08/08/2008

Composition du Comité National

 

Composition du Comité de Direction National. (08/03/2008)

Samenstelling van de Nationale Bestuursraad (08/03/2008)

 

 Président National : Germain Coelembier (2012)

Grand Chancelier : Jean-Marie Delmotte (2013)

Vice-Président : Eugène Capouillez (2013)

Vice-Président : Jeannine De Schenkel (2013)

Secrétaire Néerlandophone : Yves Asselman (2013)

Secrétaire Francophone : Norbert Sonvil (2013)

Chancelier : Guy Misson (2011)

Trésorier : Germain Coelembier (2012)

Protocole : Gérard Gilbert (2012)

Public Relations : Christian Masy (2013)

Cérémonies/Fêtes : Maurice Letellier (2013)

Porte-Drapeau : René Joly (2012)

Porte-Drapeau Adjoint : Rose-Marie Speleers (2012)

15:55 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/08/2008

73eme hommage national au Roi Albert 1er et aux héros de l'Yser

Ce dimanche 3 août 2008 s'est déroulée à Nieuport la 73eme cérémonie d'hommage au Roi Albert 1er et aux héros de l'Yser en présence du représentant de S.M. le Roi.

De nombreux drapeaux ( dont en bonne place celui de la SRPMDB ) avaient pris place autour de la statue équestre du Roi-Chevalier pendant le service oecuménique qui se clôtura par le dépôt de gerbes aux monuments anglais et français.

Seul bémol à cette cérémonie, la pluie diluvienne qui s'abattit sur les participants...La régionale du Tournaisis était représentée par Mrs Masy et Pochart.

4

5

6

7

3

 

 2

 

08:03 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/07/2008

LA B.B.C. à KAIN (TOURNAI) après AVIS DE RECHERCHES SUR UN MILITAIRE ANGLAIS

DRAPEAU - GRANDE BRETAGNE

Bonjour à  nos "Médaillés et Décorés", à tous nos amis et visiteurs de notre BLOG,

Mardi 12 août 2008, une équipe de la télévision britannique BBC est venue effectuer un reportage sur le passage à Kain du sergent britannique James Allan WARK, mitrailleur dans le "47th Machine Gun Battalion", une unité de la "47th Division" qui, après avoir traversé l'Escaut à côté d'autres divisions 59th, 74th, 55th etc, libéra le village de Kain (Tournai). Ce bataillon de mitrailleurs fut pendant une période d'une semaine, hébergé au Collège de Notre-Dame de la Tombe à Kain. Comme ce fut le cas pour un certain nombre de militaires ici à Kain - et ailleurs - des familles kainoises hébergèrent pendant de trop courts moments, quelques-uns de ces libérateurs. Ce fut le cas de notre Sergent James Allan WARK qui, dans deux lettres datées des 13 et 16 novembre 1918, raconte à ses parents, la chaleur de l'accueil des membres de cette famille dont il ne mentionne pas le nom. Cet oubli ne permettra pas, en ce mardi 12 août 2008, de retrouver la trace des descendants de ces accueillants kainois de 1918.

Le 29 novembre 1918, atteint par l'épidémie mondiale de grippe espagnole, ce vaillant sous-officier qui avait combattu dans les tranchées plusieurs années, mourrait à Ascq à l'hôpital militaire temporaire. Sa tombe est au cimetière communal de cette localité française sur la frontière franco-belge.

Notre télévision du Hainaut Occidental  NO TELE a réalisé sur place à Kain, une excellente et concise séquence sur ce passage de leur consoeur britannique. Cliquez ci-dessous et voyez :

http://www.notele.be/index.php?option=com_content&task=view&id=3255&Itemid=31

 

2760082225_d08bb764ea_STELE_J.A._WARK_-_Cim.ASCQ_b

Photo : Equipe BBC - Paul REED

Tombe du Sergent James Allan WARK

C'était, ci-dessous, l'AVIS DE RECHERCHES lancé par la Presse écrite et télévisée.

AVIS DE RECHERCHES DE LA BBC En vue de la préparation d'émissions TV, visant à commémorer le 90° anniversaire de l'Armistice de la Première guerre Mondiale, la chaîne de télévision britannique lance un appel aux habitants de l'entité de Tournai. Elle recherche :

Des personnes se remémorant des faits de la guerre 14-18, soit des personnes ayant vécu à cette époque, soit des enfants et petits-enfants dont les parents et grands-parents leur ont raconté des faits s'étant déroulés à cette époque. La recherche de la BBC porte principalement sur des faits en relation avec des soldats britanniques, présents à Tournai et villages environnants dont KAIN, dans les années fin 1918 - début 1919. Exemples : Des militaires ont été hébergés dans tel ou tel bâtiment (école etc.) ou dans des maisons privées. Il est arrivé aussi qu'un militaire britannique ait épousé une jeune fille tournaisienne ou de nos villages environnants d'où descendance en Grande-Bretagne ou ici : les familles apparentées restées ici  seront d'importantes sources d'infos ... etc. etc. Ces personnes, pouvant apporter de tels précieux témoignages à ce sujet, sont invitées à prendre contact soit par e-mail à l'adresse  ww1research@gmail.com  - cela peut être fait en français - ou par téléphone au 069-222045 ( Office du Tourisme de la Ville de Tournai ).  

     Toute information complémentaire peut être demandée à

Jacques De Ceuninck  Rédacteur en chef de "La Lorgnette"

TF 069-210377   -   j_de_ceuninck@hotmail.com


 

12:01 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/07/2008

21 JUILLET - NOTRE ATTACHEMENT A NOTRE PAYS ET A SON UNITE

Médaillés..

LUNDI 21 JUILLET A 11 HEURES

"A TOUS NOS MEMBRES DE LA REGIONALE DU TOURNAISIS ET ENVIRONS DES "MEDAILLES ET DECORES DE BELGIQUE" ET LEURS AMIS, PRESENTS A TOURNAI CE 21 JUILLET, AFIN DE MARQUER NOTRE ATTACHEMENT INDEFECTIBLE A NOTRE BELGIQUE ET A SON UNITE, PORTEURS DE NOS DECORATIONS, CORDIALE INVITATION AU TE DEUM A LA CATHEDRALE DE TOURNAI, SUIVI D'UNE AMICALE RECEPTION A LA HALLE AUX DRAPS - GRAND PLACE, ORGANISEE PAR LA VILLE DE TOURNAI."  : c'est le souhait de Christian, notre dévoué Président régional.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

11:53 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/07/2008

21 juillet 2008 Message du Président National

 

                         
 

  

Beste Vrienden - Collega's,

 

Nu wij opnieuw met onze regering in de impasse steken doe ik een oproep aan U allen.

Bevlag uw woningen met de Belgische driekleur zodat iedereen kan zien dat

Wij niet van ons standpunt afwijken en streven naar een unitair België. Wij doen niet aan politiek, doch ons Vaderland ligt ons nauw aan het hart.

Wij zijn allemaal Belgen. Onze voorouders lieten hun leven om ons een Vaderland te bezorgen.

Walen en Vlamingen vochten zij aan zij teneinde onze onafhankelijkheid ten opzichte van de bezetter te vrijwaren.

Wij mogen dat niet laten verloren gaan en zijn fier Belg te zijn.

Daarom - Bevlag uw huizen op 21 juli met onze driekleur.

Met Vaderlandslievende groeten,

Germain Coelembier

Nationale Voorzitter

Dragers van Eretekens en Medailles van België.

Chers Compatriotes et Chers Amis,

Notre pays se trouve à nouveau dans l’impasse.

Je vous lance un vibrant appel afin que vous pavoisiez à l’occasion de ce 21 juillet et que le drapeau belge flotte sur vos façades.

Il faut que chacun puisse constater que la majorité des Belges n’a pas changé d’opinion et reste attachée à l’unité de notre pays.

Nous ne faisons pas de politique, mais nous voulons fermement rappeler notre attachement à la Belgique.

Flamands, Wallons ou Bruxellois, nous sommes tous Belges.

Nos ancêtres ont donné leur vie pour nous donner une patrie , garantir nos libertés et la démocratie.

Francophones et Néerlandophones ont combattu côte à côte pour notre indépendance contre l'occupant.

Nous ne pouvons ni oublier ni négliger ces combats et ces sacrifices et nous sommes fiers d'être belge.

Je vous demande donc en mémoire de tout cela,  et en témoignage de votre volonté du maintien de l’unité de notre pays, d’arborer nos trois couleurs nationales en ce 21 juillet.

Vive la Belgique !

Avec mes salutations Patriotiques,

Germain Coelembier

Président National

Société Royale Philanthropique des médaillés et décorés de Belgique  
 

 

 

11:11 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

09/07/2008

Assemblée générale régionale du 08/11/08

A vos agendas ! Bloquez y en urgence la date du samedi 8 novembre prochain à laquelle se tiendra l'assemblée régionale statutaire de la Régionale du Tournaisis.

Elle se tiendra à quelques kilomètres de Tournai, en haut du Mont Saint Aubert ( oui, pour une fois, nous quittons le centre-ville ...), à l'hôtel-restaurant "le Floreal -  Panoramique" .

800px-Mont-Saint-Aubert_-_view

La campagne tournaisienne vers le Mont-Saint-Aubert

MT-ST-AUBERT_26.07.04_001

 Vues du Mont Saint Aubert - à gauche de l'église : le FLOREAL - PANORAMIQUE

MT-ST-AUBERT_Vers_sommet_26.07.04_010

 le  FLOREAL - PANORAMIQUE - A l'arrière : Eglise de Mt-St-Aubert


MT-ST-AUBERT__Vers_TOURNAI_26.07.04_008

Haut du Mont-St-Aubert - Panorama vers TOURNAI

MT-ST-AUBERT_vers_la France_26.07.04_003

Haut du Mont-St-Aubert : Panorama vers l'ouest de Tournai et la France - avant-plan : un vaste parking derrière l'église et très aisé d'accès.

L'accueil des participants se fera dès 10h15 à la cafétaria

A 10h45  nous pourrons bénéficier d'une intéressante conférence sur les monuments militaires de la région qui nous sera donnée par Monsieur Jacky Legge. Jacky Legge est né en 1957 à La Hestre et après des études à l'IHECS , il intégra la maison de la culture de Tournai où il organisa de nombreuses et prestigieuses expositions. Il est professeur et maître de stage à l'HELHO et aussi auteur de nombreux ouvrages, mais sa passion c'est l'art funéraire ( rassurez-vous il est tout sauf morbide ...) qui lui a valu d'être nommé conservateur du patrimoine architectural des cimetières tournaisiens.

Jacky Jacky Legge
 

A 11h30 apéritif offert par la Régionale avec toast au Roi, commandé par le RSM Richard Scyeur.

ist2_1046150_champagne_toast      dyn004_original_465_613_pjpeg_2612427_3937331da4dfabaa14744436023ebedc

A 12h30 repas de corps ( prix 40 € ) : salade frisée au chèvre chaud, étuvée de boeuf à la bière de la région et pommes au romarin, tarte normande, 1/3 de bouteille de vin par personne

A 15h00 Assemblée statutaire régionale avec discours des autorités, rapport d'activité du secrétaire, du trésorier et des commissaires aux comptes ainsi que la traditionnelle remise des décorations.

Sont promus cette année :

Chevalier de l'Ordre de la Croix Belge : André Bruneau, Jean-Marc Beghin, Philippe Hespel, Alain Urbain, Patrick Cochez, Louis de Foere, Charles Baisieux, Michèle Cauchie, Serge Decottignies, Jacques-Charles de Sany, Gérard Bulion, Pascal Dufay, Michel Chabat et Pierre Olivier.

Officier de l'ordre de la Croix Belge : René Cablyn, Georgy Vancoppenolle, Régis Hoornaert, Jean-Claude Quevauvillers, Vincent Moulaert, Harry Heuskin, André Lebailly.

Commandeur de l'Ordre de la Croix Belge : Bruno Pirard, Jean-François Adam, Guy Spriet.

Grand Officier de l'Ordre de la Croix Belge : Marcel Mauroit, Allard Bersez.

Se verront décerner la médaille de la Belgique couronnée de bronze : Henri Deridder, Lucien Delrue, Joseph Carlier, Patrick Coste, Renaud Courtois, Thierry Vancoppenolle, Laurence Masy et Fabien Fontaine, la médaille de la Belgique couronnée d'argent : Jean Duvivier et Fernand Ovens, la médaille de la Belgique couronnée d'or : Marcelle Gorts, Mara Bolognini et Emile Vanboquestal

Vers 16 h00 ( si le timing est respecté...) se tiendra l'assemblée générale provinciale et la provinciale du Hainaut offrira le verre de l'amitié pour clôturer la journée.

Les bulletins d'inscription vous parviendront avec la prochaine "Lorgnette" et seul le paiement des 40 € sur le compte 000-1309038-23 de la Régionale des MDB avant le 15/10/08 avec la communication "Repas de corps du 08/11" vaudra inscription. Vu le succès des précédentes éditions et le nombre limité des places ne tardez pas à vous inscrire.

Tout renseignement complémentaire peut être obtenu auprès de notre secrétaire-trésorier, Mr Jean-Marie Delmotte tel. :  069 548304  ( de l'étranger 00 32 69  548304 )

08:28 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/06/2008

Fête de promotion à Liège

Dernièrement, le Président National Germain Coelembier est allé présider la fête de promotion annuelle de la régionale de Liège.

Vous trouverez ci-dessous la photo traditionnelle sur laquelle on peut reconnaître Alain Renson,  Christiane Marzée, Jean-Paul Miévis, le Président G. Coelembier, Marie-Elisabeth Froimont, Roger Jamoul et Philippe Isaac.

 

DSC04738 (2)

 

 

14:36 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/06/2008

La première déclaration d'indépendance de la Belgique ?

La Fondation Roi Baudouin acquiert le Manifeste du Peuple brabançon

Le Fonds du Patrimoine de la Fondation Roi Baudouin vient d'acquérir le projet de texte du Manifeste du Peuple brabançon écrit de la main d'Henri Van der Noot (1731-1821).

Ce document revêt une importance particulière dans l'Histoire de la Belgique et peut être considéré comme la première déclaration d'indépendance faite dans nos régions. Il se situe dans le contexte de la Révolution Brabançonne.

Le Document s'inspire de la Déclaration d'Indépendance des Etats-Unis (4 juillet 1776) mais aussi de l'Acte d'Abjuration par lequel les sept provinces du Nord des Pays-Bas s'affranchirent en 1581 de la domination espagnole pour constituer les Provinces-Unies. Cette pièce historique a été confiée aux collections des Archives générales du Royaume. 

 

08:04 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/06/2008

Orroir, le drapeau éternel 2008

Emouvante cérémonie ce samedi  14 juin 2008 à Orroir , sur la tombe des cinq fusillés d'Oostakker, lors du remplacement du drapeau éternel.

C'est la première édition de cette cérémonie qui se déroulait depuis le décès de notre regretté Président Yvon Callaert qui en fut, rappelons le, l'initiateur.

Très émues, Mmes Monique et Marie-Christine Callaert assistaient à la cérémonie qui rassembla bon nombre de drapeaux et de représentants des sociétés patriotiques, venus de tout le pays.

Au terme de l'office religieux durant lequel l'officiant appela à l'unité de tous les Belges, Mr Beghin, nouveau Président du Drapeau éternel,  prononça un discours  à la mémoire des héros de la résistance, fusillés par les nazis et associa, à leur souvenir, celui d'Yvon Callaert.

Le Bourgmestre de Mont de l'Enclus, Mr Jean-Pierre Bourdeaud'huy,  remercia les participants pour leur fidélité à ce devoir de mémoire et appela également à l'unité du pays ainsi qu'au respect de la démocratie avant de convier l'assistance à un sympathique vin d'honneur, offert par la Commune à la maison des randonneurs de Mont de l'Enclus.

De très nombreux membres des Médaillés et Décorés participaient à la cérémonie parmi lesquels entre autres Mr le Grand Chancelier National JM Delmotte,  Mmes Tilly, Callaert et Monart, Mrs Dagry, Pauwels, Bilinski, Quevauvillers, Van Hulle, Benoit, Dufay, Spriet, Ovens,  Wilmotte, Deridder, Rijckbosch, Vekeman, Delrue et Pochart.

ORROIR - 2008-06.14 - Off.Relig. BIS - dyn005_original_640_480_jpeg_2593608_8ded95a5b7f6923fca8c5d952a3fec5a

 l'office religieux au cours duquel fut béni le nouveau drapeau éternel

DSCN0368

Le drapeau du "Relais de la mémoire", porté par la petite fille de José Van Hulle

DSCN0370

DSCN0372

 Recueillement et dépôt de gerbes sur la tombe des fusillés

DSCN0373

 Mr Beghin lors de son allocution

DSCN0374

les autorités militaires

DSCN0375

 

2008-06.14 - ORROIR - dyn005_original_360_480_jpeg_2593608_f3f9ce7b0c71f4fe0c002e72713d8ec5

Le nouveau drapeau belge monte vers le ciel d'Orroir

DSCN0383

 Mr le Bourgmestre J-P. Bourdeaud'huy

DSCN0386

Mme M. Callaert très émue...

DSCN0387

 Mrs F.Benoit, P.Dufay et G.Spriet

DSCN0388

 Mme Tilly et Mr Wilmotte

DSCN0390

Eglise d'Orroir - Plaque commémorative des victimes de la commune 

DSCN0384

Le Grand Chancelier National Jean-Marie Delmotte

DSCN0389

Mrs P.Dufay, J-Ph. Pochart et G.Spriet 

thumbnail

10:47 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/06/2008

Fête de promotion à Namur 07/06/08

C'est à Gembloux que s'est déroulée ce 07/06/08 la fête de promotion de la Régionale Namuroise des décorés et médaillés.

La régionale du Tournaisis  y était représentée par son Président Christian Masy et par son vice-Président Jean-Philippe POCHART;

Après l'allocution de bienvenue du Président Gérard, le Président National prononça un vibrant discours en faveur de l'unité du pays puis procéda à la remise des décorations.

Parmi les promus figurait notamment Mme Sabine Laruelle, Ministre de l'agriculture , des  PME  et de la recherche scientifique.

Le Bourgmestre de Gembloux, Mr Dispa avait tenu a être présent et à féliciter les promus. 

 Le traditionnel banquet clôtura cette journée très réussie et partculièrement conviviale.

 DSCN0348
le comité de la Régionale de Namur

DSCN0349
Le Président Gérard durant son allocution

DSCN0352

le discours du Président national G. Coelembier

DSCN0353
Mrs Gérard et Masy

DSCN0354
Le Président Coelembier se voit remettre un cadeau " gastronomique"...

DSCN0355
le comité namurois eut la délicatesse de fleurir Mme Coelembier

DSCN0356
l'intervention de Mr Dispa bourgmestre de Gembloux

DSCN0358
le Président national procède à la remise des décorations aux nouveaux promus

DSCN0359
la promotion 2008 du Namurois

DSCN0365

Mrs Masy, Pochart et Coelembier

DSCN0360
le Pdt Masy lors du banquet

08:44 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/06/2008

Assemblée générale de l'ANIOC à San Remo ce 31/05/08

giovanardi 

Mr Carlo Giovanardi, Sous Secrétaire d'Etat dans le gouvernement italien et Président de l'ANIOC,  auquel le Président Coelembier a adressé un message de sympathie à l'occasion de la 35eme assemblée générale annuelle de l'ANIOC qui s'est tenue à San Remo le week-end du 31/05/08.

 

dsc0029_67747

dsc0043_67747

dsc0073_67747

dsc0112_67747

dsc0125_67747

dsc0149_67747

dsc0184_67747

dsc0196_67747

dsc0215_67747

 Festa della Repubblica: on. Carlo Giovanardi a Sanremo per 35/mo Convegno Anioc

dsc0149_67747

Sanremo - Giovanardi, presidente nazionale dell'Associazione Nazionale Insigniti Onorificenze Cavalleresche (Anioc), si trovava nella citta' dei fiori per partecipare alla giornata di chiusura del meeting.

Festa della Repubblica-Sanremo

Il sottosegretario di Stato alla Presidenza del Consiglio, onorevole Carlo Giovanardi, ha partecipato stamani ai festeggiamenti del '2 giugno', in piazza Colombo, a Sanremo. Giovanardi, presidente nazionale dell'Associazione Nazionale Insigniti Onorificenze Cavalleresche (Anioc), si trovava nella citta' dei fiori per partecipare alla giornata di chiusura del 35/mo Convegno Nazionale dell'ente, apertosi il 31 maggio scorso e che ha radunato a Sanremo circa 450 partecipanti. L'Anioc raccoglie in una sola grande famiglia tutti gli insigniti d'Italia legalmente riconosciuti, operando lodevolmente da cinquantotto anni in tutte le categorie sociali con la precisa finalita' di perpetuare il valore ed il significato morale della distinzione onorifica nell'ambio della societa' moderna.

Le fotografie sono state realizzate da ART PHOTO SANREMO. 

di Fabrizio Tenerelli
 

 

Sanremo: 35esimo convegno Anioc, 450 delegati in città

Il 31 maggio, l’1 e il 2 giugno si svolge a Sanremo il 35° Convegno Nazionale dell’Anioc (Associazione Nazionale Insigniti Onorificenze Cavalleresche) che opera in Italia dal 1949 onde perpetuare la funzione morale e civile della Cavalleria, il presidente Nazionale è il parlamentare Carlo Amedeo Giovanardi (nella foto). Il convegno è stato organizzato dall’Anioc in collaborazione con Sanremo Promotion. Sono circa 450 i partecipanti che soggiornano a Sanremo due notti.

L’Anioc raccoglie in una sola grande famiglia tutti gli insigniti d’Italia legalmente riconosciuti, operando lodevolmente da cinquantotto anni in tutte le categorie sociali con la precisa finalità di perpetuare il valore ed il significato morale della distinzione onorifica nell’ambio della società moderna.

Il Convegno è così organizzato: sabato 31 maggio alle 21.00 presso il Teatro dell’Opera del Casinò si svolgerà un concerto di benvenuto, mentre domenica sempre al Teatro del Casinò alle 10.00 si apriranno i lavori con l’intervento del presidente nazionale dell’ Anioc Carlo Giovanardi, i lavori proseguiranno per tutta la giornata, mentre lunedì si svolgeranno le celebrazioni per la festa delle Repubblica.

“Sono soddisfatto – dice Maurizio Caridi presidente di Sanremo Promotion – perché grazie al lavoro della società da me presieduta da gennaio ad oggi il settore congressuale ha portato a Sanremo 10 mila presenze. Convegni come quello dell’Anioc sono per noi fonte di prestigio, per lo sviluppo e l’immagine della città".

A. Gu.
 

 

 

 

 

13:55 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/05/2008

Liste des membres au 21 JUILLET 2008 ( 173 membres)

MEDAILLES   et   DECORES   de   Belgique

Groupement régional du Tournaisis et environs  21/07/2008

Klik op de afbeelding om de link te volgen
Médaillés - 2007-CHOISEUL - BLOG et E-MAIL..
Photo : E. Boussemart
Médaillés 0..
Médaillés 1..Médaillés 2..Médaillés 3..
 

 

17:53 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/05/2008

KAIN-LA-TOMBE - INAUGURATION du MEMORIAL ROBERT MERCER et son EQUIPAGE - SUITE-

Les toutes dernières nouvelles de l'après-inauguration, relatées dans le journal américain "BLADEN JOURNAL" du 12 juin dernier, après le retour chez eux de nos cinq invités américains, membres de la famille du pilote MERCER, tous ravis de l'honneur de votre présence au mémorial et en pensée : 

Voir article suivant : "22.5.08 - 14.35 - Inauguration du monument Mercer à Kain ce 22.05.2008", après la série de photos. 

Clic sur ce lien de NO-TELE, notre télévision du Hainaut occidental

http://www.notele.be/index.php?option=com_content&task=view&id=2417&Itemid=31

B-17G_-_Mercer-His_crew_-_MAIL

Quelle journée pleine d'émotions, ce jeudi 22 mai 2008 !

Au total, plus de 200 "pictures" comme disent nos cinq visiteurs américains de la famille de Robert MERCER, le courageux pilote, ont été tirées. Parmi celles-ci, celles de Jean-Philippe Pochart. visibles dans le sujet initial : "Inauguration du Monument Mercer à Kain ce 22 mai 2008"

Pourtant, je n'ai pas résisté à vous présenter ce document, une toute simple photo, tirée par mon ami Jean-Claude Michel, certes recadrée, mais si pleine d'émotion qu'elle nous empêche presque de trouver les mots qui conviennent, pour sa légende.

La cérémonie est tout juste terminée ; beaucoup de larmes furtives ont été essuyées. Certes, moi aussi, pendant mon discours, cela a "serré à la gorge". Et tout-à-coup, en choisissant parmi plus de deux cents photos, mes yeux sont tombés sur celle que vous verrez ci-dessous.

Les instituteurs, les institutrices ont expliqué à leurs écoliers, le sens patriotique, le motif de leur déplacement à ce nouveau monument à gauche de l'église de Kain-la-Tombe. Ces enfants ont assisté patiemment, d'autres un peu moins, aux différents phases de la cérémonie. J'en ai même vu un, tenant un cahier et il notait, il notait à qui mieux mieux. Les drapeaux ont été inclinés ; on leur avait certainement expliqué le motif. Ils se sont écartés avec ordre lors du départ, de front, des militaires américains du peloton d'honneur.

Et puis, comme je l'ai écrit au début, tout s'est terminé ... sauf pour ces deux petites filles - j'ignore leur nom mais peut-être leur instituteur ou leur institutrice les reconnaitra.

Toujours curieux quand je travaille les photos, j'ai "zoomé" et mes yeux se sont ouverts, étonnés : les mains de ces deux petites filles sont jointes, elles sont en plein recueillement ; je parierai que les yeux de celle de gauche sont remplis de larmes ... ou presque.

Aucun mot ne peut mieux illustrer ce symbôle, si ardemment défendu, que l'impérissable "Relais de la Mémoire". Je pourrais encore parler et parler sur leur attitude devant le mémorial. Non, j'arrête et vous, chers lecteurs de notre BLOG, je vous laisse seuls juges. Donnez votre avis ! Moi, personnellement, je leur crie : "Bravo, les enfants ! Bravo à vous, les parents et enseignants, qui vous ont inculqué ce respect qui vous semble, à vous deux, jeunes filles, si naturel !

 Jacques De Ceuninck - "La Lorgnette" - Initiateur du projet "Mémorial Robert MERCER"

DSCN0466
Photo : JC. Michel

 

23:31 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22/05/2008

Inauguration du monument Mercer à Kain ce 22/05/08

C'est sous un soleil éclatant que s'est tenue ce 22 mai l'émouvante inauguration de la stèle érigée en mémoire du pilote américain Robert Mercer.

Un nombreux public, les enfants des écoles et des représentants des sociétés patriotiques ( dont de nombreux Médaillés et Décorés ) avaient tenu à être présents. 

Les autorités américaines assistaient à l'inauguration avec une garde d'honneur, portant les couleurs américaines et belges. 

Le Bourgmestre de la ville de Tournai tint dans son allocution à rappeler les faits ayant amené la chute de l'avion américain et le geste héroïque de son pilote, puis à remercier notre ami Jacques De Ceuninck qui fut, par ses recherches historiques,  à l'origine  de la commémoration de ce sacrifice.

Jacques De Ceuninck retraça, avec la précision qu'on lui connait, le dernier voyage du bombardier et sa chute à proximité de l'église de Kain la Tombe  tandis qu'après lui, un neveu de Robert Mercer, venu tout exprès des Etats Unis, remercia  tous ceux qui avaient contribué à la commémoration et lut un émouvant poème écrit par son père à la mémoire de ce beau-frère qui ne revint jamais de sa guerre en Europe...

A ce moment, alors que retentissait l'hymne américain,  le vent unit les deux drapeaux portés par la garde d'honneur, laissant imaginer que le souffle de l'âme de Robert Mercer survolait l'assemblée ...

Quelques mots du colonel américain Gobert rappelèrent le sacrifice de tous les "boys" tombés pour la liberté et la nécessité d'une vigilance de tous les instants pour la défense de la démocratie et de la liberté. 

Deux petites-nièces du pilote américain remirent un cadeau à Jacques De Ceuninck avant que la cérémonie ne se clôture par le départ de la garde d'honneur et que les participants ne se retrouvent autour du verre de l'amitié. 


 ( photos JP Pochart )

DSCN0262

 la mise en place des drapeaux

DSCN0263
Mme De Ceuninck et José Van Hulle avec le drapeau du Relais de la mémoire

DSCN0264
le toujours présent Daniel Dagry - à droite

DSCN0260

Guy Spriet  administrateur de la régionale du Tournaisis

DSCN0261

André Lebailly administrateur de la régionale du Tournaisis et de la provinciale du Hainaut

DSCN0267
Jean-Marie Delmotte, Emile Vanboquestal et Marcel Vertenoeuil

DSCN0266
Mrs Francis Thiry et Raymond Deffolin           Mr Philippe Hespel

DSCN0265

DSCN0268
Jacques De Ceuninck et la famille Mercer. De dos : Mrs Baneton, Public Affairs Officer USAG-Chièvres

DSCN0269
Les officiers américains, les Colonels Fagundef et Gaubert 

DSCN0271
des représentants de l'armée américaine

DSCN0270
  les enfants des écoles de Kain

DSCN0272
la garde d'honneur se met en place

DSCN0273
Jacques De Ceuninck durant son intervention et expliquant les détails de cette tragique mission de "Bob" Mercer du 28 janvier 1945.

DSCN0275
Eddie LENNON, neveu du  lieutenant  Robert Mercer

DSCN0276
Jacques De Ceuninck

Memorial_-_Mercer_-_PHOTO_Velma-Vanessa-_Jacques-Eddie_P2230354

Les membres de la famille Mercer, Velma Sanders, nièce du pilote, Melissa Brown, petite-nièce et Eddie Lennon, neveu, remettent un cadeau à Jacques De Ceuninck.

DSCN0279
Mrs Melissa Brown,  petite nièce de Robert Mercer, en français, lit sa courte allocution.

DSCN0282
Le colonel Gaubert, commandant le USAF 309th Airlift Squadron - Chièvres, durant son allocution

DSCN0283
les autorités communales et la famille dévoilent la stèle

DSCN0286

DSCN0287
Frédéric Pauwels

DSCN0288
André Demortier et Freddy Benoit

DSCN0289
à gauche : le Commissaire Derideau   -  Jean Luxen bien entouré...

DSCN0290
André Lebailly et le Grand Chancelier Jean-Marie Delmotte

DSCN0291
le départ de la garde d'honneur clôture la cérémonie

DSCN0463__IN_MEMORY_OF_-_Details_B-17G_

Détails de la plaque en plexiglass, fixée à la stèle en pierre bleue.

DSCN0292
le colonel G. Bauters et à droite Mr R. Tilman "Relais de la Mémoire"

DSCN0294
Jean-Claude  Quevauvillers, président de l'Interassociation patriotique

DSCN0295
Mr Disy, nonagénaire, ancien combattant 1940-45

DSCN0296
Felix Bilinski

DSCN0297
Marcel Vertenoeuil qui, gamin en 1945, arriva à vélo un des premiers sur les lieux du crash ...

DSCN0298
Mme S. Migeotte, professeur histoire Collège N-Dame de la Tombe                 et le grand chancelier Mr Jean Marie Delmotte

 

DSCN0301
Mr Bruneau

DSCN0302
Mr E. Barbier

DSCN0303
Mrs Canivet et Vanboquestal

DSCN0474_Frank_Sherman_-_95thBG_Heritage_Association_-_HORHAM_

Mr Frank Sherman, Président du "95th Bomb.Group Heritage Association" à Horham, Suffolk, base aérienne en Angleterre d'où décollaient les bombardiers vers l'Allemagne, dont le B-17G de Robert MERCER.

 PICT5048

Une partie de la foule très nombreuse, venue honorer les courageux aviateurs - Photo Mme Le Polain

DSCN0308
Mr Camille Deneubourg

DSCN0307
Mr le commissaire Derideau (dos) Mr Thiry (caché) et Mr Charles Baisieux

DSCN0304
Mrs Pochart et Demortier

MEMORIAL MERCER -2008-05.22 - E-MAIL et BLOG ..

Voici l'aspect définitif du mémorial de Robert MERCER, de Charles TAYLOR et de leurs sept autres membres d'équipage, résultat d'une collaboration entre l'initiateur du projet Jacques De Ceuninck et les divers services de la Ville de Tournai, ces derniers travaillant de la réalisation sur plan jusqu'à l'obtention de ce remarquable aspect final que nous avons le plaisir d'admirer. Bravo, Messieurs !

DSC09872 - Plaque IN MEMORY - gros plan

DSC09873 - PLAQUE In Memory et STELE PIERRE

PICT5056_..

Les drapeaux américain et belges réunis - A l'arrière-plan, les toits du haut de la rue Pierre que "Bob" MERCER, dans une ultime et désespérée manoeuvre, évita avant son écrasement quelques secondes plus tard.


PICT5072_-_KAIN_CHURCH_BELLTOWER_in_May_2008

Le clocher de l'église de Kain-La-Tombe, évité également par le valeureux pilote et vu du point d'écrasement du B-17G. - Photo Mme Le Polain

Cette cérémonie a été évoquée dans la presse aux Etats Unis, dans le quotidien "BLADEN JOURNAL" de Elisabethtown, Caroline du Nord, qui couvre l'actualité de Bladenboro où habitaient Robert MERCER et sa famille. Le journaliste Erwin SMITH du BLADEN JOURNAL sortira bientôt une suite au précédent reportage ; il évoquera la cérémonie même. Vous serez avisés.

DRAPEAU - U.S.A.

Un clic sur le lien ci-après : C'est la séquence de notre télévision du Hainaut occidental NO-TELE du 22 mai à 18 heures :

http://www.notele.be/index.php?option=com_content&task=view&id=2417&Itemid=31

Jacques De Ceuninck - Tournai ( Belgium )
j_de_ceuninck@hotmail.com


From: velmasanders@charter.net
To: j_de_ceuninck@hotmail.com
Subject: Emailing: Bladen Journal News Mercer honored in Belgium.htm
Date: Fri, 13 Jun 2008 21:07:16 -0400


 

Dear Jacques, this message brings you and Nelly hearty greetings from Morganton NC!  Since we have been back home, it has been non-stop.  As of today, I'm packing to make our annual trip to the coast and we are supposed to leave early in the morning.  I always seem to be short of time.  I wanted to let you see this article that appeared in the Bladen Journal today.  Sister Beverly called me and suggested I go to the Internet to take a look.  I think the writer did a fairly good job without interviewing me personally.  She asked for me to send her my thoughts about the trip and I sent her about 3 pages of notes.  We have truly had an experience of a lifetime and in addition made some wonderful friends in Belgium.  Enjoy the article.  We have a lot to thank you for, Jacques.  Your dream became a reality.  Blessings to you and Nelly.  Velma
about us | contact us | advertise | subscribe

Thursday, June 12, 2008 Edition


Today's Weather
Elizabethtown, NC
Weather Magnet


Today's Stocks



Today's Front Page

Online Poll

News

Print | E-mail | Comment (No comments posted.) | Rate | Text Size

Mercer honored in Belgium

Staff photo by ERIN SMITH

Published:
Thursday, June 12, 2008 1:22 PM CDT
Erin Smith, Staff Writer

A Bladenboro native and World War II hero was honored on May 22 in Tournai, Belgium, with a monument dedicated in his memory.

Some family members of Robert “Bob” Mercer was present when the monument in the memory of Mercer and his crew was dedicated. Velma Sanders, niece of Mercer; her daughter and granddaughter; and Eddie and Katherine Lennon attended the unveiling.

Sanders wrote in an e-mail to the Journal that she was not fortunate enough to have known her uncle personally.


“I was born in April 1945, right after Uncle Bob died and right before the war ended in May 1945,” said Sanders. “I don’t think the Charlie Mercer family was the same after the loss.”

Jacques De Ceuninck, who witnessed the B-17’s crash as a child, planned the monument and contacted Mercer’s family about the project. After several years of planning, the monument is finally a reality.

Mercer was flying a B-17 bomber on a mission over Duisburg when the plane was struck with “flak,” three of which hit the plane underneath of the cockpit.

Mercer attempted to land in Brussels, but he was ordered instead to go to Merville, France. The plane began to vibrate and the number two engine began to burn. According to accounts, Mercer ordered his crew out of the plane while fighting the controls. The crew managed to get safely out of the plane while Mercer died in the ensuing crash.

Mercer managed to guide the stricken bomber away from the village of Tournai and avoid crashing into a school and church, which could have been devastating to the village. De Ceuninck witnessed the crash as a child and had one more surprise for the family during the ceremony.

De Ceuninck presented the family with a burned silk map salvaged from the remains of Mercer’s plane in January 1948.

Beverly Bryant of Bladenboro and Myrtle Jolly of Lumberton, Mercer’s nieces, were unable to attend the ceremonies in Belgium. They told the Journal the entire family felt it important that someone should attend.

“I learned second-hand about the tribute the Belgian government and people were planning to bestow upon Uncle Bob. The communications came primarily from my sisters in Bladenboro,” said Sanders.

She told the Journal she isn’t a traveling person, but the idea of attending the ceremony was an enticing one.

Initially, Sanders’ daughter, Melissa Brown and Jolly’s daughter, Joy Bisesi, were discussing going until Bisesi became ill and her doctors advised her against the trip. The family became more insistent that Sanders make the trip and finally she relented and agreed to the trip.

According to Sanders, the trip was very exciting and the ceremony very emotional for all involved. She and her daughter and granddaughter were allowed to participate in a wreath laying ceremony and her granddaughter gave a speech she had written in French and her cousin also gave a moving thank you speech, said Sanders.

During the unveiling of the monument, Sanders said she was invited to stand on one side of the monument and the mayor of Tournai stood on the other and they both pulled a ribbon that attached to an American flag that unveiled the monument.

“My cousin stood to my left side and we joined arms and wept to see such a tribute,” said Sanders.

Following the emotional ceremony, Sanders and her family members visited with members of the Tournai village who recalled their uncle.

“I spoke with an older gentleman. He told me that he was an eyewitness of the crash and how grateful he and his family were that their village, church and school was spared, but how sad they were that in order for that to happen that Uncle Bob lost his life,” said Sanders.

Though they were unable to attend, Bryant and Jolly also said they felt the monument was very special.

“It means his memory is still alive. I get teary-eyed thinking about it,” Bryant said of the monument.

Myrtle Jolly recalled how clever Mercer was in school. She has a copy of a test on the superlatives he had to take in high school.

“In high school there were 27 superlatives. He got a lot of them correct,” said Jolly proudly showing the document.

Mercer has been featured in the book, “Tom’s War,” written by James T. Hammond. In the book, an entire chapter dedicated to Mercer recounts the story of the flight and its crash. The family supplied artifacts and information to Hammond for the chapter.



Previous Next
Some still think Friday the 13th can bring bad luck Smithfield brings academic program̴...

Article Rating

Current Rating: 0 of 0 votes!Rate File:

Reader Comments

The following are comments from the readers. In no way do they represent the view of bladenjournal.com.

Submit a Comment

We encourage your feedback and dialog, all comments will be reviewed by our Web staff before appearing on the Web site.
(optional)
   
Return to: News « | Home « | Top of Page ^

14:35 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

18/05/2008

Assemblée Générale de la Régionale Nord France ce 18/05/08 à Amiens

Ce dimanche 18/05/08 se tenait à Thezy-Glimont  (Amiens),  l'assemblée générale annuelle de la régionale Nord France, présidée par Mr Gustave Desomberg.

Après la Brabançonne et la Marseillaise, le Président ouvrit la séance et fit observer une minute de silence en mémoire des membres, disparus cette année.

La séance académique se déroula ensuite et fut l'occasion pour le Grand Chancelier Delmotte d'étrenner ses fonctions en procédant à la remise des distinctions honorifiques.

Furent élevés au grade de Grand Officier Mrs Goudmand Alain, Derouard Jean, Leleu Gervais et Grossemy André.

Ont été promus Commandeurs Mrs Aigu Jacques et Lavogez Michel tandis que devenaient Officiers Mrs Egot Germain et Sorgius Marcel et que Mr Régis Goret se voyait décerner les Palmes Philanthropiques.

Les participants quittèrent alors la salle de réunion pour se rendre en cortège, au son du clairon et d'un tambour, au monument aux morts de Thezy-Glimont  où ils furent accueillis par le Maire qui procéda, avec Mr Desomberg, au dépôt d'une gerbe.

De retour à la salle municipale, les participants portèrent avec enthousiasme un toast au Roi des Belges et à la République  Française avant de partager de fraternelles agapes .

DSCN0207

 La délégation tournaisienne se composait de Mr et Mme Delmotte, Mrs et Mme Deffolin, Mrs Pochart, Defontaine et Buscemi.

DSCN0208

Mr Capouillez, membre du comité national , aux côtés du Grand Chancelier Delmotte

DSCN0210

 Mr Defossé et Mr Norbert Sonvil, membre également du comité national

DSCN0211
Mrs Capouillez, Delmotte, Desomberg, Misson et Goudmand

DSCN0212
le Président Desomberg

DSCN0216
Le Chancelier national Guy Misson ,également Président de la Provinciale du Hainaut

DSCN0220
Mr A Goudmand

DSCN0221
Mr Derouard

DSCN0224
Mr Lavogez

DSCN0225
Mr Egot

DSCN0226
Mr Goret

DSCN0228
le tambour se prépare à rythmer le départ vers le monument aux morts

DSCN0229
Mr Buscemi, Mr Luc Defontaine, porte-drapeau occasionnel, Mr Delmotte

DSCN0231
les drapeaux et la clique

DSCN0232
le monument aux morts

DSCN0233
Mrs Sonvil, Buscemi, Delmotte, Desomberg,  Mme Bauval, Mrs Misson et Goudmand

DSCN0235

DSCN0236
le dépôt de gerbe avec le Maire de Thezy Glimont

DSCN0238

DSCN0239

DSCN0242
le Maire durant son allocution

 

DSCN0243

DSCN0246

DSCN0247
la table des représentants de la régionale du Tournaisis

DSCN0248
le Président Desomberg aux petits soins avec ses hôtes

DSCN0249
Mr et Mme Deffolin

DSCN0251
L'accordéon, incontournable chez nos amis français, donnait à cette sympathique réunion un petit air de 14 juillet...

DSCN0250

DSCN0252
Mr et Mme Deffolin et Mr Defontaine

DSCN0253

DSCN0258
Mr Sonvil sur la piste de danse

DSCN0257

 Mme Marie-Thérèse Sixte s'essayant à un "Bus stop"...

P18-05-08_15_171

P18-05-08_15_172

 

P18-05-08_12_48

P18-05-08_12_50

 P1010388

un médaillé français, Mrs Buscemi et Pochart 

P1010408

Jean-Philippe POCHART 

P1010409

Calogero Buscemi

P1010411

 Mr et Mme Delmotte

19:06 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

16/05/2008

Le monument Robert MERCER...

B-17G-KAIN-Robert MERCER Pilote n°1 du B-17 - KAIN
Nous vous présentons, en avant première, les toutes dernières photographies du mémorial, maintenant terminé, qui sera inauguré officiellement  ce jeudi 22/05/08 à 10h30 devant l'église Notre-Dame de la Tombe à Kain en présence des autorités belges et américaines, ainsi que de la famille de Robert Mercer.

Ce monument symbolise une aile d'avion et le texte rappelle le sacrifice de ce héros, resté aux commandes de son appareil en détresse pour sauver de très nombreuses vies de la population tournaisiennne, kainoise et, en même temps, celle de ses hommes d'équipage. 

DRAPEAU - U.S.A.

 Les photos de cette émouvante cérémonie  seront mises en ligne dès que possible. 

 

DSC09872 - Plaque IN MEMORY - gros plan
MEMORIAL MERCER -2008-05.22 - E-MAIL et BLOG ..
Remarquable travail des divers services de la Ville de TOURNAI
Initiateur du projet et Photos  : Jacques De Ceuninck "La Lorgnette"

http://medaillesdutournaisis.skynetblogs.be/post/4484370/...

 ( en cliquant sur ce lien revoyez notre article sur le "radio" Lyle Graesser revenu à Tournai en 2005 )

 

 

 

17:27 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

15/05/2008

La phaléristique...

http://www.semon.fr/LES%20%20DECORATIONS.htm

Ce lien vous dirigera vers un site particulièrement intéressant et bien documenté relatif à la phaléristique ( étude des décorations) qui présente 4204 ordres , médailles et décorations en provenance de 139 pays.

En cherchant bien vous y trouverez la décoration de chevalier de l'Ordre de la Croix Belge...

Bonne visite 

16:34 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/05/2008

Les artistes belges appelent au dialogue communautaire

Les artistes appellent au dialogue communautaire

 Des dizaines de musiciens, écrivains, danseurs et cinéastes belges ont lancé, samedi, dans les journaux De Morgen et Le Soir, une pétition plaidant pour une coopération culturelle qui ne tiendrait pas compte de la frontière linguistique.

Soucieux du "profond malaise" dans lequel est plongée la Belgique, l'asbl bilingue Culture et Démocratie soutiendra le dialogue entre les différents médias et maisons de culture, un moyen, selon l'asbl, de traiter ce "mal tenace".

Parmi les signataires, on retrouve, entre autres, les réalisateurs Luc et Jean-Pierre Dardenne, la chanteuse Axelle Red, Anne Teresa de Keersmaeker, Tom Lanoye et Willem Vermandere. (belga)

 

Axelle Red

 Rosas

10:32 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

05/05/2008

La médaille de Sainte Hélène

La médaille de Sainte Hélène créée par Napoléon III récompense les 405.000 soldats encore vivants en 1857 qui avaient combattu aux côtés de Napoléon 1er pendant les guerres entre 1792 et 1815; un intéressant site tente de les recenser:

http://www.stehelene.org/php/accueil.php?page=1&lang=fr

 

( voyez notamment ces étonnantes photographies des derniers survivants de la Grande Armée...) 

 

un moteur de  recherche vous permettra peut-être d'y retrouver l'un de vos aieux... 

 

St. Helena Medal / Médaille de Ste. Hélène - Napoleon I
 
 La médaille de Sainte Hélène
 

Boîte dans laquelle la médaille de Sainte Hélène était remise aux récipiendaires. 

18:03 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

La carte et la médaille d'invalide civil de la guerre 40-45 ( Moniteur 03/03/08)

MINISTERE DE LA DEFENSE
10 FEVRIER 2008
Arrêté royal portant établissement d'une carte relative à l'attribution du statut de reconnaissance nationale d'invalide civil de la guerre 1940-1945 et portant création d'une médaille
ALBERT II, Roi des Belges,
A tous, présents et à venir, Salut.
Vu l'arrêté royal du 11 octobre 2006 portant création du statut de reconnaissance nationale d'invalide civil de la guerre 1940-1945 et plus particulièrement son article 9 qui dispose que toute décision d'attribution du statut d'invalide civil de la guerre 1940-1945 donne lieu à l'établissement d'une carte de reconnaissance nationale dont le Roi détermine le modèle et son article 10 prévoyant qu'il est créé une médaille d'invalide civil de la guerre 1940-1945 dont le Roi détermine le modèle;
Vu l'urgence motivée par le fait que l'arrêté royal du 11 octobre 2006 est entré en vigueur le 1erdécembre 2006 et que la détention de la carte et le droit au port de la médaille résultent de la décision d'attribution du statut de reconnaissance nationale prise en vertu dudit arrêté;
Considérant que tout délai supplémentaire dans l'exécution de la mesure proposée priverait un nombre considérable de titulaires du statut d'invalide civil de la guerre 1940-1945 du droit de porter la présente distinction, en raison du taux de mortalité considérable qui affecte leur tranche d'âge;
Sur la proposition de Notre Ministre de la Défense,
Nous avons arrêté et arrêtons :
Article 1er. Les modèles de la carte d'invalide civil de la guerre 1940-1945, de couleur bleue, sont annexés au présent arrêté.
Art. 2. La carte est délivrée par le Ministre qui a les Victimes de la Guerre dans ses attributions.
Art. 3. Toute modification, rature, surcharge ou autre altération de la carte est interdite. Elle enlève toute force probante à la carte qui est réputée annulée.
Art. 4. II est créé une médaille d'invalide civil de la guerre 1940-1945 que peuvent seuls porter les invalides qui font l'objet d'une reconnaissance officielle du statut d'invalide civil de la guerre 1940-1945.
Art. 5. La médaille est en métal argenté patiné mat; elle est circulaire et a 37 millimètres de diamètre. A l'avers, figurent, en relief, les éléments suivants : au centre, de gauche à droite, trois baïonnettes dirigées vers le haut et un personnage civil se dirigeant vers le côté droit. Ce personnage porte un chapeau et un manteau, dont le dos, constitué de briques, se désagrège et tombe en morceaux vers le bas. Dans le premier cercle de la médaille figurent en relief les éléments suivants : en haut, au centre du cercle, qui s'entrouvre à cet endroit, le petit sceau de l'Etat, réduit à l'écu avec lion, la couronne royale et les deux sceptres, en bas, au centre, la mention 1940-1945; à droite et à gauche, des rameaux d'olivier, symboles de la persistance.
Au revers, elle porte les mentions suivantes : "BURGERLIJK INVALIDE VAN DE OORLOG 1940-1945", "INVALIDE CIVIL DE LA GUERRE 1940-1945", "ZIVILINVALIDE DES KRIEGES 1940-1945".
Art. 6. Le bijou est suspendu par une bélière à un ruban de 37 millimètres de large. Le ruban de moire blanche, est traversé, dans sa hauteur, au centre, par trois rayures de 3 millimètres de largeur chacune, représentant le drapeau national et en ses bords extérieurs par deux rayures de couleur violette, de 7 millimètres de largeur chacune.
Le ruban peut être porté sans la médaille.
Art. 7. Ni le bijou avec la bélière, ni le ruban ne sont délivrés par le Gouvernement.
Art. 8. Notre Ministre de la Défense est chargé de l'exécution du présent arrêté.
Donné à Bruxelles, le 10 février 2008.
ALBERT
Par le Roi :
Le Ministre de la Défense,
P. DE CREM

Annexe à l'arrêté royal du 10 février 2008 portant établissement d'une carte relative à l'attribution du statut de reconnaissance nationale d'invalide civil de la guerre 1940-1945 et portant création d'une médaille
Pour la consultation du tableau, voir image
Vu pour être annexé à Notre arrêté du 10 février 2008 portant établissement d'une carte relative à l'attribution du statut de reconnaissance nationale d'invalide civil de la guerre 1940-1945 et portant création d'une médaille.
ALBERT
Par le Roi :
Le Ministre de la Défense,
P. DE CREM


debut (#top) Publié le : 2008-03-03

17:34 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

01/05/2008

Rapport du médecin légiste Stéphany à propos du corps de Napoléon 1er

 

Le Docteur Didier Stéphany est membre de la régionale du Tournaisis des médaillés et décorés de Belgique ; officier de réserve du service de santé de l'armée belge, officier médecin auprés du corps des pompiers de Tournai, ce médecin, sympathiquement connu à Tournai, est aussi médecin légiste habituel du Parquet de Tournai. Dans le cadre de ses compétences en tant que légiste il a rédigé un rapport concernant le corps de l'Empereur Napoléon 1er. En cliquant sur le lien ci-dessous, vous aurez accès à cet intéressant document et au site sur lequel il est publié qui s'interroge sur une éventuelle substitution ; est-ce bien l'Empereur qui dort de son dernier sommeil sous la coupole des Invalides ?

 http://www.empereurperdu.com/Stephany.pdf

http://www.empereurperdu.com/stephany.html#stephany

http://www.empereurperdu.com/refutation.html

 


11:33 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Les décorés du corps des volontaires belges en Corée

http://www.belgian-volunteercorps-korea.be/francais/disti...

un clic sur le lien repris ci-avant vous permettra de jeter un oeil sur les pages du site des volontaires belges en Corée et sur la liste des décorés à l'occasion cette opération au service des Nations Unies. 

 http://users.skynet.be/hendrik/fr/B-F-Korea.html

 

 

11:09 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

24/04/2008

L'association nationale italienne des décorés ANIOC

Grâce au Comte Paolo Vandelli Bulgarelli di Marsciano, membre de la SRPMDB,  nous avons pu être mis en contact avec  l "Associazione Nazionale Insigniti Onorificenze Cavalleresche" , notre société soeur en Italie, dont le secrétaire général est l'avocat Comte Maurizio Monzani.
Nous espérons pouvoir développer des liens de coopération et d'amitié avec cette association et vous tiendrons au courant du suivi.
Nous vous joignons ci-dessous les liens qui vous permettront d'ores et déjà de visiter les sites relatifs aux activités de nos amis italiens. 
 

http://www.anioc-milano.com/

 

http://www.anioc-milano.com/dame_e_cavalieri.htm

http://www.aniocmodena.it/eventi.html 

http://www.anioc-milano.com/primavera_uscita.htm 

http://diocesi.riviera24.it/articoli/2007/11/02/31854/san...

http://www.fortunatogaltieri.it/messa2003.htm 

http://www.fortunatogaltieri.it/messa2000.htm 

 http://www.anioc-milano.com/secondo_gran_gala_2003.htm

 

11:17 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/04/2008

Le Président de la régionale du Tournaisis des Médaillés à Rome

En déplacement à Rome, le Président de la régionale du Tournaisis des Médaillés, Mr le commissaire Masy , accompagné de Mrs Pochart, Buscemi, Boisdenghien et Bulion , ne put s'empêcher de poser devant le colisée en compagnie de collègues italiens...

Photo 132

 et devant la fontaine de Trévi...

Photo 101

photo JP Pochart 

15:27 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Assemblée générale de la régionale de Kortrijk 20/04/2008

Ce dimanche 20  avril 2008 se déroulait à Heule ( Courtrai )  l'assemblée générale de la régionale de Kortrijk dont le président est notre Président National, Mr Germain Coelembier.

La régionale du Tournaisis y était représentée par Mrs Masy,  Delmotte et Pochart.

Une messe au cours de laquelle fut béni un nouveau drapeau précéda le dépôt de gerbes au monument aux morts effectué par le Bourgmestre de Courtrai et ancien ministre, Mr Stéphan Declercq , en compagnie du Président National Coelembier.

De trés nombreuses délégations des associations patriotiques étaient présentes, ainsi que de nombreux membres du comité national de la Société des Médaillés dont entre autres, Melle de Schenkel, Mrs Capouillez, Sonvil, Misson  et Gérard.

L'assemblée générale, à l'occasion de laquelle furent remises les distinctions sociétaires, fut suivie du traditionnel banquet. 

 

(photos JP Pochart ) 

Photo 178

 la délégation tournaisiennne arrive à Heule

 

Photo 179

Mr Rudy Maes ( en uniforme de la Force Aérienne ) 

Photo 180

Mr Gérard , Président de la régionale de Namur

 

 Photo 181

Mr Norbert Sonvil en tenue de chevalier de l'Ordre  souverain et militaire du temple de Jérusalem

Photo 182

 le toujours très dynamique Président Coelembier

 Photo 183

 la délégation tournaisienne ( Mrs Pochart, Delmottte et Masy )

 Photo 186

 Mrs Gérard et Capouillez

Photo 187

 l'arrivée des drapeaux

Photo 184

 Photo 188

 

Photo 189

 le nouveau drapeau

 

Photo 185

Photo 190
le nouveau drapeau avec ses parrain et marraine, et le porte drapeau Rudy Maes

Photo 191

 la bénédiction du drapeau

Photo 194

 le Président Coelembier avec le Bourgmestre de Courtrai et ancien Ministre de la justice, Mr St. Declercq

Photo 195

14:46 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/04/2008

René Pitot mis à l'honneur

René Pitot, le sympathique conservateur du Musée Royal d'Armes et d'Histoire militaire qui nous a accueilli à plusieurs reprises ( voy. notamment notre article sur l'AG du 06/11/04 et celui sur l'inauguration de la vitrine consacrée à Mme Tilly ) vient d'être mis à l'honneur par la Ville de Tournai

Le Conseil Communal a célébré le 30ème anniversaire de Monsieur René Pitot à la tête de la destinée du Musée Royal d’Armes et d’Histoire militaire. Passionné par les armes sur le plan historique, René Pitot a joué un rôle prépondérant dans l’évolution de ce musée, très rare dans notre pays. Nommé conservateur à titre bénévole en 1977, il a assuré le transfert indispensable des collections de la Tour Henri VIII vers l’actuel musée, situé rue Roch Saint-Nicaise et inauguré en septembre 2000. Sans sa bienveillance et ses connaissances scientifiques, une grande partie des collections aurait été perdue.

René Pitot a incontestablement permis à ce musée de se développer grâce aux relations qu’il a tissées durant ces années. De nombreux dons et legs ont été effectués à ce musée qui fait la part belle aux armes anciennes et à l’histoire militaire.

Parmi les salles qui le composent, celle consacrée à la Résistance tournaisienne suscite l’émotion chez le visiteur. Au rez-de-chaussée du bâtiment, on ne peut ignorer les salles de la dynastie belge et du Premier Empire français. L’espace consacré à la Marine est remarquable, tout comme est exceptionnel celui traitant de la Légion étrangère. Le Musée d’Armes et d’Histoire militaire est aussi un endroit de mémoire pour nos associations patriotiques qui y lèguent leurs drapeaux.

Pour son dévouement et ses compétences, la Ville de Tournai tient à mettre à l’honneur René Pitot en lui octroyant la médaille Fleur de Lys.

TOURNAI_-_MEDLL._DECORES_-_6_nov.2004_007

Lors d'une visite de novembre 2004, René Pitot donne une profusion de détails sur les pistolets de la vitrine à notre regretté président Yvon Callaert.

TOURNAI_-_MEDLL._DECORES_-_6_nov.2004_019

TOURNAI_-_MEDLL._DECORES_-_6_nov.2004_025

Patiemment, notre Conservateur explique, détaille le contenu des vitrines, fruit d'un remarquable travail de recherches et de coordination .

TOURNAI_-_MEDLL._DECORES_-_6_nov.2004_003 

"Son" lancier : une présence, dont il est particulièrement fier et très remarquable, à l'entrée du musée : encore une réussite de René et de toute son équipe.

TOURNAI_-_MEDLL._DECORES_-_6_nov.2004_027

La visite du musée vient de se terminer ; nous quittons notre ami et érudit René PITOT, la tête pleine de nouveaux détails que  la plupart d'entre nous ignoraient.

Photos : J. De Ceuninck-"La Lorgnette"

17:50 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/04/2008

L'abbe Dropsy, grande figure de la résistance

 
tout le monde connait la rue Abbé Dropsy à Kain; toutefois un demi siècle après , combien se souviennent  encore de son attitude héroïque  ? 

 

Georges Dropsy
commandant du Refuge A 30 de l’Armée Secrète
Né le 20 février 1898, à Boutonville, hameau de Baileux en Thiérache, Georges Dropsy eut tôt fait de manifester plus d’un trait de sa belle intelligence. De son père, ébéniste, il a su garder une âme artiste, un peu bohème qui savait toujours s’élever au-dessus des contingences matérielles. Il devint professeur de sciences au collège d’Ath, puis au collège de Notre-Dame de la Tombe à Kain.
1940 le vit tenir le collège debout, développer tout un réseau de résistance dans le Tournaisis et devenir le commandant du Refuge A 30 de l’Armée Secrète qu’il avait fondé. Il ne tarda pas à se dévouer tant et plus à la presse clandestine en collaborant au «Vigilant». Puis, il prit le maquis, devint «Mon Oncle» et porta aux ennemis des coups dont on réalisa après seulement la terrible efficacité. Au sein du Service PAT (récupération et renvoi des aviateurs en détresse), sa résistance lui valut de nombreuses distinctions honorifiques. Il fut même promu colonel honoraire de l’armée britannique pour services rendus aux soldats anglais. La rue du collège de Kain porte actuellement son nom.

Les activités de ce Résistant émérite nous furent évoquées par le Chanoine Edouard Delmée, 
alors directeur du collège de Kain.

Atteint par l’ordonnance de l’Armée, je partis le 15 mai avec les jeunes gens à Toulouse. Le collège fut alors dirigé par Georges Dropsy qui était le plus ancien professeur. Celui-ci était un grand patriote. Déjà lors de la première guerre mondiale, étant à Chimay, il avait rempli des missions d’espionnage. Son civisme était une seconde nature. D’ailleurs au collège pendant tous les événements qui précédèrent l’invasion, ses élèves apprirent beaucoup sur le conflit de 1914-18 et sur la poussée du nazisme.
A mon retour de France, il me raconta ce qui s’était passé à l’arrivée des Allemands et notamment, lors du bombardement de Tournai. Les nazis avaient atteint la rive de l’Escaut à Kain sous le feu nourri des Anglais. Les envahisseurs étaient arrivés au collège et, vu l’efficacité du tir, ils avaient cru que l’abbé Dropsy renseignait les Alliés par radio. En fait, je ne crois pas qu’il l’ait fait, mais je sais qu’il eut des paroles très vives avec ses interlocuteurs. Son naturel rejaillissait et il parvenait à peine à se contenir.

Robert Lelong

Conscient de ses responsabilités et alors que les autres professeurs étaient sur les routes de France, il resta seul préservant ainsi la maison du pillage. Le 10 juin, le collège rouvrit ses portes aux élèves revenus d’évacuation. L’un après l’autre, les enseignants rentrèrent et l’abbé Dropsy put ainsi terminer l’année scolaire avec un corps professoral presque au complet. Il fallut attendre début août pour me voir rentrer ainsi que l’abbé Roose emmené captif en Allemagne.
Je repris donc la direction de l’établissement. Nous fûmes obligés de limiter le nombre d’internes qui tomba de 201 à 98. A diverses reprises au cours de l’année scolaire 40-41, nous eûmes la visite d’Allemands à la recherche d’un logement, mais à la vue des bâtiments sinistrés, conséquence des bombardements, ils n’insistèrent pas.
Début novembre 1941, j’eus la désagréable surprise de voir l’abbé Dropsy ramené sur une civière. Il devait porter un message à un endroit précis que j’ignore et il était parti en vélo. Il s’était blessé en tombant de sa machine. Il avait été recueilli dans un café de la chaussée de Bruxelles à Tournai. Dans un état semi-comateux, il divagua et fit allusion au message. Heureusement pour lui, le tenancier qui avait la sinistre réputation d’être rexiste n’a pas réalisé et le fit transporter au collège... Une fois de plus, la chance l’avait favorisé.
Le lendemain avant-midi, on m’appela au parloir où m’attendait un homme jeune qui me demanda instamment à voir l’abbé Dropsy. Malgré mes réticences vu son état, je le fis monter dans sa chambre.
Quelques jours après en me rendant à Tournai, j’eus mon attention attirée par un portrait figurant sur une affiche. Je reconnus mon visiteur : c’était Robert Lelong. Ma tension nerveuse devint insoutenable. Je pensais que presque certainement mon collègue Dropsy avait été mêlé à l’affaire du notaire Gérard de Tournai qui avait été abattu. Je ne sais pas dans quelle mesure cela le concernait, mais qu’importe... L’abbé Dropsy me demanda alors de rencontrer l’abbé Vandeputte pour lui remettre le message dont j’ai fait allusion plus haut et qui revêtait pour lui une très grande importance.
Le 22 juin 1942, l’abbé Dropsy dut, à un concours heureux de circonstances, de n’être pas arrêté lors d’une réunion à Mons avec tous les chefs du groupe auquel il appartenait. On s’attendit alors tous les jours à la visite de la Gestapo au collège. Comment en était-on arrivé à cette situation ?

 

Je savais que l’abbé avait des relations avec des personnes appartenant à la Légion Belge. Un bénédictin de Maredsous le rencontrait notamment au collège. Le hasard voulut donc que Dropsy rata, ce jour-là, son train pour Mons. Il évita ainsi une arrestation certaine. Il me confia ce fait et je lui dis : «Ils ont certainement ton nom puisque tout le groupe a été pris. - Je n’en suis pas encore sûr, me répondit-il. Je saurai cela dans peu de temps par un correspondant de Suisse». Je ne connaissais bien sûr pas les ramifications de son réseau... J’ajoutai cependant qu’il n’était pas prudent de rester à Kain. Il voulut quand même assumer la fin de l’année scolaire jusqu’au 27 juillet, mais il logea chez Deweweire, plus tard devenu bourgmestre de Kain. Il prit alors ses vacances.

Perquisition

Moi-même, je partis en retraite et à peine avais-je quitté les lieux d’une heure que deux agents de la gestapo s’amenèrent au collège demandant à voir l’abbé Dropsy. Le concierge Victor Wallez leur répondit qu’il n’était pas dans la maison. Sur ce, ils exigèrent qu’on les conduisit à sa chambre. Ils fracturèrent la porte et fouillèrent consciencieusement pendant deux heures ses papiers, heureusement sans résultat. Pour tout butin, ils emportèrent quelques journaux clandestins et laissèrent pour l’intéressé l’ordre de se rendre au siège de la Gestapo à Charleroi avant le 3 août 1942. L’économe de l’époque, l’abbé De Pauw avait été chargé de guider les Allemands dans sa chambre. Là, ils durent affronter un fouilis invraisemblable. Il n’est d’ailleurs pas étonnant qu’ils ne trouvèrent rien de compromettant. A cette époque, l’abbé Dropsy étudiait un champignon vivant dans la bière. Les visiteurs s’inquiétèrent donc de la présence de tubes de recherches. Gardant son sang-froid, notre économe leur précisa qu’il faisait des études sur le choléra ! Leur réaction fut immédiate : on ne les revit plus.
Je reçus un coup de téléphone du collège me narrant cet incident et me demandant d’atteindre l’abbé pour l’avertir. Sachant qu’il était dans le pays de Charleroi, je lui envoyais une lettre expresse.
Je rentrai le 2 août et je le trouvai occupé à récupérer tout ce qu’il avait de plus précieux et ce, la veille du jour où il était convoqué à la gestapo. Vu la gravité des événements, une seule attitude pour lui : disparaître au plus tôt et prendre la clandestinité. Comme je n’étais pas parvenu à le convaincre, je m’étais rendu chez Monseigneur Delmotte, évêque de Tournai, lui demandant de l’inciter à se cacher. Celui-ci intervint et l’abbé Dropsy obtempéra. A partir de ce moment, je fus très inquiet. Je m’attendais à tout moment à une visite de ces messieurs de la GFP.
Un jour, l’abbé Bracaval vint me voir. Il était alors directeur de l’Institut Saint-Joseph à La Louvière. Je m’étonnai un peu de sa visite. Il me demanda à rencontrer Georges Dropsy. Je l’envoyai chez Roger Fourez, rue Guillaume Charlier à Tournai. Lui savait sans doute où le joindre. Il m’expliqua également qu’il était en relation avec une personne d’un service allemand à Mons. Elle venait de lui faire savoir que la Gestapo était au courant de tous les déplacements de Dropsy ainsi que ceux de ses collaborateurs. Les nazis attendaient le moment propice pour les arrêter tous ensemble. J’appris plus tard que Dropsy se cachait dans une maison isolée à Blandain, habitée par Simone Ghisdal, dite «Ma Tante».

Aviateurs américains

Le 9 octobre 1942, à 10 h. 40, en sortant de la chapelle, j’entendis un vrombissement d’avion et un bombardement dans le lointain. Je sortis du collège et j’aperçus à quelques 5.000 mètres d’altitude, des escadrilles de bombardiers américains comprenant chacune une dizaine d’appareils. A un certain moment, je les vis attaquer par un chasseur allemand. Bientôt, les mitrailleuses crépitèrent. Un bombardier fut touché et commença à descendre. A ce moment, trois aviateurs se jetèrent en parachute.
J’appris le lendemain que l’appareil s’était abattu à Mouchin et que quatre aviateurs étaient sains et saufs. Un second bombardier fut atteint. De nouveau, deux aviateurs sautèrent ; un troisième, d’après ce que l’on racontait, sauta à deux cents mètres du sol et serait tombé à Néchin à côté de son appareil. Les deux premiers, poussés par le vent, atterrirent sur le territoire de Kain. Aussitôt, ce fut une course folle de la population qui désirait voir et aider les rescapés. Quand la gendarmerie allemande arriva sur les lieux quelques minutes plus tard, elle ne trouva plus que des parachutes. Personne évidemment n’avait vu les aviateurs. L’après-midi, l’un d’eux fut retrouvé sur dénonciation. Quant au second, on raconta qu’il s’était sauvé à bicyclette et que l’abbé Dropsy ne fut pas étranger à ce sauvetage. Il était donc resté dans la région. 

L’abbé Dropsy était parfaitement au courant de ce qui s’était passé. Voici la note qu’il envoya à G.98 (alias Clovis ou docteur Delcoigne) :
«Je vous adresse sous même pli une note en anglais afin de récupérer éventuellement les membres de l’équipage du bombardier en difficulté hier matin 9 courant au-dessus de Rumes ou environs Sud; j’en ai déjà deux membres en ma possession... En cas de besoin, convoquez-moi sous le style convenu.
C.T. 14 (Dropsy)»
Dear Sir,
October l0th 1942
We are endeavouring to recover the crew of the •Flying Fortress» n° 124.510, of the 367th Squadron of the USA Air Force.
We have safe of this machine :
the Engineer Erwin D. Wissenback 
the Navigator William Gise.
Thus, you, Mrs Tom W. Dynan, radio-operator
John W. Olson, pilot Truman C. Wilder
Joe N. Gates, co-pilot Bert E. Kaylor, gunner
A.W. Lachasse Nickelson, gunner
You may take confidence with us and follow the tarrier of this paper, whe is in charge to bring you into safeness.
You will be convoyed surely to England by our services.
The Chief of the Recovering System for Allied Flyers in Belgium, 
(s) Dr Waterzucht.

[ Traduction : nous tentons de récupérer l’équipage de la forteresse volante... Nous avons sauvé de cet avion... Vous pouvez nous contacter en toute sécurité et suivre te porteur de ce document qui est chargé de vous mettre en sûreté. Vous serez certainement rapatrié en Angleterre par nos services.
Le chef des recherches pour avions alliés en Belgique ]

Otages

Cet aviateur s’était caché dans une maison de la rue du Nord à Kain centre. De là, il suivit une filière d’évasion et je pense qu’il regagna l’Angleterre.
Le jeudi 15 octobre, à 5 h. 40, coup de sonnette. Police. Je dus descendre. Je me retrouvai face à face avec des gendarmes allemands. Ils venaient arrêter l’abbé Dropsy (absent), moi-même, ainsi que Roose et Sioen, ces derniers étaient professeurs de langues modernes. Or, «on» avait vu un abbé qui était arrivé un des premiers auprès du parachuté et lui parler. Les Allemands avaient tout de suite pensé qu’il ne pouvait s’agir que d’enseignants parlant l’anglais.
A 6 h. 40, nous sortîmes et allâmes attendre les autres otages aux Quatre Bras près de la chapelle de la Tombe. Ce ne fut qu’à huit heures qu’on nous chargea sur une camionnette. Nous fûmes emmenés à la Visitation, boulevard Léopold à Tournai, transformée en maison pour otages. Nous étions seize :
BERLEMONT Julien, conducteur de tram, rue des Ecoles; CARBONNELLE Albert, distillateur et ancien bourgmestre, Chaussée d’Audenarde ; CORROYER Marcel, couvreur, place Kain-Centre ; DALLE Eugène, religieux barnabite, rue du Saulchoir ; DEBLATON Léopod, imprimeur, avenue d’Audenarde ; de BOMMERSONNE Eugène, curé de N.-D. de la Tombe ; DELMEE Edouard, directeur du Collège N.-D. de la Tombe ; DIODORE Alexis, ajusteur aux Chemins de fer, rue du Crampon ; FONTAINE César, machiniste retraité, rue des Ecoles ; HANOT Léon, contrôleur au ravitaillement, adjudant colonial, rue d’Omerie ; LEMAIRE Jules, garde-champêtre, rue des Ecoles ; MAHIEU Louis, bourgmestre en fonction ( complètement blanchi par le Conseil de Guerre de Mons et réintégré dans son mandat de conseiller communal qu'il détenait au moment de l'invasion allemande en 1940 ) 54, rue Albert à Kain ; ROOSE Raphaël, professeur au Collège N.-D. de la Tombe ; SENEPART Omer, instituteur, rue des Ecoles ; SIOEN Joseph, professeur au Collège N.-D. de la Tombe ; VIRELY René, chef de culture à la ferme «Jaco» Deweweire. Le père DESMET, religieux barnabite, vicaire à Kain-Centre, arrêté le lendemain, vint nous rejoindre à Huy. Nous étions donc 17 au total.

A notre arrivée, l’adjudant Alfred nous donna lecture du règlement. Nous lui remîmes notre argent, les rasoirs, etc... ainsi que le tabac. Tout devait, paraît-il nous être rendu à la sortie. Nous fûmes alors conduits dans une salle, dite salle des assemblées dédiée à Saint-Augustin portant l’inscription : «A la douceur cordiale... » Nous y restâmes quatre jours. A 11 heures, visite du commandant de place avec un interprète qui nous donna lecture de l’affiche qui fut placardée à Kain et environs :

(Texte de l’affiche)
«Le 9 octobre, deux aviateurs américains se sont élancés d’un appareil abattu et ont atterri en parachute sur le territoire de la commune de Kain. L’un fut fait prisonnier par la Feldgendarmerie, l’autre s’est enfui. Il a été constaté que l’aviateur en fuite est resté pendant un certain temps en compagnie de 60 à 80 personnes, s’est entretenu avec celles-ci et s’est ensuite éloigné avec quelques civils. Il est ainsi prouvé que la fuite de cet aviateur a été favorisée par des habitants de la commune de Kain, bien que l’aide et la protection accordées à des membres d’une armée ennemie entraîne l’application de la peine de mort.
En conséquence, les dispositions suivantes sont décrétées :
1) 20 habitants de la commune de Kain seront arrêtés et déportés. 
2) Si l’aviateur américain en fuite n’est pas arrêté pour le 31 octobre 1942, la commune de Kain sera punie d’une amende de 100.000 F.
Il est fait remarquer que les renseignements permettant l’arrestation de cet aviateur seront récompensés par la remise d’une somme d’argent de 500 RM au maximum ou par la libération d’un proche parent actuellement prisonnier de guerre.
Tournai, le 14 octobre 1942
Kommandantur de Tournai 
(s) Schicker
Major et Commandant»
Départ pour Huy

L’interprète ajouta qu’il savait que l’un de nous était particulièrement coupable. Il s’agissait de Virely, le chef de culture de chez Deweweire. Il avait à réfléchir. Il précisa en outre que nous partirions le lendemain pour une destination inconnue. A midi, nous reçûmes notre premier dîner de prisonnier : soupe aux choux et ragoût de betteraves. On nous annonça à 17 heures notre passage devant le major pour interrogatoire. Le vendredi, les premiers colis arrivèrent. L’interprète nous signala alors que puisque nous étions innocents, notre détention n’allait pas durer. Le retard apporté à notre départ nous insuffla de l’optimisme. Nous dûmes vite déchanter...
Le dimanche soir, Alfred nous prévint que nous partirions le lendemain matin pour un séjour dans un château entre Bruxelles et Louvain. Effectivement, le lundi, on nous fit lever à 4 h. 30. A 6 heures, nous fûmes transportés en camion à la gare de Tournai pour prendre le train de Bruxelles à 6 h. 30. Finalement, nous arrivâmes à 16 h. 30... à Huy. Le chef de gare pour nous consoler, nous annonça que de la forteresse, nous aurions un magnifique panorama sur la vallée de la Meuse. Dès notre arrivée, nous fûmes reçus par quatre confrères d’un groupe d’otages de Charleroi, les abbés Waterloos, Paternôtre, Maes (ex-condamné à mort de la guerre 14-18) et Ranchon.En fait, tout cela ne fut pas très gai.
Pendant que nous étions à la forteresse, le 28 octobre, la gestapo vint de nouveau au collège. Vu que nous étions partis, les agents n’insistèrent pas, mais malgré tout, ils étaient toujours à la recherche de l’abbé Dropsy. Ce fut d’ailleurs ce matin-là que Deweweire et le groupe de l’A.S. de Kain furent arrêtés.
L’abbé Sironval prit la direction du collège, aidé pour le cours de flamand et d’anglais par le père oblat de Velaines, Emile Carré. Ce dernier était parti en Angleterre, y avait suivi une instruction appropriée, puis parachuté dans la région avec un poste émetteur. Son rôle fut très important, Il mena en quelque sorte un double jeu: étant flamand d’origine et connaissant l’allemand, il feignait de collaborer avec l’ennemi pour obtenir le maximum de renseignements. Il était d’ailleurs très lié avec un mouvement de Résistance de Braine-le-Comte qui l’hébergea.
Nous revînmes de Huy le 15 novembre.

Le travail obligatoire

1 février 1943. Depuis plusieurs semaines, nous vivions sous la menace continuelle des déportations pour le travail obligatoire en Allemagne. Les professeurs et grands élèves allaient-ils être appelés ?
Une note de l’évêché nous annonça que les étudiants et maîtres n’y étaient pas encore astreints.
Le 28 juillet 1943, je reçus une convocation de la Kommandantur de Tournai. Je devais m’y présenter le 30. Un bruit courait que les Allemands réclamaient les listes des rhétoriciens sortants.
Le 30 juillet donc, les directeurs des établissements de Tournai-Ath se retrouvèrent dans le bureau du docteur Winter à la Kommandantur de Tournai. Celui-ci nous fit la déclaration suivante : «J’ai reçu de Mons l’ordre d’exiger de vous la liste des étudiants. Je m’excuse de formuler pareille demande, mais je ne fais que transmetre des instructions. Quant à vous, vous savez ce que vous avez à faire. Agissez d’après votre conscience». Nous fûmes tous étonnés. Il était manifestement ennuyé. On devine notre réponse...
Le 14 août 1943, j’eus la visite au collège du trop fameux Schumaker de la Werbestelle qui vint en personne réclamer la liste des élèves. Il me menaça, mais en vain. Il sortit furieux en claquant les portes. Il n’insista pas...
Le remplaçant de Dropsy, Terryn reçut sa feuille pour le S.T.O. Il n’y répondit pas et continua à assumer ses cours malgré la menace continuelle qui pesait sur lui.
Nous eûmes le 4 novembre 1943 une réunion mémorable des supérieurs des collèges à l’Ecole Normale de Braine-le-Comte. Au moment de notre départ à 17 heures, la maison fut cernée. On assista à une perquisition sérieuse qui se termina par la découverte de quelques armes et explosifs. Heureusement, les Allemands ne nous imputèrent pas la responsabilité de ce dépôt, pas plus d’ailleurs qu’au directeur de l’établissement.
Nous en fûmes quitte pour la peur. En fait, ces explosifs étaient cachés dans la cave en-dessous d’un tas de pommes de terre destinées au Secours d’Hiver. Il y avait dans cet organisme des Résistants qui avaient trouvé là une cachette idéale, mais ils avaient été dénoncés par le bourgmestre rexiste de la ville. Ce dernier fut d’ailleurs abattu par la suite. Un des Résistants qui était présent lors de la visite des Allemands, s’était caché sous une estrade dans une classe. Il ne fut pas pris.

Traîtrise

Je rentrai le lendemain matin, le 5 novembre. Je reçus la visite d’une dame soi-disant recherchée par la gestapo. Elle venait me demander de l’aide. Elle désirait soit une fausse carte d’identité, soit une introduction pour l’Armée Blanche. Pour faire agréer sa demande, elle fit appel aux témoignages de certaines personnes qui se révélèrent authentiques.
En fait, elle essayait d’entrer dans la Résistance tournaisienne. Nous avons appris par la suite qu’elle s’était spécialisée dans les groupements de prêtres. Elle avait déjà fait arrêter un certain nombre d’ecclésiastiques du Brabant wallon.
Cette personne avait été à Hacquegnies chez l’abbé De Backer, un de nos inspecteurs, qui était en même temps curé de ce village. Elle se recommanda de lui. Elle me parla aussi chaleureusement de l’abbé François, ancien curé d’Hacquegnies qui était originaire de Celles, mon village natal, et de la nièce de celui-ci qui avait épousé le vétérinaire Bataille. En somme, elle me donnait là des détails si précis que je pouvais avoir confiance en elle. Elle me raconta également qu’elle avait été arrêtée avec son mari (détail important pour la suite) qui était parvenu à se sauver du train qui le déportait. Elle me cita également certains noms de la Résistance locale que je connaissais par l’intermédiaire de l’abbé Dropsy. Je répondis à cette dame que je ne pouvais lui venir en aide et je lui dis : «Peut-être pourrais-je vous obtenir une carte d’identité. Vous pourriez essayer de vous adresser à l’abbé Thiéry (alors directeur des Oeuvres à Tournai...) Je ne sais pas s’il pourra faire quelque chose pour vous. Si vous permettez, je vais lui téléphoner pour lui demander quand il pourra vous recevoir». Cet abbé me répondit qu’il l’accueillerait le lendemain à 8 heures chez lui, rue de l’Athénée.
Quelque chose me paraissait suspect dans son attitude et je voulus en avoir le coeur net. Je téléphonai donc chez Bataille à Celles, puisque cette dame prétendait être sa cousine de Charleroi. Mme Bataille confirma ces dires. J’insistai cependant en demandant si elle était mariée. Là, elle fut catégorique : elle était toujours célibataire. Je me rendis compte alors que j’avais été trompé et que j’avais affaire à une personne dangereuse. Elle avait en effet prétendu que son «mari» s’était enfui...
J’appelai immédiatement l’abbé Thierry en l’avertissant du danger.

Le lendemain donc, elle se présenta chez ce dernier à l’heure convenue. Il recevait à ce moment-là une dirigeante de patro. Il fit introduire la personne dans une pièce voisine et dit à la jeune fille précitée : «Vous allez sortir. Une dame va entrer. Restez dans les parages et dès que vous la verrez quitter les lieux, suivez-la». L’abbé demanda alors à la suspecte de lui fournir une photo d’elle pour la coller sur la carte d’identité, dans l’éventualité où il en trouverait une. Elle commit cette imprudence : elle remit sa photo, permettant ainsi son identification ultérieure. Et elle sortit. La jeune fille la suivit et vit qu’elle rejoignait un individu. Elle logeait dans un hôtel près de la gare de Tournai.
J’appris par la suite qu’il l’avait accompagnée lorsqu’elle était venue au collège et qu’il l’attendait dans un café. S’il lui était arrivé le moindre incident, mon compte aurait été bon. Finalement, elle mérita son sort : elle fut abattue par la Résistance quelque temps après.
Le 24 décembre 1943, la gestapo vint encore à Kain, toujours pour prendre des renseignements sur l’abbé Dropsy disparu depuis juillet 1942. Décidément, ils étaient persévérants. Ils ne se présentèrent pas au collège. Ils se contentèrent de poser des questions dans les cafés environnants.

10 mai 1944 : bombardement de la gare de Tournai

Le 10 mai 1944, à 10 h. 20 : bombardement de la gare de Tournai par l’aviation alliée. Des bombes tombèrent au Saulchoir à 1.200 mètres du collège. Il n’y eut aucune panique parmi les élèves. Tous descendirent dans les caves. A midi, ils retournèrent chez eux. Les professeurs aidèrent au dégagement des victimes. L’établissement devint alors le refuge des familles évacuées ou sinistrées de la ville. Pendant quatre mois, il abritera plus de cent réfugiés.
Le 1 août 1944, pendant la réunion des supérieurs du séminaire, six agents de la gestapo firent irruption au collège pour un contrôle d’identité des réfugiés. Ils recherchaient des réfractaires. Terryn leur glissa, à leur grande fureur, entre les doigts. Il était occupé, dans une véranda à l’entrée du collège, à réparer le pneu de son vélo. Ils lui demandèrent ses papiers. Et comme il était en salopette, il leur fit comprendre qu’il n’avait pas son veston contenant son portefeuille. Il leur demanda l’autorisation d’aller le chercher. Ils ne le suivirent pas. Il en profita pour s’échapper par une cave secrète aménagée dans le collège.
Les Allemands arrêtèrent quand même, mais sans l’identifier, un sous-lieutenant de gendarmerie qu’ils recherchaient depuis deux ans et qui était hébergé chez nous. Ils n’apprirent pas son vrai nom ni sa qualité. Il fut cependant déporté en Allemagne comme réfractaire au travail.
S’amenèrent alors au collège le 25 août 1944, des ménages(?) de travailleurs belges embrigadés dans l’organisation Todt. Le second étage du bâtiment de façade fut réquisitionné pour eux par les Allemands. Ils entreprirent au Mont-Saint-Aubert des travaux de terrassements pour la construction de rampes de lancement de V 1. Ils n’y travaillèrent pas longtemps puisque le 2 septembre au soir, les Allemands nous quittèrent enfin...

Retour du Colonel Dropsy

Le 3 septembre à 9 h. 30, les premiers blindés américains arrivèrent et nous eûmes la surprise de voir revenir le «colonel» Dropsy, chef du groupe de l’Armée Secrète du Tournaisis.
Pour nous, la guerre n’était pas terminée. Le 25 décembre 1944, au moment de l’offensive de Von Runstedt, nous vîmes arriver 25 parachutistes anglais partis de Londres la nuit même à 2 heures du matin. C’est dire si la situation militaire était désastreuse. Le 4 janvier 1945, le collège fut réquisitionné par les autorités anglaises pour devenir avec l’Ecole Normale de la Sainte-Union et le couvent des Pères de Saint-Vincent de Paul un hôpital général. Ils nous laissèrent seulement huit jours pour vider complètement la maison...
Après la guerre, l’abbé Dropsy vint à Louvain, où il fut d’abord bibliothécaire de l’Institut Agronomique de l’Université. En 1952, il abandonna ces fonctions et fut chargé en qualité de chef de travaux, du cours de notions de botanique tropicale au centre universitaire missionnaire et des exercices pratiques de biologie générale en premier graduat. La maladie l’obligea à cesser ses cours dès octobre 1955. Il succomba dans la matinée du 21 avril 1956. La Résistance venait de perdre un de ses plus grands hommes.

 
 
 

09:44 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

10/04/2008

Une enseignante tournaisienne héroïne de la résistance

Marguerite BERVOETS.


Marguerite Bervoets est née le 6 mars 1914 à La Louvière. Inscrite en 1932 à l’ULB, elle quittera l’université, licenciée en philologie romane et candidate en droit.

Elle sera alors nommée professeur à Tournai.

Dès janvier 1941, elle entre dans la résistance où elle est chargée de collecter des informations sur diverses activités allemandes.

Elle aide également es parachutistes alliés et cache chez elle des armes. En août 1942, elle est arrêtée alors qu’elle photographie le champ d’aviation de Chièvres.

Après perquisition à son domicile, place Clovis à Tournai ( à l'époque Terrasse St Brice ), l’occupant y découvre des armes entreposées.

Condamnée  mort, elle est transférée en Allemagne où elle sera exécutée  à la hache  par les nazis à la prison de Wolfenbüttel, le 7 août 1944.
Dès la fin de la guerre, de nombreux hommages furent organisés en son souvenir : un monument et une plaque sur sa maison natale à la Louvière. On rebaptise l’école qu’elle fréquenta à Mons ainsi que plusieurs rues en Belgique et en France. Un comité Marguerite Bervoets perpétue son souvenir.
(http://marguerite-bervoets.org)

Bervoets2

"J'ai péri pour attester que l'on peut à la fois aimer follement la vie
et consentir à une mort nécessaire… Dites-lui (à ma mère) que je
suis tombée pour que le ciel de Belgique soit plus pur, pour que ceux
qui me suivent puissent vivre libres comme je l'ai tant voulu moi-même…
C'est à des êtres comme vous que ma mort est toute entière dédiée,
à des êtres qui pourront renaître et réédifier. Et je songe à vos enfants
qui seront libres demain."

 

 

18:28 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Tournai, participation de jeunes aux cérémonies du 11/11/07

 A l'initiative du " Relais  de la mémoire" , cher à nos amis Jean-Marie Delmotte et José Vanhulle,   et de certains mouvements de jeunesse , de nombreux jeunes ont participé aux cérémonies de ce 11 novembre 2007; un exemple à méditer par de nombreux adultes qui semblent avoir oublié tout ce que symbolisent ces manifestations ...

dyn003_original_768_576_pjpeg_2568996_3b08e4e3607665f1cc88cd99792047bc
dyn006_original_768_576_pjpeg_2568996_d94e41c687587fddb50a4c31568b0fee

 dyn003_original_768_576_pjpeg_2568996_00a68036a5f0f807117676c4ec75a648

 

dyn003_original_768_576_pjpeg_2568996_73e194d748c9af74b0dd19aff4ea1a1bLa meute des louveteaux de Kain ( au premier plan Jean-Charles Pochart...)

dyn003_original_768_576_pjpeg_2568996_064b59ca851494f60ed3c3413a84d700

 

dyn003_original_768_576_pjpeg_2568996_5b99a608de4a02f379648e97bf9359adLe drapeau du relais de la mémoire

18:15 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/04/2008

Un site pour les collectionneurs de médailles et décorations

    Vous collectionnez les Médailles, Rosettes, Rubans... de Belgique
                                              
 Visitez & Participez
     AU NOUVEAU  Forum  "MEDAILLE.BE"

     
              http://medaille-be.forumactif.info
 
a+
 
 

MEDAILLE . BE

Si vous êtes passionnés par les Médailles Belges (et pour les Belges), militaires, civiles, diocèses, pompiers, par les fourragères, les barettes, les rosettes, les diminutifs, par les photos et documents, alors soyez les bienvenus.

17:35 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |