madame l'échevine Ludivine DEDONDER, pendant son discours de bienvenue. 

P1000144 - Tombe MC HARDY - Dépôt gerbe et couronne - Mme DEDONDER et Captain MC HARDY.JPG

Dépôt de la gerbe et de la couronne de fleurs - Tombe Alexander MC HARDY. 

P1000146 - Tombe William RODGER - Gerbe - Mme DEDONDER.JPG

Devant la stèle du compagnon de Mc Hardy, le 2nd Lt William RODGER 

P1000148.JPG

P1000156 - Pipers Lament.JPG

P1000150.JPG

de g. à dr. : Mr. Allard et Mr Hubaut

P1000163.JPG

au centre : Luc Defontaine, l' omniprésent porte-drapeau de notre Régionale des "Médaillés et Décorés de Belgique" et "Mike" Michel Rasson, porte-drapeau Para-Commando

P1000129.JPG

"Bagpipe player"  - cornemuse   et   "Bugle" - clairon

 Photos ci-dessous : LAST POST, "O CANADA" hymne national etc.

P1000151.JPG

P1000152.JPG

P1000159.JPG

P1000160.JPG

P1000162.JPG

à gauche : Mr le Doyen DECARPENTRIE  - avant-plan, à droite et saluant, Philippe Hespel, un de nos nombreux membres de notre Régionale du Tournaisis 

P1000170.JPG

P1000167.JPG

photos : Jacques De Ceuninck ... sauf celle ci-dessus !

F I N

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11:22 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/06/2014

MAI 1940 - TOURNAI (B)-FROIDMONT (B)-BACHY(F)-AUBERS(F) - 2nd Bn Royal Norfolk Regiment

 

 

DRAPEAU - GRANDE BRETAGNE.gif

Axe TOURNAI (B)-FROIDMONT (B)-BACHY (F)-AUBERT (F)

D'après Résumé et traduction

WAR DIARY - 19 mai au 24 mai 1940 - "2nd Bn Royal Norfolk Regiment"

FROIDMONT (village actuel du Grand Tournai) - 19 mai 1940 - Tôt ce matin, la brigade arriva à FROIDMONT  via Renaix et TOURNAI. Au moment de notre approche, nous avons constaté que cette dernière ville avait subi un bombardement aérien et avait été rapidement détruite. Les véhicules motorisés de la brigade avaient été fréquemment bombardés pendant le trajet et cela causa une importante désorganisation et quelques pertes. Plusieurs officiers, dans le but de maintenir la colonne dans un ordre relatif, donnèrent divers ordres qui eurent comme conséquence que la colonne devint si dispersée que beaucoup de véhicules perdirent leur chemin et ne rejoignirent la brigade que tard dans la soirée. Un des camions de l'officier-adjoint se retrouva même à Lille. Durant l'après-midi, le bataillon fit divers mouvements dans FROIDMONT où les troupes s'installèrent pour une nuit de repos. Le bataillon avait marché environ quinze kilomètres avant que les hommes ne puisent monter dans les véhicules. Il y eut beaucoup de bombardements sur la route vers FROIDMONT. Dans TOURNAI même, régnait un certain degré de confusion à cause du bombardement. Il n'y avait pas de poteaux indicateurs et un grand manque de cartes routières eut comme résultat que beaucoup de véhicules allèrent à Lille et Orchies. Presque toutes les estafettes avaient été mises hors service. Cependant, vers la fin de la journée, tout le bataillon, à quelques exceptions près, était rassemblé à FROIDMONT.

FROIDMONT - 20 mai - Le bataillon fut rassemblé dans un grand bois avec les officiers dans une maison du village. Durant la matinée, le village fut bombardé et ces officiers furent logés dans un chalet dans le bois tandis que l'état-major du bataillon se réfugiait dans un ancien bunker, apparemment, un vestige de la "Grande guerre". Les troupes se reposèrent et furent ravitaillées pendant cette journée. Pendant la matinée, une reconnaissance vers l'Escaut eut lieu et, après la tombée de la nuit, le bataillon prit ses positions. Avant de faire mouvement, c'était juste le moment du thé pour le bataillon, quand soudain, il fut donné l'ordd'arrêter ou tirer sur des villageois qui avaient refusé d'évacuer et qui commençaient à manifester. Pour autant qu'on puisse le constater, l'ordre a été rétabli. Certains civils auraient pu être des Allemands déguisés. Il y eut aussi des tirs d'obus pendant la journée.

FROIDMONT - 21 mai - Il y eut d'intenses bombardements toute la journée. Toute la brigade fut intensément engagée. Les maisons, directement sur la rive de l'Escaut furent fortement bombardées par des tirs de mortiers ; le bataillon eut de nombreuses pertes. L'état-major du bataillon s'installa dans un grand château et ce fut là que l'officier-commandant, le lieutenant-colonel N.P. Charlton, le major F.R. Marshall et le 2nd lieutenant P.S. Buckingham furent tous blessés par un obus de mortier qui tomba sur le porche de ce château. Tous furent évacués. Ensuite, le capitaine F.P. Barclay, porteur de la "Military Cross" - Croix militaire - fut blessé et aussi évacué. L'ennemi continuait à utiliser ses mortiers lourds, son artillerie et les tirs de ses mitrailleuses. Le bataillon rencontra des difficultés pour l'approvisionnement en munitions et l'apport de nourriture.

FROIDMONT - 22 mai - Il y eut des combats rapprochés durant la nuit et, à cause des pertes, l'officier-commandant, le major L.C.D. Ryder décida de placer, dans sa compagnie de réserve, la compagnie "B", commandée par le capitaine G.M. Allen. Cet officier fut blessé et évacué presque immédiatement. Deux fois, pendant la nuit, l'ennemi fit une percée ; l'état-major du bataillon conserva sa position. Dans la soirée, on reçut des ordres de replis sur BACHY (France). Ce secteur avait déjà été occupé par la 6° brigade d'infanterie, il y a quelques mois. Le repli s'effectua avec succès, l'effectif des compagnies diminuant et se rendant au lieu de rendez-vous.

BACHY (F) - 23 mai - Durant la journée, l'officier-commandant et les commandants de compagnie effectuèrent une reconnaissance et les compagnies prirent position approximativement à 11 heures. A l'exception de l'activité aérienne ennemie, la journée fut calme et le bataillon, relevé par les Français vers 20.30 heures et partit vers BETHUNE (F) via AUBERS (F). Le secteur de la brigade était celui de la réserve des B.E.F. - British Expeditionary Force. Le temps avait été beau jusqu'à ce moment mais, à partir de cette soirée, ce fut bientôt la nuit noire avec une brume épaisse et le déplacement des véhicules motorisés fut un cauchemar. Il y avait aussi trop peu de "M.P." - policiers militaires - d'où un grand encombrement routier.

AUBERS (F) - 24 mai - Dans la région d'Aubers, on trouva de terribles scènes de destructions. Parmi les réfugiés, des centaines étaient étendus mourants ; les maisons et les propriétés avaient été détruites de même que le "Mémorial de guerre des troupes indiennes". Quelques heures de repos plus tard, le bataillon reçut l'ordre de prendre position sur le canal BETHUNE-ESTAIRES. Le groupe de reconnaissance reçut de nombreux tirs au lieu-dit "Paradis" ; la reconnaissance ne put être terminée qu'après la tombée du jour. Il n'y avait seulement qu'une carte par bataillon. Ce dernier prit position avec les compagnies "A", "B" et "D" devant et la compagnie "C" en réserve  (...)  (...)     -  

FIN de cet extrait du War Diary .

15:54 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/06/2014

19 mai 1940 - LA TRAGEDIE DE GAURAIN-RAMECROIX (Tournai) - Le "CIMETIERE DES ANGLAIS"

 Vous demandez à un habitant de Tournai et des localités environnantes où se trouve le "Cimetière des Anglais", la plupart vous désigneront la chaussée de Bruxelles et l'angle de la rue de l'Ange, à droite dans le sens tournai-Leuze, actuellement, à plusieurs centaines de mètres après l'autoroute de Wallonie, sur le territoire de Gaurain-Ramecroix, localité maintenant dans le "Grand-Tournai".

C'est un cimetière militaire anglais de la C.W.G.C - la Commonwealth War Graves Commission - Commission des tombes de guerre du Commonwealth. - qui contient 70 stèles blanches : des tombes de la guerre 40-45.

DSC03234.JPG

Pourquoi ce cimetière, précisément à cet endroit ? Certes, l'histoire qui fera partie de ce qu'on appellera "La bataille de l'Escaut", peut être retrouvée dans les écrits de quelques historiens locaux dont, plus particulièrement, celui du Colonel e.r. Gabriel Bauters dont je vous recommande la lecture mais ce présent récit a été tiré des pages "War Diary or Intelligence Summary" ( Journaux de guerre ) - "145.Brigade Anti-Tank Company - pp.41, 42, 43 - Withdrawal - 19 mai 1940".

Nous sommes à Leuze en ce 19 mai 1940.

" ... ... Le 2nd/lieutenant Way était entré seul dans une maison ; Bowder avait entendu des coups de feu ; après avoir attendu quelques instants, il fit reculer la patrouille et rejoignit la compagnie au point d rendez-vous.

LEUZE - La ville était encombrée ; il apparut que c'était un point de concentration sur la ligne de repli. Des hommes et des véhicules de toutes armes des B.E.F. - British Expeditionary Force" et de la Division française étaient entassés dans et en dehors de la ville. Les policiers militaires faisaient out leur possible pour contrôler ce trafic et pour en conserver la fluidité ; des hommes à pied, des camions, des camionnettes, des véhicules à chenilles, des chariots automobiles encombraient les routes étroites et les chemins latéraux. Les véhicules étaient à trois et quatre de front quand la route le permettait. Les accotements étaient bloqués. Les conducteurs se retrouvèrent séparés de leurs colonnes et très soucieux de les rejoindre. Il y avait d'innombrables contrôles et de longs arrêts. Finalement, la colonne du bataillon quitta la ville et prit la chaussée vers TOURNAI, soulagée que LEUZE eut été franchie sans incident.

La colonne devait quitter la route LEUZE-TOURNAI dans le village de GAURAIN-RAMECROIX d'où elle tournerait vers la gauche dans la direction du village de BRUYELLE où elle traverserait l'Escaut - "The Scheldt". Dans le village de GAURAIN-RAMECROIX, avant que ce virage ne fût atteint, se forma un embouteillage routier. Dans la crainte d'être séparés de leur propre colonne, dans des tentatives de dépasser et de les rattraper, intensément fatigués et dans la crainte de la non-observance des ordres reçus, les conducteurs amenèrent, dans le village, leurs camions, pare-chocs contre pare-chocs et côte à côte.

Aves des maisons sur les côtés et peu de routes latérales, cet amas de véhicules constituait une cible idéale pour des aviateurs.

Un groupe de neuf avions "Messerschmidt" aperçut cela. S'approchant par l'arrière par groupes de trois, ils bombardèrent d'abord et mitraillèrent ensuite la colonne. Faisant demi-tour, ils répétèrent leur attaque mais sans bombarder, une fois de face et une fois par l'arrière. Cette brusque attaque prit la colonne par surprise.

L'ordre "Mettez-vous à l'abri dans les fossés et dans les maisons" fut hurlé de l'arrière et répété vers l'avant mais la vitesse de cette attaque, la fatigue des hommes engourdis ou endormis, la difficulté de grimper sur les camions couverts, bâchés et surpeuplés, constituèrent un trop grand handicap. Les trois premiers avions firent des impacts directs sur cinq véhicules ; deux d'entre eux étaient des transporteurs de troupes, un, les cuisines, un, les équipements et un, les munitions. Des hommes, ayant sauté des camions, se jetèrent dans les maisons. Très peu furent touchés par les balles de mitrailleuses des six avions restants. Pendant la seconde des deux attaques, tout le personnel indemne avait quitté la route. Immédiatement, après que la 3° et dernière attaque fut terminée,, l'officier-commandant remonta toute la colonne pour voir les dégâts. Les officiers étaient déjà prêts à reformer et réorganiser les pelotons et les compagnies. Les cinq camions qui avaient été bombardés, brûlaient furieusement ; des tentatives furent faites par des gens pour sauver des hommes, blessés mais encore vivants à l'intérieur ; mais, on ne put faire que très peu de choses. Les camions, transportant les troupes, étaient principalement de la compagnie "C". Le capitaine A.E. Wilkinson, officier-adjoint, avait été gravement blessé à la poitrine et au bras droit. L'estafette de l'officier-commandant avait été tuée. La route était complètement bloquée par les camions en feu et les munitions en explosant, rendaient toute approche très difficile. L'officier-commandant ordonna à l'officier de liaison du bataillon de rechercher un détour et de réorganiser la colonne ; cela permit de la remettre à nouveau en mouvement, aussi vite que possible. Une reconnaissance révéla que les camions bombardés étaient sur une large bande de terre qui constituait la route entre deux très grandes carrières, lieux d'extraction de la pierre. A droite, aucun détour n'était possible sans contourner toute la colonne. A gauche, il n'y avait qu'une rue étroite qui mènait à un détour d'environ 1,5 km. Cette voirie était bloquée par des fils électriques et télégraphiques, tombés à terre. L'officier-commandant, le capitaine Wilson et le capitaine Jones dont les compagnies étaient indemnes, firent l'aller et retour le long de la partie endommagée de la colonne pour la réorganiser et constituer un regroupement.

Un officier-médecin établit alors un poste de secours régimentaire, tout près des camions incendiés ; des civils offrirent leur aide généreuse, beaucoup d'entre eux, cessant leurs activités pour aider. La partie avant, au delà du "bouchon" routier, avait subi peu de dommages et se remit en mouvement au bout de vingt minutes. A l'arrière, beaucoup de camions et de camionnettes avaient été mis hors d'usage par les balles des mitrailleuses des avions, perçant les réservoirs d'essence et détruisant d'autres parties essentielles des véhicules.

Rapidement, les fils électriques furent retirés de l'entrée de la route bloquée ; les troupes réembarquèrent sur ordre de leurs officiers et, aussitôt que la colonne fut en ordre, elles s'en allèrent. La dernière unité du bataillon quitte les lieux environ une heure après l'attaque. Le capitaine Jones resta en arrière afin de recueillir les retardataires et de récupérer le plus possible de véhicules. Tous les hommes qui n'avaient pas été trop blessés, furent emmenés. Le capitaine Jones rassembla une cinquantaine d'hommes de diverses unités et testa les véhicules restants. Ceux qui pouvaient être réparés, le furent et les conducteurs, désignés, partirent avec eux. Le capitaine Jones quitta GAURAIN-RAMECROIX vers 8.45 h., conduisant un camion "15-cwt" du "1st Bucks" - Buckinghamshire Regiment, avec 7 hommes, groupe composé de 2 "Bucks", de 2 du "2nd Glosters" - Gloucestershire Regiment, et 3 du "5th Glosters". L'officier-médecin du poste de secours et quelques policiers militaires furent encore à l'ouvrage, excepté pour ceux, non indispensables (...)

P1000049.JPG 

Le cimetière de Gaurain-Ramecroix contient 70 tombes, uniquement de la guerre 1940-45 ; 24 victimes ont été identifiées, 46 n'ont pu l'être, la plupart, carbonisées lors de cette attaque du 19 mai 1940.

Les tués connus du 19 mai 1940.

P1000009 - Copie.JPG

P1000007.JPG

P1000008 - Copie.JPG

P1000006.JPG

P1000037 - Copie.JPG

P1000030 - Copie.JPG

P1000023 - Copie.JPG

P1000046.JPG

P1000043 - Copie.JPG

P1000045.JPG

P1000040 - Copie.JPG

P1000034.JPG

Ci-dessous, quelques-unes des 46 tombes dont l'identité est restée INCONNUE - "UNKNOWN" 

P1000048.JPG

P1000036 - Copie.JPG

P1000022.JPG

DSC03225.JPG

P1000054.JPG

cfr  :  ww2talk.com -

il est à noter que dans le document d'origine en anglais, le nom du village de Gaurain-Ramecroix a été recopié par erreur sous le nom "Gemboux-Ramecroix".

 

   F I N

17:33 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/05/2014

Déjà 6 ans : 22 mai 2008 - 24 mai 2014

 Cérémonie patronnée par notre "Régionale de Tournai de la Société Royale des Médaillés et Décorés de Belgique" dont plusieurs membres et notre drapeau étaient présents, samedi 24 mai 2014 à 11 heures ont été célébrés, face à l'église de Kain-La-Tombe, Tournai, Belgique le 6° anniversaire de l'inauguration du "Mémorial Robert Mercer" et, en même temps, la commémoration du sacrifice de ce jeune pilote américain le 28 janvier 1945.

Nous avions le plaisir de recevoir Monsieur le bourgmestre ff. P.O. Delannois et Monsieur l'échevin Philippe Robert, Monsieur le colonel e.r. Pierre Bauters, actuel président de l' Interassociation Royale des sociétés patriotiques Tournai et une délégation de ladite association avec les porte-drapeaux ainsi que d'autres connaissances et amis, désirant s'associer à l'hommage de ce jour. J'eus l'honneur de rappeler ce tragique dimanche du 28.1.1945 et l'histoire du mémorial. Suivit alors le dépôt de fleurs par Monsieur le bourgmestre ff. et moi-même.

Un malheureux contretemps nous empêcha d'entendre le "Last Post", l'hymne américain "Star spangled Banner" et la "Brabançonne".

Enorme surprise ! C'est alors, qu'inattendue, s'éleva, a cappella, la voix de notre ami André Hubaut qui entonna notre "Brabançonne", bien vite suivie par celles de la plupart des autres assistants, ces derniers, certes un peu surpris et hésitants au début. Remarquable et profond moment d'émotion.

Une minute de silence clôtura la cérémonie.

 

A -- ANNONCE - commémoration  MEMORIAL.JPG

B -- DSC03077.jpg

C -- DSC03096.jpg

C -- e - DSCF2015 [1280x768] - Copie.JPG

D -- DSCF2011 [1280x768] - Copie.JPG

E -- DSC03084.jpg

F -- DSCF2010 [1280x768] - Copie.JPG

G -- DSC03082.jpg

H -- DSC03105.jpg

G -- e - DSC03090.jpg

I =- DSC03083.jpg

J - DSC03093.jpg

 

 

 K - DSC03079.jpg

 

L -- DSC03100.jpg

N'hésitez pas ! Un petit regard sur : http://edidep.skyrock.com

                                                        F I N

14:13 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/04/2014

ELLE VIENT DE NAÎTRE ...

 

Oui ! En effet, en tant que ... "Naissance", je veux parler de notre "LA LORGNETTE" n° 24 dont vous découvrez la couverture ci-dessous et qui couvre la période "Avril à Octobre 2014".

Vous recevrez cette semaine la version "revue papier" et, ce jour, sur votre adresse e-mail, la version pdf.

La Lorgnette n°24 - COUVERTURE .JPG

10:44 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/03/2014

Toujours aussi solide pour ...

Un MERCI ... GRAND COMME CA  à l'auteur de la 150.000° visite de notre blog des "MEDAILLES ET DECORES - REGIONALE DE TOURNAI", ce 31 mars 2014, sans oublier le même MERCI au 149.999 autres visiteurs précédents et aussi le 150.001°, le 150.002°, le 150.003° ... ...  Certes notre blog est très concurrencé mais, soyez-en certains, il est là, toujours aussi ...

PONT DES TROUS - Couverture La Lorgnette .jpg

... toujours aussi SOLIDE pour vous accueillir encore ... et encore ... et encore ...

DRAPEAU - BELGIQUE.gif

18:01 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/02/2014

Hommage au Caporal RENE MERCIER par la revue ENTRE NOUS II - année 1929

DRAPEAU - BELGIQUE.gif

Ce moment de la nuit du 30 juin au 1 juillet 1923 vers 01 H. 50 fut marqué par cet attentat contre un train de militaires permissionnaires belges en Allemagne occupée. Il y eut 10 belges tués et 40 blessés. Parmi les tués se trouvait le tournaisien, le caporal RENE MERCIER. La presse de l'époque remplit ses pages de l'horreur et le dégoût pour cet acte odieux.

René MERCIER était un ancien élève de "L'Ecole des Frères" de Tournai. En mai 1929, la "Revue patriotique locale-patriotique-amicale" de Louis François, auteur wallon et membre de l'Association ci-dessous, dédia le spectacle à l' "Association des anciens élèves des Frères" de Tournai.  Les extraits subséquents sont repris dans la Scène II.

Ci-dessous   :  La couverture de "ENTRE NOUS II"

et les dialogues des "Belges".

Tournai - PUB.29 - Couverture ENTRE NOUS II - année 1929.JPG

"Hommage au Caporal René Mercier - Ancien élève des Frères, tué en Allemagne occupée par des Allemands organisés".

- Tournai - (A) RENE MERCIER - HOMMAGE0000.jpg

- Tournai - (B) RENE MERCIER - HOMMAGE0001.jpg

- Tournai - (C) RENE MERCIER - HOMMAGE0002.jpg

- Tournai - (D) RENE MERCIER - HOMMAGE0003.jpg

__________________________________________

L'hommage continua par un chant " J'AIME MON PAYS" - (air : L'Océan)

" Oh ! J'aime mon pays. / Le sol de mes ancêtres / Il est mon paradis / Le ciel qui m'a vu naître / Mon pays est bien beau / Pour moi, plus que nul autre / Je suis son fier âpotre / Il sera mon tombeau / ... ...

DRAPEAU - BELGIQUE.gif

 

F I N

17:06 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/01/2014

14-18 - L'aumonier Jules SPRIET, natif de NECHIN

L'Abbé Jules SPRIET, né à Néchin, Hainaut, Belgique le 11 juillet 1885, diocèse de Tournai - Aumônier militaire du 4° chasseurs à pied, il est décédé le 31 octobre 1918 à l'hôpital de la porte de Gravelines à Calais, suite fièvre contractée au front.

( d'après : "Nos héros morts pour la Patrie - L'épopée belge de 1914 à 1918 - Tableau d'honneur ... ... page 149  -  par René Lyr - 1920 )

SPRIET - Abbé - Aumonier - WW1 - Néchin DSC05613.JPG

17:42 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/01/2014

Il était né à KAIN-lez-Tournai ...

De : Biographies d'Outremer - Tome VIII, page 90 - Académie Royale des Sciences d'Outre-Mer - A. Lederer - 28 mai 1990

DEGUENT René Auguste Hubert, Ingénieur A.I.A., Général de réserve, Membre titulaire de l'ARSOM ( né à Kain-lez-Tournai, 23.7.1883 - décédé à Ixelles, 20.2.1966 ) - Fils de Félicien et de Van Caeneghem Julia.

DSC02329.JPG

"Après avoir terminé ses humanités à l'athénée de Tournai, rené Deguent fut admis à l'Ecole d'Application de l'Artillerie et du Génie le 16 novembre 1901 ; il fut nommé sous-lieutenant le 28 novembre 1903 et il en sortit ingénieur A.I.A. en 1906.

Le 26 mai 1906, il fut désigné pour le régiment du génie ; cependant, il n'y resta pas longtemps car, le 6 février 1909, il était détaché à l'Ecole Royale Militaire pour y remplir, à titre provisoire, les fonctions de répétiteur au cours de fortification.

Il fut nommé définitivement le 13 juillet 1911 à l'Ecole d'Application de l'Artillerie et du Génie et fut promu capitaine le 27 décembre 1911.

Lorsque la guerre éclate, il participe aux inondations de l'Yser. En 1916, il fut promu au grade de capitaine-commandant et reçut le commandement de l'Ecole de formation des officiers de complément du génie.

En 1919, il fut nommé professeur de fortification à l'Ecole d'Application de l'Artillerie et du Génie ; promu major le 26 juin 1921, il dut abandonner ses cours le 26 septembre 1933, lorsqu'il fut nommé colonel. Il reçut alors le commandement du 4° régiment du génie à Jambes-lez-Namur.

Pensionné le 1 juillet 1936, il fut versé à la même date dans les cadres de réserve. Il eut une retraite très active car il devint directeur de l'Ecole de Criminologie et de Police scientifique du Ministère de la Justice. Il fut nommé général-major de réserve le 26 septembre 1938.

En 1939, il fut rappelé sous les drapeaux et chargé d'organiser la position défensive de la Dyle ; il participa à la campagne de mai 1940, à l'issue de laquelle il fut fait prisonnier et passa cinq ans dans un oflag en Allemagne.

Après la libération, il reprit la direction de l'Ecole de Criminologie et de Police scientifique, ne cessant ses activités qu'en 1964 à l'âge de 80 ans.

Il avait été nommé à l'Institut Royal colonial belge le 6 mars 1929 lors de sa fondation, institut qui devint l'Académie Royale des sciences d'Outre-Mer. Le général Deguent était le collaborateur du colonel Van Deuren au moment où ce dernier étudiait l'utilisation de l'énergie des chutes d'Inga dans le Bas-Congo. Il dressa également un rapport au sujet de l'incendie du magasin du port de Léopoldville.

Il mourut à Ixelles le 20 février 1966.

Distinctions honorifiques : Grand Officier de l'Ordre de la Couronne - Commandeur de l'Ordre de Léopold - Officier de l'Ordre de Léopold II - Officier de la Légion d'Honneur - Médaille commémorative de la Campagne 14-18 - Médaille de la Victoire - Médaille de l'Yser - Croix de Guerre - Médaille commémorative du Centenaire - Croix militaire de 1° Classe.

F I N

 

15:45 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/01/2014

REMERCIEMENTS APRES FUNERAILLES DE JEAN COUPEZ

Transcription du message, reçu par André HUBAUT - Interassociation patriotique de Tournai, transmis par JACQUES COUPEZ, fils de Jean.

" Par le présent courrier et en votre qualité de coordinateur des Associations Patriotiques de Tournai, je tiens à vous remercier pour l'organisation mise en place à l'occasion des funérailles de mon père, Jean Coupez.

Par ailleurs, permettez-moi de vous solliciter pour être l'interprète de Maman, de mes soeurs et moi-même, pour remercier l'ensemble des associations de toutes les marques de sympathie qu'elles ont témoignées lors de ses obsèques.

Bien à vous.   Jacques Coupez "

18:47 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/12/2013

Jean COUPEZ, ancien de la section belge de la Royal Air Force, nous a quittés ...

Jean COUPEZ, né à Tournai le 11 juillet 1921, est décédé en cette ville ce 23 décembre 2013. Membre notamment de notre Régionale de Tournai de notre "Société Royale Philanthropique des Médaillés et Décorés de Belgique", il fut Président honoraire de la Fraternelle de l'Armée Secrète - A30, section "Abbé Colonel Georges Dropsy", Président honoraire de la Fédération Nationale des Anciens Combattants de Kain "Bernard Desclée", Président-Fondateur et Président d'honneur de l'Association des Anciens de la Base aérienne de Chièvres - 7° Wing. Il fut un collaborateur précieux pour le "Relais de la Mémoire". Il était, en plus, responsable du passage du "Flambeau Sacré" de la F.N.C. entre Tournai et Rumillies etc.

ci-dessous : le 10 mai 2005, à côté de l'église St-Quentin et près de la rue Perdue, inauguration du monument au nom du pilote Roger DELANNAY, tué en mission aérienne en 1940. Mr Delannay, neveu du pilote, Jean COUPEZ et d'autres personnalités retirent le drapeau belge qui cachait le monument.

 

COUPEZ Jean - 2005-05.10 - Monu.Roger Delannay.JPG

 

P5222124 Mme TILLY et Mr Jean COUPEZ .JPG

Nous avions eu le grand honneur, parmi d'autres hautes personnalités locales, belges et américaines, entouré des nombreux drapeaux de l'Interassociation patriotique, de recevoir Jean COUPEZ, le 22 mai 2008, lors de l'inauguration du "MEMORIAL ROBERT MERCER", pilote américain du 95th Bomb. Group de l'USAAF - face à l'église de Kain-La-Tombe, Tournai.  Au centre : Jean Coupez ; à gauche de la photo : Mme Tilly, résistante, rescapée de Ravensbrück et malheureusement décédée quelque temps après cette cérémonie de mai 2008.

Ci-dessous : Deux photos du 02.10.2010, lors de l'inauguration, sur la façade du Collège de Kain, de la plaque commémorative, dédiée à l'abbé colonel DROPSY : 1/ Le drapeau national vient d'être retiré et découvre la plaque  -  2/ Pendant l' exécution de la Brabançonne 

034.JPG

042.JPG

Ce samedi 28 décembre 2013 ont eu lieu les funérailles de notre ami en l'église de Rumillies, Tournai en présence de sa famille et d'une foule très nombreuse dont de nombreux représentants et porte-drapeaux de diverses associations patriotiques.

- DSC02241.JPG

- DSC02249.JPG

- DSC02251.JPG

- DSC02258.JPG

- DSC02259.JPG

Quelques-unes des très nombreuses gerbes

-- DSC02242.JPG

-- DSC02261.JPG

-- DSC02262.JPG

-- DSC02243.JPG

Bien que Jean ne fût jamais pilote de la section belge de la R.A.F. mais cotoya, en Angleterre, ce personnel navigant pendant la guerre, on peut écrire que, définitivement ... JEAN HAS LEFT FORMATION.

CHIEVRES - Badge GET IN - pour BLOG et E-MAIL - .jpg

 

DRAPEAU - BELGIQUE.gif

F I N

 

16:38 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

12/12/2013

A VOTRE AVIS ...

Recherche d'information sur ce bien connu ensemble "Deux fusils croisés, clairon, drapeau belge etc."que l'on trouve sur la tombe de certains militaires belges tués au combat : Qui en est l'auteur ? Date de la création ? ...  La photo ci-dessous a été prise, il y a 3 - 4 ans au cimetière communal de Rumillies et concerne la tombe "Commonwealth" du pilote de la R.A.F., le Captain Guy Wilbraham WAREING, abattu le 27 octobre 1918 à Rumillies. Cet ensemble "Deux fusils ..." a été placé à la tête de la tombe, la stèle blanche "CWGC" se trouvant une trentaine de cm. devant l'ensemble "Deux fusils", ce dernier placé à une époque ANTERIEURE à celle de la stèle "CWGC". Merci d'avance.  --

VOIR CI-APRES, SOUS LA PHOTO, L'INFORMATION DE MON AMI CHRISTIAN BAUSIERS

Rumillies - Fusils croisés etc. DSC06594.JPG

De Christian Bausiers : Cette croix fut conçue par Auguste Vereeken pour les chasseurs-éclaireurs de Tournai. I Bonduel réalisa un modèle en bois pour le fondeur Bar ; les deux premières croix furent placées au cimetière du Sud à Tournai en janvier 1871 sur les tombes des nommés Dubois et Josson. Vereeken s'est attaché à y représenter divers objets : souvenir religieux avec le crêpe jeté sur la croix, les armes de notre pays puis celles de la ville de Tournai et enfin, les attributs de la Compagnie, c'est-à-dire deux carabines, deux poignards et un cornet ; sur la pierre servant de socle, on plaçait l'inscription : "LES CHASSEURS ECLAIREURS DE TOURNAI - A LA MEMOIRE DE LEUR REGRETTE CAMARADE". De ces croix, il en reste une au cimetière du Sud, une ou deux au Musée de Folklore à Tournai, une à Rumillies (ndla : Celle de la photo ci-dessus - Tombe de G. Wareing, pilote RAF de la WW1 avec la stèle CWGC), une à Ramecroix et une à Mons, à ma connaissance. J'avais trouvé cette info dans la "Feuille de Tournai et publiée dans les "Croix de nos aïeux", début des années 90.

F I N

 

20:16 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

07/12/2013

Ouf ! Demain, c'est le dernier jour ...

"Ouf ! Demain, c'est le dernier jour" s'est dit Albert Delfosse de Kain, milicien de la classe 1930. Et il prit sa plus belle plume et écrivit à sa famille :

 

a - Souvenirs DELFOSSE- K12.JPG

b - Souvenirs DELFOSSE- K11.JPG

c - Souvenirs DELFOSSE- K100022.JPG

d - Souvenirs DELFOSSE- K100021.JPG

e - Souvenirs DELFOSSE- K100012.JPG

f - Souvenirs DELFOSSE- K100011.JPG

h - Souvenirs DELFOSSE- K100031.JPG

F I N

 

 

 

14:31 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/11/2013

DECES D'UN VIEIL HABITUE DES CAMPAGNES

Extrait du COURRIER DE L'ESCAUT - 20 juin 1856 - n°172 - 28° année

A la mémoire de François-Joseph DESMARQUES :DSC02065 a.JPG

DSC02065.JPG

F I N

14:26 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/11/2013

Louis LEGENDRE qui donna sa vie ...

Et tout-à-coup, dans la boue des tranchées, le 5 mai 1916 ...

Drapeau Ecusson - Tombe Louis Legendre, cim militaire Steenkerke.JPG

14.18 - TOURNAI + CIV. et MILIT0006.PNG.jpg

14.18 - TOURNAI + MILIT0007.JPG

Tombe de Louis Legendre, cimeti+¿re militaire de Steenkerke.JPG

Jean-Marie DELMOTTE, Grand chancelier national de la Société Royale Philanthropique des Médaillés et Décorés de Belgique et secrétaire - trésorier de notre Régionale, me mit un jour sous les yeux des informations. Il en avait connaissance grâce à son épouse Marie-Ange Legendre qui est une nièce du défunt.

Du Ministère de la Défense nationale

à Legendre Joseph Rue As Poids à Tournai  -  "Votre fils, le soldat Legendre Louis ( Numéro de la matricule 61.501 ) du 2° Régiment de Ligne est mort pour la Belgique à Oostkerke le 5 mai 1916"

Du Service des sépultures militaires

Bruges le 08/02/1924   -   à Monsieur Legendre, Rue AsPoids 44 à Tournai -- " J'ai l'honneur de vous faire savoir que le corps de votre regretté fils Louis, tombé au champ d'honneur et qui était primitivement inhumé à Eggewaertscapelle, a été transféré le 15/1/1924 au cimetière militaire de Steenkerke où il repose actuellement sous le n° 654 de la tombe. Cet emplacement, qui est définitif, sera garni, par les soins du Gouvernement, d'une stèle en pierre de taille portant sur une plaque en bronze les nom, prénoms, régiment et la date de décès du brave défunt ainsi que les décorations dont il était porteur.   --  Veuillez agréer, Monsieur, l'assurance de ma considération distinguée."

Résultat de la recherche et constats, effectués en avril 2002 par le Commandant Honoraire Jean-Marie DELMOTTE, mentionné ci-dessus.

Veurne (Furnes)  Steenkerke

Militaire begraafplaats ( cimetière situé derrière le cimetière civil de l'église )

Stèles en pierre avec plaques de bronze - 1 rosier par tombe - Stèle : hauteur : 90 cm - largeur : 45 cm  -  24 tombes sont mentionnées "Onbekend soldaat" "Soldat inconnu"  -  30 tombes Commonwealth  -  Peupliers sur les deux grands côtés du cimetière - arbustes dans le fond avant les prairies voisines.  -  Drapeau national permanent.

La TOMBE NUMERO 654 est située dans la dernière rangée de droite en regardant vers la fond du cimetière.

Lecture de la stèle 654   :   Legendre Louis   Soldat V.D.G.   Né à Tournai le 18 avril 1896  Mort pour la Belgique    Le 5 mai 1916   -  Suivent 2 médailles et la mention  V 14

Références : Documentation personnelle Delmotte-Legendre  et  Historique du 2° régiment de Ligne dans "NOS HEROS, MORTS POUR LA PATRIE - L'épopée belge de 1914 à 1918" - Sous la direction générale de René LYR - Année 1920 - Editeurs : Van Der List à Bruxelles et Sté Anonyme belge d'Imprimerie à Bruxelles.

F I N

14:38 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/11/2013

Assemblée générale et repas convivial - 9 novembre 2013

 

DRAPEAU - BELGIQUE.gif

Drapeau MED. et DEC. DSCI0070.JPG

Ce 9 novembre 2013, dans le cadre enchanteur de la "Ferme du Reposoir" sur les pentes du Mont Saint-Aubert à Kain - Tournai s'est déroulée la traditionnelle assemblée générale des "Médaillés et Décorés de Belgique - Régionale du Tournaisis", suivie du repas convivial de grande qualité. Près de 110 membres et invités, belges et français étaient présents pour ces moments de chaude camaraderie.

 

- DSC01897.JPG

 

- 320.JPG

 

- 335.JPG

- 347.JPG

- 379.JPG

- 433.JPG

a - M. et D. - Groupe par EDGARD - DSC_0701 copie.jpg

- DSC01935.JPG

- DSC01936.JPG

Quelques-unes des très nombreuses photos de Guy, Jean-Philippe et Jacques dont vous pourrez consulter la  ... presque totalité sur Facebook Médaillés et Décorés.

F I N

 

 

14:56 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

COMMEMORATION ARMISTICE -- VILLAGES du "GRAND-TOURNAI"

Non seulement, la cérémonie annuelle de la commémoration de la fin de la guerre 14-18 s'est déroulée face au monument aux morts à Tournai mais également face au même monument et mémorial des villages de l'entité tournaisienne. Ci-dessous quelques villages : KAIN (Kain-Centre et Kain-La-Tombe), HAVINNES (Monument), RUMILLIES (Monument et Cimetière-Pelouse d'honneur-Stèle CWGC et WARCHIN (Monument)

D'autres photos provenant des autres villages seront toutes les bienvenues

K A I N 

2013-11.07 - KAIN - Hommage - 11.11.1918.JPG

à Kain-Centre

DSC01886.JPG

à Kain-La-Tombe - Mémorial Robert Mercer

H A V I N N E S

en présence des enfants des écoles

DSC02003.JPG

DSC02016.JPG

DSC02022.JPG

R U M I L L I E S

- DSC01991.JPG

au monument Chaussée de Renaix "Verte-Feuille"

- DSC02001.JPG

- DSC02003.JPG

-- DSC01999.JPG

Stèle pilote anglais Guy Wareing, + le 27.10.18  ...  et sa décoration florale (?) très vieillissante - photo 11.11.2013

W A R C H I N

-- DSC01972.JPG

-- DSC01981.JPG

-- DSC01978.JPG

F I N

 

08:51 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/11/2013

IN MEMORIAM - 4 novembre 1918 Cimetière ESCANAFFLES

IN  MEMORIAM

 

DRAPEAU - AUSTRALIE.gif

 

4 novembre 1918 - 4 novembre 2013 - Déjà 95 ans que furent tués en combat aérien au dessus de la région Pecq - Escanaffles - Anvaing, trois pilotes du 4° Squadron de l'Australian Flying Corps, combattant avec leurs amis de la Royal Air Force, le Captain Thomas Charles Richmond BAKER, Arthur PALLISER et P.W. SYMONS. TCR. BAKER fut enterré au cimetière communal d'Escanaffles, à droite de l'entrée tandis que Arthur PALLISER le fut au cimetière d'Anvaing, à droite de l'église. P.W. Symons fut transféré plus tard dans un autre cimetière en Flandres.

1918 - BAKER TCR - photo 00001.JPG

Thomas Charles Richmond BAKER - "Captain"

- DSC04393.JPG

Au cimetière d'Escanaffles le 11 septembre 2011

- DSC04402.JPG

- DSC04422.JPG

de g. à dr. : Bruno PIRARD et Richard SCYEUR 

- DSC04426.JPG

Hommage à la tombe de TCR BAKER et aussi à celle de John LECKENBY, pilote anglais de la R.A.F.

Le drapeau de notre régionale et le drapeau australien, ce dernier offert par Rick BAKER et son épouse, présents avec nous, étaient respectivement portés par MM. Pirard et Scyeur, deux membres de notre régionale "Médaillés et Décorés du Tournaisis", entourés par ceux des associations patriotiques locales.

- DSC04430.JPG- DSC04448 - 2011-09.11 - Neveu Rick Baker et épouse - Départ gare de Tournai .JPG

Ci-dessus : Le 11 septembre 2011, sur le quai de la gare de TOURNAI, Rick BAKER et son épouse, au moment du départ de leur long voyage - retour vers l'Australie.

ci-dessous : Au cimetière d'Anvaing - Hommage à la tombe du lieutenant Arthur PALLISER du même "Squadron" que Baker, après la cérémonie d'Escanaffles, en présence des époux Baker.

 

- DSC04439.JPG- 1918 - PALLISER - Cim.Anvaing.JPG

F I N

12:05 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/11/2013

Tournai - 01.11.2013 - Cimetière du Sud - Commémoration

Ce 1 novembre 2013 au "Cimetière du Sud" à Tournai ont eu lieu les traditionnelles cérémonies d'hommages face à la "Pelouse d'honneur", aux tombes des victimes civiles notamment des bombardements et, finalement aux militaires du Commonwealth, décédés pendant les guerres de 14-18 et 39-45. Monsieur l'échevin Philippe Robert, représentant Monsieur le bourgmestre empêché, était entouré de membres de l'administration communale, de très nombreuses personnalités civiles et militaires, police, pompiers ainsi que les représentants de l'Interassociation patriotique. Le drapeau de notre régionale des "Médaillés et Décorés du Tournaisis" était présent parmi ceux de l'Interassociation patriotique.

RASSEMBLEMENT DES ASSOCIATIONS PATRIOTIQUES et AUTRES PERSONNALITES.

- DSC01805.JPG

LA PELOUSE D'HONNEUR - vue partielle

- DSC01807.JPG

- DSC01817.JPG

- DSC01810.JPG

- DSC01812.JPG

- DSC01813.JPG

Allocution de Mr l'Echevin Philippe ROBERT, représentant Mr le Bourgmestre, empêché

- DSC01814.JPG

Dépôt de gerbes à la Pelouse d'Honneur

- DSC01822.JPG

HOMMAGE AUX MILITAIRES DU COMMONWEALTH, TOMBES PENDANT LES DEUX GUERRES

- DSC01825.JPG

- DSC01826.JPG

- DSC01828.JPG

- DSC01830.JPG

devant le monument de Edouard Valcke, mort en déportation pendant la guerre 14-18

 

- DSC01831.JPG

Le drapeau du "RELAIS DE LA MEMOIRE" est dans de bonnes mains : José Van Hulle et son petit-fils.

F I N

 

20:34 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

9 NOVEMBRE 2013, NE PAS OUBLIER ...

 

DSCI0070.JPG

 Chers amis médaillés et décorés, je vous transcris ici la note de rappel mentionnée par Jean-Philippe, le vice-président de notre régionale du Tournaisis.

"J'ai l'avantage de vous adresser ce petit message pour vous rappeler que notre prochaine assemblée générale de la Régionale du Tournaisis se tiendra à la "Ferme du Reposoir" sur les pentes du Mont-Saint-Aubert, le samedi 09 novembre prochain.

Accueil des participants dès 10 HEURES

10.30 H : Début de l'assemblée générale.

11.00 H : Remise des décorations aux récipiendaires

12.00 H : Toast au Roi, suivi du banquet patriotique

DSC04899.JPG

Nous espérons vous rencontrer nombreux à cette manifestation en gage de votre attachement à la Belgique, au devoir du souvenir et aux valeurs de dévouement et de civisme que nous partageons au travers de notre affiliation à la plus ancienne société patriotique belge encore en activité.

Nous vous remercions de confirmer votre participation par mail à notre Grand Chancelier, Jean-Marie Delmotte - chantovent@euphonynet.be  ou, par courrier au 327, rue Machin à 7531 Havinnes et en versant de toute urgence sur le compte BE92 0001 3090 3823, les 45 Euros par personne en cas de participation au banquet patriotique.

Pouvez-vous en outre vérifier si vous êtes en ordre de cotisation ? - Pour rappel : l'exercice sociétaire court du 01/10 au 30/09 de l'année suivante - la cotisation à verser sur le compte BE92 0001 3090 3823 est de 11 Euros pour l'année 2012-2013 et 12 Euros pour l'année 2013-2014. MERCI de régulariser au plus vite pour soutenir l'action de notre SRPMDB et pour ne pas perdre vos droits aux distinctions honorifiques sociétaires.

Nous profitons de ce message pour vous signaler qu'une visite du Musée Royal de l'Armée est programée pour le SAMEDI 5 AVRIL 2014 à 14 heures. Cette visite, basée sur la phaléristique sera guidée par le Commandant Patrick Van Hoorebeke, auteur d'un ouvrage sur les ordres nationaux et conservateur de la section phaléristique. Un repas simple et convivial sur le site même du Cinquantenaire précèdera la visite. Le nombre de participants sera limite à 30 maximum ; les membres en ordre de cotisation auront évidemment la priporité. Si vous êtes intéressés, vous pouvez déjà vous manifester auprès de Jean-Marie DELMOTTE ou de Jean-Philippe POCHART.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

 

18:16 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/09/2013

5 septembre 1909 - 5 septembre 2013 : Bref coup d'oeil en arrière.

 

- 1909 - T - a - S.AVI - 00.jpg

Certes, il s'agit ici d'un événement assez particulier sortant du sujet "Médaillés et Décorés" :  une semaine qui marqua profondément notre ville de Tournai et ses environs :

LA SEMAINE D'AVIATION DE TOURNAI DU 5 AU 14 SEPTEMBRE 1909.

La presse locale et nationale fit écho de ces 10 jours où des milliers de curieux, utilisant surtout le train, envahirent la ville et la "Plaine des Manoeuvres". En 1999, à l'occasion du 90° anniversaire de l'événement, j'eus le plaisir d'écrire un livre sur ces exploits du début de l'aviation, livre maintenant épuisé mais toujours accessible à la bibliothèque communale de Tournai. (voir illustration ci-dessus). La "Semaine d'aviation de Tournai" est principalement connue grâce à deux séries de cartes postales ; ces dernières et d'autres documents sont visibles à la Société d'Archéologie industrielle de Tournai".

Un seul aviateur réussit au cours de cette semaine à faire décoller d'un terrain souvent détrempé, son appareil à moteur : le français Louis PAULHAN qui avait déjà remporté le "Grand Prix de Champagne" à Reims en août 1909 ; il était déjà plus "professionnel" que les autres participants notamment "notre" Tournaisien Walther BULOT qui, loin d'être encouragé, subit les sarcasmes d'une compagnie patoisante à ses débuts avec, notamment, la chanson :" L'Osieau d'Mossieu Buleot" et quelques autres. Comme d'habitude, chez nous, "nul n'est prophète en son pays" et "la critique est aisée, l'art est difficile"... et cela n'a pas changé. 

Il y eut aussi des essais de vols planés du planeur de Mr Scrive avec aux commandes, Robert Vandamme.

Ci dessous quelques photos, dessins et reproductions dont certaines émanent de la "Société d'Archéologie industrielle de Tournai" dont j'eus l'autorisation de reproduction en 1999.

 

- 1909 - T - S.AVI - 000006.jpg

- 1909 - T - S.AVI - 000010.jpg

 

 

- 1909 - T - S.AVI - 00.jpg

- 1909 - T - S.AVI - 000044.jpg

LOUIS PAUHLAN, pilote de son biplan "Voisin" - n°20 - baptisé "Octavie"

- 1909 - T - S.AVI - 000061.jpg

A l'arrière-plan : le boulevard Bara et le carrefour de la Porte Saint-Martin à droite.

- 1909 - T - S.AVI - 000054.jpg

Le triplan "LA MOUETTE" de Walther BULOT - l'appareil ne décolla pas, vraisemblablement sous-motorisé.

- Tournai 1909-L.PAULHAN.jpg

Ci-dessus : à gauche : Eglise Ste-Marguerite, le Boulevard Bara et les clochers de la cathédrale

- Tournai 1909-W.BULOT et sa MOUETTE.jpg

- 1909 - T - S.AVI - 000064.jpg

Le terrain, très boueux, gênant les mouvements de l'avion de Pauhlan, de Bulot et des autres participants et assistants - A l'arrière-plan : la chaussée de Douai - à l'extrème-gauche : angle chaussée de Willemeau.

Ci-dessous : deux montages photographiques représentant une situation imaginaire : Louis PAULHAN, aux commandes de son "OCTAVIE n°20" n'a jamais survolé la Grand-Place de TOURNAI. De plus, le biplan, représenté sur ces cartes, ne porte pas le n°20, comme attribué à l'appareil de Paulhan, la semaine du meeting de Tournai.

- 1909 - T - S.AVI - 000121.jpg

F I N

 

16:51 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/08/2013

24 août 1914 - 24 août 2013

Chaque 24 août se déroule, immuable,  la cérémonie d'hommage aux courageux soldats vendéens qui, courageusement, très inférieurs en nombre, combattirent l'envahisseur prussien, pas à pas en résistant dans leur retraîte vers la frontière franco-belge.

Leur histoire reste connue - dans les grandes lignes - d'autant plus que la perpétuation du souvenir est entretenue chaque année. La fouille des archives, les contacts avec des descendants découverts chaque année en Vendée et qui se retrouvent avec nous devant la butte du MONUMENT DES VENDEENS et leurs souvenirs familiaux, permettent d'étoffer ce morceau de notre histoire locale.

Ci-dessous, quelques photos tirées par notre vice-président Jean-Philippe Pochart que nous remercions, résument mieux que les mots, cette habituelle mais toujours émouvante cérémonie. 

1. Tertre Vendéens - 994577_10201626870021690_1759169870_n.jpg

TOURNAI - Le "Monument des Vendéens" dans le triangle "Boulevard des Combattants" - Avenue Commandant Delahaye et rue des Volontaires

122. Ph.Hespel - Tête cortège 40490_10201626865941588_1811202910_n.jpg

Mr Philippe Hespel conduit le cortège vers le lieu de la cérémonie.

3. Pompiers - Royale Harmonie Com. 1209286_10201626868021640_1517384754_n.jpg

La Royale Harmonie communale des Pompiers de Tournai

993391_10201626868821660_1487342371_n.jpg

de gauche à droite :  Fernand Brillon, Président des Anciens combattants, section Gérard Chevalier - de Froyennes - Luc Defontaine, porte-drapeau de notre régionale de Tournai des Médaillés et Décorés et Frédéric Pauwels.

5. Défilé Luc Def. Fred.Pauwels 1185621_10201626866261596_433881125_n.jpg

Luc Defontaine et Frédéric Pauwels

6. Assistance - personnalités et famille 1186868_10201626870861711_382347447_n.jpg

Hommage face au tertre - Monsieur le Consul de France, des membres de la famille Houyet ( la dépouille du grand-père Auguste Blanchart est sous la butte ), les représentants de l'interassociation patriotique de Tournai, de la Fnaca, de Mr le doyen principal Decarpentrie, de l'autorité communale : Mr l'échevin Armand Boite, diverses personnalités civiles et militaires, deux étudiantes - section "Histoire" Athénée Jules Bara - accompagnées par Mr José Vanhulle, président du "Relais de la Mémoire"

8. Assistance - autres personnalités 1230023_10201626874981814_1966350351_n.jpg

ci-dessous : Le "Relais de la Mémoire" ici représenté par son Président José Vanhulle et les deux étudiantes - Section Histoire - de l'Athénée Jules Bara de Tournai.

9. Deux étudiantes et José VANHULLE, Relais Mémoire 1175116_10201627522478001_1684296859_n.jpg

1186132_10201626884142043_1446550008_n[1].jpg

à gauche : Frédéric Pauwels - à droite : Daniel Dagry (FNACA)

FIN

 

16:37 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/08/2013

Un coup d'oeil "Année 1943" sur un BLOG ami ...

TOURNAI-2004-09-09-Soleil couchant Gd.Place 008.jpg

Intéressant ce petit coup d'oeil à notre histoire locale tournaisienne de ... septembre 1943. Certes, avec le recul des années, ce n'est qu'un petit fait divers mais qui a du laisser un souvenir très marqué dans la mémoire de ces 9 hommes, pris dans la nasse de la "Feldgendarmerie et Collaborateurs".

Je vous invite sur :

http://ipa-regionale-de-tournai-belgium.skynetblogs.be

17:41 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/08/2013

APPEL A VOTRE VIGILANCE ...

40-45 : souvenir d'une époque bien triste. Vous souvenez-vous, vous les plus anciens, de cette mise en garde lancée par la "Résistance" - "Front de l'Indépendance" ?

RESISTANCE - PUB 1940-45 0006.JPG

Cette affiche, fragilisée par des années de conservation dans l'humidité, fut découverte dans un état qui nécessita un essai de ... restauration (?) d'où les petites imperfections dans l'assemblage des divers morceaux.- Dimensions : 30,5 cm - 22,5 cm - Cernée par les couleurs nationales "noir, jaune, rouge".  --  Jacques DCK

17:44 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/08/2013

15 AOÛT 1944 - C'ETAIT SON PERE.

Si vous roulez sur la route nationale 88 en Lozère, France dans les environs proches du village de Barjac, vous aurez peut-être la chance de découvrir une stèle, érigée à quelque distance de cet axe routier. Si votre curiosité vous pousse à vous y arrêter, vous lirez au sommet de la plaque fixée sur cette stèle :

ICI, LE MARDI 15 AOÛT 1944

25 RESISTANTS

SONT MORTS POUR LA FRANCE ET POUR LA LIBERTE

____________________

MISSON Guy - STELE DE SON PERE - LT DICKY - i6fu3b.jpg

 Texte de la stèle : Au P.C. de la Résistance à Marvejols, les responsables décident, le 13 Août au soir, de couper la RN 88 entre Bec de Jeu et le Villaret près de Balsièges pour isoler les troupes d'occupation de Mende. Avec sa compagnie FFI d'une quarantaine d'hommes, le lieutenant "DICKY" chargé de l'opération, quitte Marvejols le 15 août au matin avec deux camions.

Les maquisards s'arrêtent à BARJAC. La voiture, envoyée en éclaireur par les FFI, revient sans rien signaler. Les Résistants continuent leur route vers 15 ou 16 heures. Soudain, le chauffeur du premier camion voit la camionnette du lieutenant "DICKY" qui le précède, s'arrêter en travers de la route. Arrêt brutal du camion au milieu de la chaussée, coups de feu. Le mitrailleur FFI réplique aux tirs ennemis, provoquant un fléchissement de leur densité, ceci permet à certains d'échapper à la mort.

Il s'agit bien d'une embuscade tendue aux maquisards par les troupes d'occupation bien renseignées. Les soldats embusqués au dessus de la route sur le versant nord du virage tiennent la ligne droite sous leur feu. De plus, une mitrailleuse, au dessus de la rive gauche du Lot, "couvre toute la rive droite, de la route à la voie ferrée et au Lot. Plusieurs maquisards sont tués alors qu'ils sont à l'abri des tirs venus du versant nord.

Lors du ratissage qui suit, les blessés sont achevés. Vingt-cinq FFI sont morts dans cette embuscade. Quatre prisonniers, emmenés à MENDE, sont fusillés le 17 Août. Deux ou trois autres, pris au bord du Lot, sont parmi les fusillés du "PONT VIEUX" à CHANAC, le 16 août.

Parmi les survivants, on compte "DICKY" et huit de ses hommes. L'auteur de la trahison, confondu et condamné à mort par le tribunal militaire FFI, est fusillé le 31 août 1944."

________________________

Note : BARJAC se situe dans le département de la Lozère, région Languedoc-Roussillon, au confluent du Lot et de la Ginèze ; cette localité est dans l'arrondissement de Mende et le canton de Chanac.

Pourquoi avoir mentionné ce fait de résistance contre les troupes d'occupation allemandes ?

1/   15 août 1944  -  15 août 2013  :  69 ans que cette tragédie, suite d'une trahison, s'est passée. Cette intervention courageuse, même si loin de notre Tournaisis, Belgique, méritait d'être rappelée ici.

2/  Le lieutenant "DICKY" n'était autre que le lieutenant Richard MISSON, rapidement nommé capitaine pour cette action.

Misson - IMG_0001.jpg

 

Mais aussi, RICHARD MISSON EST LE PERE DE GUY MISSON, CHANCELIER NATIONAL AU COMITE NATIONAL DE NOTRE "SOCIETE ROYALE PHILANTHROPIQUE DES MEDAILLES ET DECORES DE BELGIQUE" ET AUSSI PRESIDENT DE LA PROVINCIALE HAINAUT DE NOTRE MÊME SOCIETE ROYALE.

Informations communiquées par Guy Misson : "Le capitaine Richard Misson est né à Châtelet le 1 janvier 1920. Le 15 février 1939, il effectue son service militaire au "3eme Carabiniers cyclistes". Il participe à la campagne des 18 jours du 10 mai 40 au 28 mai 40. Il est prisonnier des Allemands du 29 mai 40 au 8 juin 1940. Libéré, il effectue à pied le trajet de Audenarde à Châtelet. Il entre dans la Résistance. Le 10 mai 1943, alors qu'il transporte des faux papiers, il est arrêté par la Gestapo et est incarcéré à Charleroi. Interrogé par ce service allemand, il n'avoue rien et le 19 juin 1943, il est envoyé à la prison de Mons et envoyé ensuite au camp de travail de Watten-Eperlecques où se trouve l'important chantier de l'organisation Todt qui construit ce fameux bunker devant servir au lancement des fusées V2.

Le 27 août 1943, il y a le bombardement par les bombardiers B-17 de l'USAAF, que j'ai déjà mentionné. Ce lâcher de 335 tonnes de bombes cause de très graves dégats mais aussi de nombreux tués par la population civile et les nombreux déportés dont beaucoup de Belges - on parle d'environ 150 Belges dont beaucoup non identifiés. Cela doit être ce jour-là que mon père s'évade. Il rejoint les maquis de Haute Lozère en octobre 1943. En avril et mai 1944, il participe aux combats de Chaudes Aigues (Département du Cantal - Région Auvergne) et, en juin 1944, aux combats dits du Mont Mouchet, (en bordure des départements de Haute-Loire et Lozère, près du Cantal). Le 15 août 1944, il y a l'embuscade de Barjac (voir ce récit ci-dessus). Plus tard, (date et un lieu inconnus) il est arrêté avec une partie de ses hommes par les Allemands et emprisonné (lieu pas connu). Bien qu'il portât un uniforme, on lui annonce que le lendemain matin, il sera fusillé. Au petit matin, comme il entend des coups de feu dans la prison et qu'il ne peut voir à l'extérieur, il suppose que les Allemands abattent leurs prisonniers avant de quitter les lieux puisque l'Armée américaine est tout près. Il entend des bruits tout près de sa cellule ... et se prépare à mourir. La porte s'ouvre brusquement et c'est ... UN DE SES CHEFS ! L'émotion est trop forte et mon père s'évanouit ..."

Un grand merci à Guy MISSON pour son aide et l'autorisation de publier ce fait sur le blog de notre Régionale de Tournai des Médaillés et Décorés de Belgique.

__________________

Il vous est loisible de trouver d'autres détails sur ces faits du 15 août 1944, en tapant sur votre moteur de recherche ( ici : Google ) : La Résistance en Lozère - Barjac : mardi 15 août 1944.  ou encore " Résistance" et le "nom d'un des lieux mentionnés dans les textes ci-dessus

14:22 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

11/08/2013

LUI, LEON BECKERS, AGENT DE RENSEIGNEMENT BELGE ...

J'eus, il y a quelques jours, l'attention attirée par une note apparaissant sur la page Facebook de notre vénérable société plus que centenaire, la SRPMDB. Je la lus ... et fus éberlué par ce que je venais de découvrir : le récit d'une épopée, un acte de courage, de bravoure, de don de soi et sacrifice qui, je l'avoue, m'était totalement inconnu. Et cette note, je la relus une seconde fois.

Léon BECKERS, ce héros caché, était un agent de renseignement du réseau Tegal, actif pendant la guerre 40-45. Je pus avoir connaissance d'un courrier du prénommé, destiné aux siens et daté de l'époque entourant "Décembre 1944".

Beckers Léon - SA PHOTO - 1157440_10151589535356452_169971587_n[2].jpg

LEON  BECKERS

Nous en découvrons le récit complet :

Décembre 44 ...

Les Alliés s'organisent pour la campagne d'hiver ; on s'aperçoit nettement qu'ils veulent forcer le front à l'ouest d'Aix la Chapelle.

En tant que chef de secteur, je reçois l'ordre de poster des lignes de front, actuellement situées le long de la rivière "Roer" et de prendre connaissance de l'effectif armement-disposition de l'armée allemande, défensive et agressive ; je dois partir le 19 décembre, accompagné d'un agent et d'un télégraphiste. Ce dernier m'est présenté d'office ; quant à l'agent, je choisis mon collaborateur.

Je dois pour la première fois, me rendre en Bochie, pays inconnu, traverser la ligne et y rester environ 5 jours. Le 18 décembre, je mets mon oncle au courant qui, lui seul, est au courant de mes activités. Eventuellement, si la destinée voulait que je ne revienne pas, mon père aurait été averti par lui. Le soir même, je me rends à Verviers, chez ma fiancée et raconte simplement à mon beau-père que je dois traverser les lignes du front dès le lendemain soir ; en même temps, je lui remettais une lettre pour ma fiancée au cas où je ne serais plus revenu ...

Nous nous réunissons dans les bureaux de la CIC à Liège ( CIC : Bureau du contre-espionnage américain ) où nous déguisons tous les trois en soldats allemands et portant le brassard des infirmiers. Le révolver à la ceinture, nous prenons place dans une jeep-car d'officier et nous partons vers l'est. Nous traversons Verviers puis le frontière ; tout le long du chemin, nous continuons notre exercice de langue allemande surtout dans les mots médicaux et, enfin, nous apercevons des dépots de munitions, des tranchées et des garnison ; le front n'est plus éloigné. L'acheminement se fait jusqu'aux premières lignes où nous attendent déjà les quelques hommes, deux pelotons spécialisés dans les passages d'hommes.

Le passage doit s'effectuer, si tout réussit, dans une demi-heure ; quelques renseignements nous sont encore donnés par le Colonel américain au sujet des rapports de missions effectuées et que nous transmettrons par morse au petit avion "coucou". C'est celui-ci également qui nous transmettra les ordres par la suite. Nous recevons en même temps, les noms et adresses des Allemands qui sont disposés à nous héberger en cas de danger. C'est bien la première fois que je pars, l'esprit soucieux et cependant, il faut aller jusqu'au bout.

Le moment est venu, nous passons la rivière, peu large d'ailleurs ; deux groupes d'hommes attendent, l'un à gauche, l'autre, à droite, pour passer à l'attaque tactique.

Le signal est donné  ! ! !  Les soldats s'engagent et gagnent du terrain ; l'ennemi riposte, les nôtres redoublent d'ardeur dans leurs tirs qui s'acharnent de plus en plus ; nous en profitons pour avancer également en rampant. Les nazis, peu satisfaits, intensifient leurs contre-offensives et s'élancent à l'assaut. Sur ce, les Américains se replient et nous, nous faisons le mort, endossant des coups de pieds des soldats allemands qui courent dans l'obscurité. Nous nous redressons lentement et nous constatons avoir réussi le passage du front de position.

Mon premier travail est de rechercher un endroit à l'arrière du front afin de placer mon technicien ; un abri abandonné servira de poste d'observation et de ralliement ; ensuite, je m'oriente et me situe des limites pour ne pas m'égarer. A l'aube, Louis va de son côté ; moi, je prends une autre direction tandis que le troisième sera la sentinelle de notre hôme.

Toute la journée, je prends connaissance du terrain et constate que le calme règne dans la troupe. Je m'enhardis de plus en plus du fait que l'on ne remarque même pas ma présence, les soldats trouvant tout naturel que je recherche, soit disant, les blessés et les malades. Je suis tout à mon aise pour remplir ma mission et cela activera celle-ci.

La nuit venue, le "coucou" lance son appel et aussitôt, je transmets mon rapport et mes ordres ; ensuite, je reçois les siens.

La cinquième nuit - le 23 décembre 1944 - le "coucou" nous fait savoir que notre mission est terminée et que nous devons nous rendre directement à l'endroit du passage. Malheureusement, la chose n'est pas aussi facile ; au moment où les Allemands doivent contre-attaquer, moment propice pour nous, ceux-ci réalisent une réaction différente et nous nous trouvons bloqués sur le sol ennemi.
Ne perdons pas de temps ; nous rejoignons notre abri et discutons des possibilités de regagner le front allié.

Une idée  !!!

Je savais que la ville de Düren était en partie libérée, la région ouest de la Roer et je me trouvais à environ 10 kilomètres de cet endroit.

Je décide de partir le premier et d'attendre Louis à l'entrée de la ville, le long de la rivière et, ensuite, notre ami n°3. Louis arrive un quart d'heure après moi, comme prévu ; quant au technicien, il n'était pas encore arrivé une heure après. Il fallait en conclure qu'il avait eu des difficultés et devait se cacher ou bien, était-il mort ?

Louis avait reçu une balle dans la cuisse mais eut le courage de marcher. Nous traversons les ruines de la ville tant bien que mal, sautant les haies et les murs écroulés. A l'aube, j'aperçois des soldats américains sur l'autre rive à une vingtaine de mètres.

Notre idée était de se constituer prisonniers et de faire appel au Colonel. Nous arrivons enfin à être captifs mais ce n'est pas tout rose ; les Américains ne veulent rien entendre ; je leur dis que nous sommes Belges et eux de s'exclamer : "Soldats de Degrelle - Rex - Boches" ; nous recevons des coups et des injures à n'en plus finir.

Enfin, un chef arrive et je lui demande s'il connaît le Colonel X ; il nous regarde d'un air étonné et nous prie de le suivre.

L'expédition était terminée ...

François Beckers, en son nom et celui de sa famille, nous a autorisé la retranscription de la lettre de son père, dont mention ci-dessus, envoyée à sa fiancée de Verviers, document daté du 16 décembre 1944.

Il est aussi précisé que " En référence au récit de la mission de Mr Léon Beckers, la famille souhaite préciser qu'elle se réserve les droits sur la publication et l'utilisation du contenu de ce document ". Pour plus d'explication, contacter le fils de l'intéressé, François Beckers. Il se fera un plaisir de vous répondre via fbeckers@skynet.be

 

BECKERS LEON - Sa lettre - au cas où ... Diapositive1.jpg

 

Retranscription conforme à l'original, de la lettre écrite par Léon Beckers, "au cas où ..."

Mon très cher petit loup,

C'est à mon tour aujourd'hui de t'écrire, d'une façon un peu tragique. Tout d'abord, je m'excuse de ce qui arrive, ce n'est pas de ma faute ... que tous les chefs (responsables) auront leur tour, d'ailleurs, je ne suis pas le premier.

Voici ce qu'il y a.

La nuit du 18 au 19 décembre, j'ai dû partir pour l'Allemagne, c.à.d. derrière les lignes. Je ne suis pas volontaire, loin de là. Il se peut, si je n'avais pas aimé, que je serais déjà parti. Mais ! ! !

J'espère que tu croiras toujours en mon amour, j'en suis persuadé d'ailleurs.

Tu sais que je t'aime, je sais que je te causerai beaucoup de chagrin si la destinée voulait que tu lises cette lettre, car, à ce moment, ton brave petit Léon n'existerait plus ; peut-être aurais-je été fusillé par ces boches comme quatre de mes amis.

On nous disait qu'ils avaient été enlevés ; seulement, il n'en était pas question, ils auraient été posés derrière les lignes et n'en étaient pas revenus.

Ils sont morts en héros, je le suis également, sois fière de moi. Je suis près du bon Dieu et te vois déjà à cette heure où tu me lis.

Mon petit loup, ne gâche pas ta vie, je t'en prie. Tu ne m'oublieras jamais, je le sais, mais ce n'est pas la cause de rester seule. Moi je serai heureux de te voir heureuse ici-bas. Tu as besoin de beaucoup d'affection et de fonder un foyer. J'aurais voulu être le père de tes enfants mais Dieu a préféré autrement, toi qui est si chrétienne, tu comprendras et tu dois le comprendre.

Remercie beaucoup ton père qui a été si gentil pour moi et ta maman qui était la mienne aussi ; j'étais heureux chez toi car, en plus de ton grand amour, je ressentais un amour maternel également, il y avait déjà si longtemps que je n'avais plus eu l'affection d'une maman.

Embrasse bien tante Lisette, ta soeur Renée, Paul, le fameux Riquet et le brave Jules.

Je te quitte et te dis adieu ... mais ce n'est qu'un au revoir.

Reçois les tendres baisers de ton cher Léon.

(s) Léon

Qui était LEON BECKERS ? Léon, auteur de la "lettre qui devrait être remise à sa fiancée au cas où il ne reviendrait plus", effectuait son service militaire en 1939 au fort de Barchon, un des bastions défensifs de la ceinture de Liège. Il était affecté à une des trois coupoles garnies de canons de 105 mmm. La résistance de ce fort fut acharnée ; elle dura 9 jours durant lesquels 11.000 obus furent tirés par ses défenseurs. L'assaut final, appuyé par l'artillerie et l'aviation, fut mené par pas moins de 1.500 soldats allemands. Ecrasés par les bombes et submergés par les troupes d'assaut qui eurent recours aux lance-flammes pour neutraliser les positions de tirs, les défenseurs du fort de Barchon furent faits prisonniers le 18 mai 1940.

Léon BECKERS connut la déportation ; il sera ballotté dans plusieurs camps de travail et de concentration dont Rawa Ruska. Mais sa soif de liberté était plus forte que la peur du courroux de l'ennemi, il tentera de s'évader à plusieurs reprises. La septième tentative d'évasion sera bonne et c'est le 11 novembre 1943 qu'il rejoindra enfin, Liège. Moins de six mois après avoir retrouvé les siens, il intègre la section du réseau "Tegal", active sur le Plateau de Herve. Il y opérera sous le pseudonyme de "Daniel" et dirigera un secteur opérationnel.

Fin septembre 44, il est intégré dans le Comité d'Etat-major de l'Intelligence Service au côté du Colonel Wellington, M. Lepage (Sûreté de l'Etat), M. Dawan, M.Cherette, M. Steingnart, M. Dewez, M. Lombard et des Abbés Wilmotte et Demolin.

François Beckers nous précisera que son père Léon se mariera en 1947 à Mangombroux, Verviers avec Marie-Louise Jansen. Il décèdera le 31 mars 1979. Sa tombe se trouve au cimetière de Stembert, Verviers auprès d'autres anciens combattants. -- Infos de la famille Beckers reçues partiellement via Raymond Debelle.

Note personnelle de Jacques DCK : Informations sur le "Réseau Tegal" : voir, parmi de nombreux autres sites équivalents, : http://www.freebelgians.be/articles/articles-3-24+le-serv...

F I N

 

17:56 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

08/08/2013

21 JUILLET 2013 - DE RETOUR DU DEFILE A BRUXELLES ...

Le vice-Président de la régionale du Tournaisis des Médaillés et Décorés de Belgique JEAN-PHILIPPE POCHART, de retour du défilé, a pu capter, à la gare du Midi à Bruxelles, de retour également de ce défilé exceptionnel du 21 juillet 2013 comme l'auteur de cette photo, ces trois grands amis de la Belgique Unie : JEAN LUXEN, vice-président Fraternelle para-commando de TOURNAI, également membre de notre régionale Médaillés et Décorés,  OSCAR DEMANEZ de l'amicale para-commando de MOUSCRON et Jean LOOSVELDT, secrétaire de l'amicale para-commando de ATH.

 

M.Dc. - LUXEN ETC. 988635_10201370101122628_1303636869_n.jpg

 

16:38 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/07/2013

21 JUILLET - BONNE FÊTE NATIONALE - VIVE LE ROI

DRAPEAU - BELGIQUE.gif

A VOUS TOUS, CHERS AMIS BELGES D' ICI  ET A TRAVERS LE MONDE

LA REGIONALE DE TOURNAI DES MEDAILLES ET DECORES DE BELGIQUE

VOUS SOUHAITE, EN CE 21 JUILLET, UNE TRES BONNE FÊTE NATIONALE

ET UN WEEK-END VRAIMENT ... ROYAL

12:49 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/07/2013

Nouvelles de notre ... PELERINAGE A HORHAM, SUFFOLK

Ce fut, spécialement pour moi, comme un pélerinage. Horham, village du Suffolk, Royaume Uni fut de 1943 à 1945, la base de départ pour les missions de bombardement sur l'Allemagne et l'Europe occupée, des bombardiers de l'USAAF et, dans ce cas, du 95th Bombardment Group de la 8th Air Force.

Pour détails concernant ces journées du 21 au 24 juin 2013 et la chaleur de l'accueil à notre égard, voir sur Facebook la rubrique Médaillés et Décorés.

-- HORHAM - Annonce Photos voyage .JPG

-- photo - Etiquette 70° A. Horham .jpg

-- Horham - 4 BELGES à Redlingfield Memorial - 22.6.2013 - photo Mike AGER .jpg

Face au mémorial de REDLINGFIELD, non loin de HORHAM

-- Panneau RED FEATHER CLUB -DSC00691.JPG

-- DSC00586 ----- Vitrine Robert MERCER .JPG

HORHAM : Surprise et grande émotion pour moi : Dans le musée du 95th Bomb. Group au "Red Feather Club - 95th BG" une vitrine complète consacrée à ROBERT MERCER et à son EQUIPAGE.

-- DSC00668 - James MUTTON et Jacques DCK .JPG

James MUTTON, chaiman Red Feather Club - Horham que je reçus à Tournai et Kain - au Mémorial - en février 2013

-- DSC00573 - Raymond D., Jean-Paul B.et Francis T..JPG

Raymond DEFFOLIN, Jean-Paul BOITTE. et Francis THIRY.

-- DSC00609 - Vitrail-Ecusson 95th BG - Red Feather Club.JPG

Vitrail - Ecusson RED FEATHER CLUB - 95th BOMB GROUP

-- DSC00553 - Jacques DCK - Mémorial Lt-Cl COZENS - Cdt 95th BG - WW2.JPG

Entrée du "Red Feather Club - 85th BG  -  Près du mémorial consacré au Lt-Cl COZENS, commandant le 95th Bombardment Group entre 1943 et 1945

-- DSC00537 - Salle réception .JPG

Au fond joue le "SKYLINER BAND" musique GLENN MILLER - orchestre du Red Feather Club

-- DSC00530 - Panorama partiel.JPG

Panoramas partiels - Maquette au 1/700 de la base de Horham en 1943-45.

Ce remarquable travail de patience se trouve dans la salle d'accueil avant le musée

-- DSC00575 - Panorama partiel Airfield Horham 43-45.JPG

-- DSC00562 - Briefing avant visite ex-airfield Horham.JPG

Briefing avant la visite de l'ancienne base aérienne à bord de voitures d'époque ( Jeeps etc.)

-- DSC00564 - Itinéraire parcours visite .JPG

Itinéraire à suivre, actuellement au bord des champs cultivés et d'une des pistes, utilisée pour l'aviation légère occasionnellement.

-- DSC00669 - Entrée du Musée etc..JPG

-- DSCF1919 - Raymond D. and M.P. [1280x768].JPG

Qui surveille l'autre ?

-- DSCF3653 ----- Vitrine R.MERCER.JPG

Détails de la vitrine "Robert MERCER and CREW" : Robert MERCER, endroit de l'écrasement et avion en feu, panorama actuel

Mes amis et moi avons eu le grand plaisir et honneur de rencontrer les "95th Bomb Group Veterans" Jack Bertram, pilote, 412th Bomb Squadron, Harry Hull, 336th B.Sq de l'équipage "pilotes Garrison-Lennox", Irv Rothman, mitrailleur tourelle supérieure et mécanicien de vol, 336th B.Sq de l'équipage "pilote Trobovich", Bob Fay, mitrailleur tourelle inférieure, 334th B.Sq de l'équipage "pilote Hiram Griffin" et Ed. Yursky, mitrailleur de queue.

-- SAM_0030 - Les VETERANS AMERICAINS DU 95th Bomb Group .JPG-- DSC00601 - Museum - Air gunner.JPG

Une des nombreuses pièces du musée - ici, un mitrailleur latéral -"waist gunner"

Ci-dessous : début de la cérémonie d'hommage et arrivée du peloton d'honneur

-- DSCF1920 - Arrivée début Garde d'Honneur [1280x768].JPG

-- SAM_0069 - Cérémonie commémoration 70° Anniv.JPG

-- SAM_0079 - Cérémonie commémoration 70° anniv.JPG

-- SAM_0074 - Nos sièges réservés comme STRANGERS-V.I.P. .JPG

Une attention de plus de nos hôtes  : nos places réservées dans l'espace " Strangers - VIP" ... mais sous une courte averse. - Francis, Jean-Paul et Raymond.

-- DSCF3626 - Surprise d'une interview inattendue - Jacques DCK .JPG

La surprise d'une interview inattendue sur tous ces évements ... depuis le 28 janvier 1945 et qui, finalement, nous amenèrent à Horham en ce mois de juin 2013. A gauche : mon ami le "pélerin" Jean-Paul Boitte et au centre : Francis Thiry.

-- DSCF3641 - J.Pl, Francis et Jqs.DCK.JPG

-- SAM_0035 - Fleurs au Mémorial de REDLINGFIELD .JPG

Memorial de REDLINGFIELD - En 1943, un B-17 s'écrasa au décollage, chargé de ses bombes ...

---------------------------------

ET LE LUNDI 24 JUIN ARRIVA ...

AVEC LE RETOUR VIA LE "CHANNEL TUNNEL" ET LE "SHUTTLE"

 

-- DSCF3724 - Ticket Accès au SHUTTLE - Tunnel sous la Manche.JPG

-- DSCF3727 - retour au 66.RP .JPG

Tournai, face au 66, R.P. - La fin de cette belle expérience de fraternité internationale, pleine d'une grande chaleur humaine.

F I N

 

 

20:50 Écrit par SRPMDB | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |