14/04/2008

René Pitot mis à l'honneur

René Pitot, le sympathique conservateur du Musée Royal d'Armes et d'Histoire militaire qui nous a accueilli à plusieurs reprises ( voy. notamment notre article sur l'AG du 06/11/04 et celui sur l'inauguration de la vitrine consacrée à Mme Tilly ) vient d'être mis à l'honneur par la Ville de Tournai

Le Conseil Communal a célébré le 30ème anniversaire de Monsieur René Pitot à la tête de la destinée du Musée Royal d’Armes et d’Histoire militaire. Passionné par les armes sur le plan historique, René Pitot a joué un rôle prépondérant dans l’évolution de ce musée, très rare dans notre pays. Nommé conservateur à titre bénévole en 1977, il a assuré le transfert indispensable des collections de la Tour Henri VIII vers l’actuel musée, situé rue Roch Saint-Nicaise et inauguré en septembre 2000. Sans sa bienveillance et ses connaissances scientifiques, une grande partie des collections aurait été perdue.

René Pitot a incontestablement permis à ce musée de se développer grâce aux relations qu’il a tissées durant ces années. De nombreux dons et legs ont été effectués à ce musée qui fait la part belle aux armes anciennes et à l’histoire militaire.

Parmi les salles qui le composent, celle consacrée à la Résistance tournaisienne suscite l’émotion chez le visiteur. Au rez-de-chaussée du bâtiment, on ne peut ignorer les salles de la dynastie belge et du Premier Empire français. L’espace consacré à la Marine est remarquable, tout comme est exceptionnel celui traitant de la Légion étrangère. Le Musée d’Armes et d’Histoire militaire est aussi un endroit de mémoire pour nos associations patriotiques qui y lèguent leurs drapeaux.

Pour son dévouement et ses compétences, la Ville de Tournai tient à mettre à l’honneur René Pitot en lui octroyant la médaille Fleur de Lys.

TOURNAI_-_MEDLL._DECORES_-_6_nov.2004_007

Lors d'une visite de novembre 2004, René Pitot donne une profusion de détails sur les pistolets de la vitrine à notre regretté président Yvon Callaert.

TOURNAI_-_MEDLL._DECORES_-_6_nov.2004_019

TOURNAI_-_MEDLL._DECORES_-_6_nov.2004_025

Patiemment, notre Conservateur explique, détaille le contenu des vitrines, fruit d'un remarquable travail de recherches et de coordination .

TOURNAI_-_MEDLL._DECORES_-_6_nov.2004_003 

"Son" lancier : une présence, dont il est particulièrement fier et très remarquable, à l'entrée du musée : encore une réussite de René et de toute son équipe.

TOURNAI_-_MEDLL._DECORES_-_6_nov.2004_027

La visite du musée vient de se terminer ; nous quittons notre ami et érudit René PITOT, la tête pleine de nouveaux détails que  la plupart d'entre nous ignoraient.

Photos : J. De Ceuninck-"La Lorgnette"

17:50 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/04/2008

L'abbe Dropsy, grande figure de la résistance

 
tout le monde connait la rue Abbé Dropsy à Kain; toutefois un demi siècle après , combien se souviennent  encore de son attitude héroïque  ? 

 

Georges Dropsy
commandant du Refuge A 30 de l’Armée Secrète
Né le 20 février 1898, à Boutonville, hameau de Baileux en Thiérache, Georges Dropsy eut tôt fait de manifester plus d’un trait de sa belle intelligence. De son père, ébéniste, il a su garder une âme artiste, un peu bohème qui savait toujours s’élever au-dessus des contingences matérielles. Il devint professeur de sciences au collège d’Ath, puis au collège de Notre-Dame de la Tombe à Kain.
1940 le vit tenir le collège debout, développer tout un réseau de résistance dans le Tournaisis et devenir le commandant du Refuge A 30 de l’Armée Secrète qu’il avait fondé. Il ne tarda pas à se dévouer tant et plus à la presse clandestine en collaborant au «Vigilant». Puis, il prit le maquis, devint «Mon Oncle» et porta aux ennemis des coups dont on réalisa après seulement la terrible efficacité. Au sein du Service PAT (récupération et renvoi des aviateurs en détresse), sa résistance lui valut de nombreuses distinctions honorifiques. Il fut même promu colonel honoraire de l’armée britannique pour services rendus aux soldats anglais. La rue du collège de Kain porte actuellement son nom.

Les activités de ce Résistant émérite nous furent évoquées par le Chanoine Edouard Delmée, 
alors directeur du collège de Kain.

Atteint par l’ordonnance de l’Armée, je partis le 15 mai avec les jeunes gens à Toulouse. Le collège fut alors dirigé par Georges Dropsy qui était le plus ancien professeur. Celui-ci était un grand patriote. Déjà lors de la première guerre mondiale, étant à Chimay, il avait rempli des missions d’espionnage. Son civisme était une seconde nature. D’ailleurs au collège pendant tous les événements qui précédèrent l’invasion, ses élèves apprirent beaucoup sur le conflit de 1914-18 et sur la poussée du nazisme.
A mon retour de France, il me raconta ce qui s’était passé à l’arrivée des Allemands et notamment, lors du bombardement de Tournai. Les nazis avaient atteint la rive de l’Escaut à Kain sous le feu nourri des Anglais. Les envahisseurs étaient arrivés au collège et, vu l’efficacité du tir, ils avaient cru que l’abbé Dropsy renseignait les Alliés par radio. En fait, je ne crois pas qu’il l’ait fait, mais je sais qu’il eut des paroles très vives avec ses interlocuteurs. Son naturel rejaillissait et il parvenait à peine à se contenir.

Robert Lelong

Conscient de ses responsabilités et alors que les autres professeurs étaient sur les routes de France, il resta seul préservant ainsi la maison du pillage. Le 10 juin, le collège rouvrit ses portes aux élèves revenus d’évacuation. L’un après l’autre, les enseignants rentrèrent et l’abbé Dropsy put ainsi terminer l’année scolaire avec un corps professoral presque au complet. Il fallut attendre début août pour me voir rentrer ainsi que l’abbé Roose emmené captif en Allemagne.
Je repris donc la direction de l’établissement. Nous fûmes obligés de limiter le nombre d’internes qui tomba de 201 à 98. A diverses reprises au cours de l’année scolaire 40-41, nous eûmes la visite d’Allemands à la recherche d’un logement, mais à la vue des bâtiments sinistrés, conséquence des bombardements, ils n’insistèrent pas.
Début novembre 1941, j’eus la désagréable surprise de voir l’abbé Dropsy ramené sur une civière. Il devait porter un message à un endroit précis que j’ignore et il était parti en vélo. Il s’était blessé en tombant de sa machine. Il avait été recueilli dans un café de la chaussée de Bruxelles à Tournai. Dans un état semi-comateux, il divagua et fit allusion au message. Heureusement pour lui, le tenancier qui avait la sinistre réputation d’être rexiste n’a pas réalisé et le fit transporter au collège... Une fois de plus, la chance l’avait favorisé.
Le lendemain avant-midi, on m’appela au parloir où m’attendait un homme jeune qui me demanda instamment à voir l’abbé Dropsy. Malgré mes réticences vu son état, je le fis monter dans sa chambre.
Quelques jours après en me rendant à Tournai, j’eus mon attention attirée par un portrait figurant sur une affiche. Je reconnus mon visiteur : c’était Robert Lelong. Ma tension nerveuse devint insoutenable. Je pensais que presque certainement mon collègue Dropsy avait été mêlé à l’affaire du notaire Gérard de Tournai qui avait été abattu. Je ne sais pas dans quelle mesure cela le concernait, mais qu’importe... L’abbé Dropsy me demanda alors de rencontrer l’abbé Vandeputte pour lui remettre le message dont j’ai fait allusion plus haut et qui revêtait pour lui une très grande importance.
Le 22 juin 1942, l’abbé Dropsy dut, à un concours heureux de circonstances, de n’être pas arrêté lors d’une réunion à Mons avec tous les chefs du groupe auquel il appartenait. On s’attendit alors tous les jours à la visite de la Gestapo au collège. Comment en était-on arrivé à cette situation ?

 

Je savais que l’abbé avait des relations avec des personnes appartenant à la Légion Belge. Un bénédictin de Maredsous le rencontrait notamment au collège. Le hasard voulut donc que Dropsy rata, ce jour-là, son train pour Mons. Il évita ainsi une arrestation certaine. Il me confia ce fait et je lui dis : «Ils ont certainement ton nom puisque tout le groupe a été pris. - Je n’en suis pas encore sûr, me répondit-il. Je saurai cela dans peu de temps par un correspondant de Suisse». Je ne connaissais bien sûr pas les ramifications de son réseau... J’ajoutai cependant qu’il n’était pas prudent de rester à Kain. Il voulut quand même assumer la fin de l’année scolaire jusqu’au 27 juillet, mais il logea chez Deweweire, plus tard devenu bourgmestre de Kain. Il prit alors ses vacances.

Perquisition

Moi-même, je partis en retraite et à peine avais-je quitté les lieux d’une heure que deux agents de la gestapo s’amenèrent au collège demandant à voir l’abbé Dropsy. Le concierge Victor Wallez leur répondit qu’il n’était pas dans la maison. Sur ce, ils exigèrent qu’on les conduisit à sa chambre. Ils fracturèrent la porte et fouillèrent consciencieusement pendant deux heures ses papiers, heureusement sans résultat. Pour tout butin, ils emportèrent quelques journaux clandestins et laissèrent pour l’intéressé l’ordre de se rendre au siège de la Gestapo à Charleroi avant le 3 août 1942. L’économe de l’époque, l’abbé De Pauw avait été chargé de guider les Allemands dans sa chambre. Là, ils durent affronter un fouilis invraisemblable. Il n’est d’ailleurs pas étonnant qu’ils ne trouvèrent rien de compromettant. A cette époque, l’abbé Dropsy étudiait un champignon vivant dans la bière. Les visiteurs s’inquiétèrent donc de la présence de tubes de recherches. Gardant son sang-froid, notre économe leur précisa qu’il faisait des études sur le choléra ! Leur réaction fut immédiate : on ne les revit plus.
Je reçus un coup de téléphone du collège me narrant cet incident et me demandant d’atteindre l’abbé pour l’avertir. Sachant qu’il était dans le pays de Charleroi, je lui envoyais une lettre expresse.
Je rentrai le 2 août et je le trouvai occupé à récupérer tout ce qu’il avait de plus précieux et ce, la veille du jour où il était convoqué à la gestapo. Vu la gravité des événements, une seule attitude pour lui : disparaître au plus tôt et prendre la clandestinité. Comme je n’étais pas parvenu à le convaincre, je m’étais rendu chez Monseigneur Delmotte, évêque de Tournai, lui demandant de l’inciter à se cacher. Celui-ci intervint et l’abbé Dropsy obtempéra. A partir de ce moment, je fus très inquiet. Je m’attendais à tout moment à une visite de ces messieurs de la GFP.
Un jour, l’abbé Bracaval vint me voir. Il était alors directeur de l’Institut Saint-Joseph à La Louvière. Je m’étonnai un peu de sa visite. Il me demanda à rencontrer Georges Dropsy. Je l’envoyai chez Roger Fourez, rue Guillaume Charlier à Tournai. Lui savait sans doute où le joindre. Il m’expliqua également qu’il était en relation avec une personne d’un service allemand à Mons. Elle venait de lui faire savoir que la Gestapo était au courant de tous les déplacements de Dropsy ainsi que ceux de ses collaborateurs. Les nazis attendaient le moment propice pour les arrêter tous ensemble. J’appris plus tard que Dropsy se cachait dans une maison isolée à Blandain, habitée par Simone Ghisdal, dite «Ma Tante».

Aviateurs américains

Le 9 octobre 1942, à 10 h. 40, en sortant de la chapelle, j’entendis un vrombissement d’avion et un bombardement dans le lointain. Je sortis du collège et j’aperçus à quelques 5.000 mètres d’altitude, des escadrilles de bombardiers américains comprenant chacune une dizaine d’appareils. A un certain moment, je les vis attaquer par un chasseur allemand. Bientôt, les mitrailleuses crépitèrent. Un bombardier fut touché et commença à descendre. A ce moment, trois aviateurs se jetèrent en parachute.
J’appris le lendemain que l’appareil s’était abattu à Mouchin et que quatre aviateurs étaient sains et saufs. Un second bombardier fut atteint. De nouveau, deux aviateurs sautèrent ; un troisième, d’après ce que l’on racontait, sauta à deux cents mètres du sol et serait tombé à Néchin à côté de son appareil. Les deux premiers, poussés par le vent, atterrirent sur le territoire de Kain. Aussitôt, ce fut une course folle de la population qui désirait voir et aider les rescapés. Quand la gendarmerie allemande arriva sur les lieux quelques minutes plus tard, elle ne trouva plus que des parachutes. Personne évidemment n’avait vu les aviateurs. L’après-midi, l’un d’eux fut retrouvé sur dénonciation. Quant au second, on raconta qu’il s’était sauvé à bicyclette et que l’abbé Dropsy ne fut pas étranger à ce sauvetage. Il était donc resté dans la région. 

L’abbé Dropsy était parfaitement au courant de ce qui s’était passé. Voici la note qu’il envoya à G.98 (alias Clovis ou docteur Delcoigne) :
«Je vous adresse sous même pli une note en anglais afin de récupérer éventuellement les membres de l’équipage du bombardier en difficulté hier matin 9 courant au-dessus de Rumes ou environs Sud; j’en ai déjà deux membres en ma possession... En cas de besoin, convoquez-moi sous le style convenu.
C.T. 14 (Dropsy)»
Dear Sir,
October l0th 1942
We are endeavouring to recover the crew of the •Flying Fortress» n° 124.510, of the 367th Squadron of the USA Air Force.
We have safe of this machine :
the Engineer Erwin D. Wissenback 
the Navigator William Gise.
Thus, you, Mrs Tom W. Dynan, radio-operator
John W. Olson, pilot Truman C. Wilder
Joe N. Gates, co-pilot Bert E. Kaylor, gunner
A.W. Lachasse Nickelson, gunner
You may take confidence with us and follow the tarrier of this paper, whe is in charge to bring you into safeness.
You will be convoyed surely to England by our services.
The Chief of the Recovering System for Allied Flyers in Belgium, 
(s) Dr Waterzucht.

[ Traduction : nous tentons de récupérer l’équipage de la forteresse volante... Nous avons sauvé de cet avion... Vous pouvez nous contacter en toute sécurité et suivre te porteur de ce document qui est chargé de vous mettre en sûreté. Vous serez certainement rapatrié en Angleterre par nos services.
Le chef des recherches pour avions alliés en Belgique ]

Otages

Cet aviateur s’était caché dans une maison de la rue du Nord à Kain centre. De là, il suivit une filière d’évasion et je pense qu’il regagna l’Angleterre.
Le jeudi 15 octobre, à 5 h. 40, coup de sonnette. Police. Je dus descendre. Je me retrouvai face à face avec des gendarmes allemands. Ils venaient arrêter l’abbé Dropsy (absent), moi-même, ainsi que Roose et Sioen, ces derniers étaient professeurs de langues modernes. Or, «on» avait vu un abbé qui était arrivé un des premiers auprès du parachuté et lui parler. Les Allemands avaient tout de suite pensé qu’il ne pouvait s’agir que d’enseignants parlant l’anglais.
A 6 h. 40, nous sortîmes et allâmes attendre les autres otages aux Quatre Bras près de la chapelle de la Tombe. Ce ne fut qu’à huit heures qu’on nous chargea sur une camionnette. Nous fûmes emmenés à la Visitation, boulevard Léopold à Tournai, transformée en maison pour otages. Nous étions seize :
BERLEMONT Julien, conducteur de tram, rue des Ecoles; CARBONNELLE Albert, distillateur et ancien bourgmestre, Chaussée d’Audenarde ; CORROYER Marcel, couvreur, place Kain-Centre ; DALLE Eugène, religieux barnabite, rue du Saulchoir ; DEBLATON Léopod, imprimeur, avenue d’Audenarde ; de BOMMERSONNE Eugène, curé de N.-D. de la Tombe ; DELMEE Edouard, directeur du Collège N.-D. de la Tombe ; DIODORE Alexis, ajusteur aux Chemins de fer, rue du Crampon ; FONTAINE César, machiniste retraité, rue des Ecoles ; HANOT Léon, contrôleur au ravitaillement, adjudant colonial, rue d’Omerie ; LEMAIRE Jules, garde-champêtre, rue des Ecoles ; MAHIEU Louis, bourgmestre en fonction ( complètement blanchi par le Conseil de Guerre de Mons et réintégré dans son mandat de conseiller communal qu'il détenait au moment de l'invasion allemande en 1940 ) 54, rue Albert à Kain ; ROOSE Raphaël, professeur au Collège N.-D. de la Tombe ; SENEPART Omer, instituteur, rue des Ecoles ; SIOEN Joseph, professeur au Collège N.-D. de la Tombe ; VIRELY René, chef de culture à la ferme «Jaco» Deweweire. Le père DESMET, religieux barnabite, vicaire à Kain-Centre, arrêté le lendemain, vint nous rejoindre à Huy. Nous étions donc 17 au total.

A notre arrivée, l’adjudant Alfred nous donna lecture du règlement. Nous lui remîmes notre argent, les rasoirs, etc... ainsi que le tabac. Tout devait, paraît-il nous être rendu à la sortie. Nous fûmes alors conduits dans une salle, dite salle des assemblées dédiée à Saint-Augustin portant l’inscription : «A la douceur cordiale... » Nous y restâmes quatre jours. A 11 heures, visite du commandant de place avec un interprète qui nous donna lecture de l’affiche qui fut placardée à Kain et environs :

(Texte de l’affiche)
«Le 9 octobre, deux aviateurs américains se sont élancés d’un appareil abattu et ont atterri en parachute sur le territoire de la commune de Kain. L’un fut fait prisonnier par la Feldgendarmerie, l’autre s’est enfui. Il a été constaté que l’aviateur en fuite est resté pendant un certain temps en compagnie de 60 à 80 personnes, s’est entretenu avec celles-ci et s’est ensuite éloigné avec quelques civils. Il est ainsi prouvé que la fuite de cet aviateur a été favorisée par des habitants de la commune de Kain, bien que l’aide et la protection accordées à des membres d’une armée ennemie entraîne l’application de la peine de mort.
En conséquence, les dispositions suivantes sont décrétées :
1) 20 habitants de la commune de Kain seront arrêtés et déportés. 
2) Si l’aviateur américain en fuite n’est pas arrêté pour le 31 octobre 1942, la commune de Kain sera punie d’une amende de 100.000 F.
Il est fait remarquer que les renseignements permettant l’arrestation de cet aviateur seront récompensés par la remise d’une somme d’argent de 500 RM au maximum ou par la libération d’un proche parent actuellement prisonnier de guerre.
Tournai, le 14 octobre 1942
Kommandantur de Tournai 
(s) Schicker
Major et Commandant»
Départ pour Huy

L’interprète ajouta qu’il savait que l’un de nous était particulièrement coupable. Il s’agissait de Virely, le chef de culture de chez Deweweire. Il avait à réfléchir. Il précisa en outre que nous partirions le lendemain pour une destination inconnue. A midi, nous reçûmes notre premier dîner de prisonnier : soupe aux choux et ragoût de betteraves. On nous annonça à 17 heures notre passage devant le major pour interrogatoire. Le vendredi, les premiers colis arrivèrent. L’interprète nous signala alors que puisque nous étions innocents, notre détention n’allait pas durer. Le retard apporté à notre départ nous insuffla de l’optimisme. Nous dûmes vite déchanter...
Le dimanche soir, Alfred nous prévint que nous partirions le lendemain matin pour un séjour dans un château entre Bruxelles et Louvain. Effectivement, le lundi, on nous fit lever à 4 h. 30. A 6 heures, nous fûmes transportés en camion à la gare de Tournai pour prendre le train de Bruxelles à 6 h. 30. Finalement, nous arrivâmes à 16 h. 30... à Huy. Le chef de gare pour nous consoler, nous annonça que de la forteresse, nous aurions un magnifique panorama sur la vallée de la Meuse. Dès notre arrivée, nous fûmes reçus par quatre confrères d’un groupe d’otages de Charleroi, les abbés Waterloos, Paternôtre, Maes (ex-condamné à mort de la guerre 14-18) et Ranchon.En fait, tout cela ne fut pas très gai.
Pendant que nous étions à la forteresse, le 28 octobre, la gestapo vint de nouveau au collège. Vu que nous étions partis, les agents n’insistèrent pas, mais malgré tout, ils étaient toujours à la recherche de l’abbé Dropsy. Ce fut d’ailleurs ce matin-là que Deweweire et le groupe de l’A.S. de Kain furent arrêtés.
L’abbé Sironval prit la direction du collège, aidé pour le cours de flamand et d’anglais par le père oblat de Velaines, Emile Carré. Ce dernier était parti en Angleterre, y avait suivi une instruction appropriée, puis parachuté dans la région avec un poste émetteur. Son rôle fut très important, Il mena en quelque sorte un double jeu: étant flamand d’origine et connaissant l’allemand, il feignait de collaborer avec l’ennemi pour obtenir le maximum de renseignements. Il était d’ailleurs très lié avec un mouvement de Résistance de Braine-le-Comte qui l’hébergea.
Nous revînmes de Huy le 15 novembre.

Le travail obligatoire

1 février 1943. Depuis plusieurs semaines, nous vivions sous la menace continuelle des déportations pour le travail obligatoire en Allemagne. Les professeurs et grands élèves allaient-ils être appelés ?
Une note de l’évêché nous annonça que les étudiants et maîtres n’y étaient pas encore astreints.
Le 28 juillet 1943, je reçus une convocation de la Kommandantur de Tournai. Je devais m’y présenter le 30. Un bruit courait que les Allemands réclamaient les listes des rhétoriciens sortants.
Le 30 juillet donc, les directeurs des établissements de Tournai-Ath se retrouvèrent dans le bureau du docteur Winter à la Kommandantur de Tournai. Celui-ci nous fit la déclaration suivante : «J’ai reçu de Mons l’ordre d’exiger de vous la liste des étudiants. Je m’excuse de formuler pareille demande, mais je ne fais que transmetre des instructions. Quant à vous, vous savez ce que vous avez à faire. Agissez d’après votre conscience». Nous fûmes tous étonnés. Il était manifestement ennuyé. On devine notre réponse...
Le 14 août 1943, j’eus la visite au collège du trop fameux Schumaker de la Werbestelle qui vint en personne réclamer la liste des élèves. Il me menaça, mais en vain. Il sortit furieux en claquant les portes. Il n’insista pas...
Le remplaçant de Dropsy, Terryn reçut sa feuille pour le S.T.O. Il n’y répondit pas et continua à assumer ses cours malgré la menace continuelle qui pesait sur lui.
Nous eûmes le 4 novembre 1943 une réunion mémorable des supérieurs des collèges à l’Ecole Normale de Braine-le-Comte. Au moment de notre départ à 17 heures, la maison fut cernée. On assista à une perquisition sérieuse qui se termina par la découverte de quelques armes et explosifs. Heureusement, les Allemands ne nous imputèrent pas la responsabilité de ce dépôt, pas plus d’ailleurs qu’au directeur de l’établissement.
Nous en fûmes quitte pour la peur. En fait, ces explosifs étaient cachés dans la cave en-dessous d’un tas de pommes de terre destinées au Secours d’Hiver. Il y avait dans cet organisme des Résistants qui avaient trouvé là une cachette idéale, mais ils avaient été dénoncés par le bourgmestre rexiste de la ville. Ce dernier fut d’ailleurs abattu par la suite. Un des Résistants qui était présent lors de la visite des Allemands, s’était caché sous une estrade dans une classe. Il ne fut pas pris.

Traîtrise

Je rentrai le lendemain matin, le 5 novembre. Je reçus la visite d’une dame soi-disant recherchée par la gestapo. Elle venait me demander de l’aide. Elle désirait soit une fausse carte d’identité, soit une introduction pour l’Armée Blanche. Pour faire agréer sa demande, elle fit appel aux témoignages de certaines personnes qui se révélèrent authentiques.
En fait, elle essayait d’entrer dans la Résistance tournaisienne. Nous avons appris par la suite qu’elle s’était spécialisée dans les groupements de prêtres. Elle avait déjà fait arrêter un certain nombre d’ecclésiastiques du Brabant wallon.
Cette personne avait été à Hacquegnies chez l’abbé De Backer, un de nos inspecteurs, qui était en même temps curé de ce village. Elle se recommanda de lui. Elle me parla aussi chaleureusement de l’abbé François, ancien curé d’Hacquegnies qui était originaire de Celles, mon village natal, et de la nièce de celui-ci qui avait épousé le vétérinaire Bataille. En somme, elle me donnait là des détails si précis que je pouvais avoir confiance en elle. Elle me raconta également qu’elle avait été arrêtée avec son mari (détail important pour la suite) qui était parvenu à se sauver du train qui le déportait. Elle me cita également certains noms de la Résistance locale que je connaissais par l’intermédiaire de l’abbé Dropsy. Je répondis à cette dame que je ne pouvais lui venir en aide et je lui dis : «Peut-être pourrais-je vous obtenir une carte d’identité. Vous pourriez essayer de vous adresser à l’abbé Thiéry (alors directeur des Oeuvres à Tournai...) Je ne sais pas s’il pourra faire quelque chose pour vous. Si vous permettez, je vais lui téléphoner pour lui demander quand il pourra vous recevoir». Cet abbé me répondit qu’il l’accueillerait le lendemain à 8 heures chez lui, rue de l’Athénée.
Quelque chose me paraissait suspect dans son attitude et je voulus en avoir le coeur net. Je téléphonai donc chez Bataille à Celles, puisque cette dame prétendait être sa cousine de Charleroi. Mme Bataille confirma ces dires. J’insistai cependant en demandant si elle était mariée. Là, elle fut catégorique : elle était toujours célibataire. Je me rendis compte alors que j’avais été trompé et que j’avais affaire à une personne dangereuse. Elle avait en effet prétendu que son «mari» s’était enfui...
J’appelai immédiatement l’abbé Thierry en l’avertissant du danger.

Le lendemain donc, elle se présenta chez ce dernier à l’heure convenue. Il recevait à ce moment-là une dirigeante de patro. Il fit introduire la personne dans une pièce voisine et dit à la jeune fille précitée : «Vous allez sortir. Une dame va entrer. Restez dans les parages et dès que vous la verrez quitter les lieux, suivez-la». L’abbé demanda alors à la suspecte de lui fournir une photo d’elle pour la coller sur la carte d’identité, dans l’éventualité où il en trouverait une. Elle commit cette imprudence : elle remit sa photo, permettant ainsi son identification ultérieure. Et elle sortit. La jeune fille la suivit et vit qu’elle rejoignait un individu. Elle logeait dans un hôtel près de la gare de Tournai.
J’appris par la suite qu’il l’avait accompagnée lorsqu’elle était venue au collège et qu’il l’attendait dans un café. S’il lui était arrivé le moindre incident, mon compte aurait été bon. Finalement, elle mérita son sort : elle fut abattue par la Résistance quelque temps après.
Le 24 décembre 1943, la gestapo vint encore à Kain, toujours pour prendre des renseignements sur l’abbé Dropsy disparu depuis juillet 1942. Décidément, ils étaient persévérants. Ils ne se présentèrent pas au collège. Ils se contentèrent de poser des questions dans les cafés environnants.

10 mai 1944 : bombardement de la gare de Tournai

Le 10 mai 1944, à 10 h. 20 : bombardement de la gare de Tournai par l’aviation alliée. Des bombes tombèrent au Saulchoir à 1.200 mètres du collège. Il n’y eut aucune panique parmi les élèves. Tous descendirent dans les caves. A midi, ils retournèrent chez eux. Les professeurs aidèrent au dégagement des victimes. L’établissement devint alors le refuge des familles évacuées ou sinistrées de la ville. Pendant quatre mois, il abritera plus de cent réfugiés.
Le 1 août 1944, pendant la réunion des supérieurs du séminaire, six agents de la gestapo firent irruption au collège pour un contrôle d’identité des réfugiés. Ils recherchaient des réfractaires. Terryn leur glissa, à leur grande fureur, entre les doigts. Il était occupé, dans une véranda à l’entrée du collège, à réparer le pneu de son vélo. Ils lui demandèrent ses papiers. Et comme il était en salopette, il leur fit comprendre qu’il n’avait pas son veston contenant son portefeuille. Il leur demanda l’autorisation d’aller le chercher. Ils ne le suivirent pas. Il en profita pour s’échapper par une cave secrète aménagée dans le collège.
Les Allemands arrêtèrent quand même, mais sans l’identifier, un sous-lieutenant de gendarmerie qu’ils recherchaient depuis deux ans et qui était hébergé chez nous. Ils n’apprirent pas son vrai nom ni sa qualité. Il fut cependant déporté en Allemagne comme réfractaire au travail.
S’amenèrent alors au collège le 25 août 1944, des ménages(?) de travailleurs belges embrigadés dans l’organisation Todt. Le second étage du bâtiment de façade fut réquisitionné pour eux par les Allemands. Ils entreprirent au Mont-Saint-Aubert des travaux de terrassements pour la construction de rampes de lancement de V 1. Ils n’y travaillèrent pas longtemps puisque le 2 septembre au soir, les Allemands nous quittèrent enfin...

Retour du Colonel Dropsy

Le 3 septembre à 9 h. 30, les premiers blindés américains arrivèrent et nous eûmes la surprise de voir revenir le «colonel» Dropsy, chef du groupe de l’Armée Secrète du Tournaisis.
Pour nous, la guerre n’était pas terminée. Le 25 décembre 1944, au moment de l’offensive de Von Runstedt, nous vîmes arriver 25 parachutistes anglais partis de Londres la nuit même à 2 heures du matin. C’est dire si la situation militaire était désastreuse. Le 4 janvier 1945, le collège fut réquisitionné par les autorités anglaises pour devenir avec l’Ecole Normale de la Sainte-Union et le couvent des Pères de Saint-Vincent de Paul un hôpital général. Ils nous laissèrent seulement huit jours pour vider complètement la maison...
Après la guerre, l’abbé Dropsy vint à Louvain, où il fut d’abord bibliothécaire de l’Institut Agronomique de l’Université. En 1952, il abandonna ces fonctions et fut chargé en qualité de chef de travaux, du cours de notions de botanique tropicale au centre universitaire missionnaire et des exercices pratiques de biologie générale en premier graduat. La maladie l’obligea à cesser ses cours dès octobre 1955. Il succomba dans la matinée du 21 avril 1956. La Résistance venait de perdre un de ses plus grands hommes.

 
 
 

09:44 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

10/04/2008

Une enseignante tournaisienne héroïne de la résistance

Marguerite BERVOETS.


Marguerite Bervoets est née le 6 mars 1914 à La Louvière. Inscrite en 1932 à l’ULB, elle quittera l’université, licenciée en philologie romane et candidate en droit.

Elle sera alors nommée professeur à Tournai.

Dès janvier 1941, elle entre dans la résistance où elle est chargée de collecter des informations sur diverses activités allemandes.

Elle aide également es parachutistes alliés et cache chez elle des armes. En août 1942, elle est arrêtée alors qu’elle photographie le champ d’aviation de Chièvres.

Après perquisition à son domicile, place Clovis à Tournai ( à l'époque Terrasse St Brice ), l’occupant y découvre des armes entreposées.

Condamnée  mort, elle est transférée en Allemagne où elle sera exécutée  à la hache  par les nazis à la prison de Wolfenbüttel, le 7 août 1944.
Dès la fin de la guerre, de nombreux hommages furent organisés en son souvenir : un monument et une plaque sur sa maison natale à la Louvière. On rebaptise l’école qu’elle fréquenta à Mons ainsi que plusieurs rues en Belgique et en France. Un comité Marguerite Bervoets perpétue son souvenir.
(http://marguerite-bervoets.org)

Bervoets2

"J'ai péri pour attester que l'on peut à la fois aimer follement la vie
et consentir à une mort nécessaire… Dites-lui (à ma mère) que je
suis tombée pour que le ciel de Belgique soit plus pur, pour que ceux
qui me suivent puissent vivre libres comme je l'ai tant voulu moi-même…
C'est à des êtres comme vous que ma mort est toute entière dédiée,
à des êtres qui pourront renaître et réédifier. Et je songe à vos enfants
qui seront libres demain."

 

 

18:28 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Tournai, participation de jeunes aux cérémonies du 11/11/07

 A l'initiative du " Relais  de la mémoire" , cher à nos amis Jean-Marie Delmotte et José Vanhulle,   et de certains mouvements de jeunesse , de nombreux jeunes ont participé aux cérémonies de ce 11 novembre 2007; un exemple à méditer par de nombreux adultes qui semblent avoir oublié tout ce que symbolisent ces manifestations ...

dyn003_original_768_576_pjpeg_2568996_3b08e4e3607665f1cc88cd99792047bc
dyn006_original_768_576_pjpeg_2568996_d94e41c687587fddb50a4c31568b0fee

 dyn003_original_768_576_pjpeg_2568996_00a68036a5f0f807117676c4ec75a648

 

dyn003_original_768_576_pjpeg_2568996_73e194d748c9af74b0dd19aff4ea1a1bLa meute des louveteaux de Kain ( au premier plan Jean-Charles Pochart...)

dyn003_original_768_576_pjpeg_2568996_064b59ca851494f60ed3c3413a84d700

 

dyn003_original_768_576_pjpeg_2568996_5b99a608de4a02f379648e97bf9359adLe drapeau du relais de la mémoire

18:15 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/04/2008

Un site pour les collectionneurs de médailles et décorations

    Vous collectionnez les Médailles, Rosettes, Rubans... de Belgique
                                              
 Visitez & Participez
     AU NOUVEAU  Forum  "MEDAILLE.BE"

     
              http://medaille-be.forumactif.info
 
a+
 
 

MEDAILLE . BE

Si vous êtes passionnés par les Médailles Belges (et pour les Belges), militaires, civiles, diocèses, pompiers, par les fourragères, les barettes, les rosettes, les diminutifs, par les photos et documents, alors soyez les bienvenus.

17:35 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Cérémonie au monument Bruno Méaux le 08/04/08

Le 8 avril  - Monument caporal Bruno Méaux -

Tournai, quartier Saint-Jean,

à 10h45:accueil au quartier Ruquoy (salons Adjudant De Mets);

11h15: transport par bus militaire vers la rue Bruno Méaux;

11h30: cérémonie commémorative à la stèle Caporal Bruno Méaux; 11h45: transport par bus militaire vers le quartier Ruquoy;

11h50: verre de l'amitié au quartier Ruquoy (salons Adjudant De Mets).

 610x

 

Le massacre des para-commandos belges
 
 
Présente en effectif réduit, la force de maintien de la paix des Nations-Unies (MINUAR), sous le commandement du général canadien Roméo Dallaire, tenta de stabiliser la situation.
 
Dans la nuit du 6 au 7 avril,  l'état-major des FAR (Forces armées rwandaises) s'opposa verbalement au général Dallaire, commandant de la MINUAR, qui rappella l'autorité légale du premier ministre pour prendre le contrôle de la situation.  Le Colonel Bagosora contesta son autorité. Le général Roméo Dallaire décida de donner une escorte de casques bleus à Madame Agathe Uwilingiyimana pour la protéger et lui permettre de lancer un appel au calme à la radio dès le lendemain matin. 
 
Le 7 avril à 2h00, dix paras belges (Caporal Bruno Bassine, Cpl Alain Debatty, Cpl Christophe Dupont, Cpl Stéphane Lhoir, Cpl Bruno Meaux, Cpl Louis Plescia, Cpl Christophe Renwa, Cpl Marc Uyttebroeck, 1 Sergent Yannick Leroy et Lieutenant Thierry Lotin), partirent du centre de Kigali, à bord de deux jeeps, afin de rejoindre le domicile du Premier ministre.  Vu la présence de plusieurs barrages, les Belges n'atteignirent leur but qu'à 5h30, où il rejoignirent cinq soldats ghanéens, également affectés à la sécurité du Premier ministre à son domicile.
À 05 h 37, le Lt Lotin indiqua qu’il n’était plus question, vu les barrages établis, de se rendre à Radio-Rwanda. Ordre lui fut donné de prendre une position défensive
À 06 h 55, le Lt Lotin signala qu’il était encerclé par une vingtaine de militaires rwandais, armés de fusils et de grenades, et que des membres de la garde présidentielle lui demandaient de déposer les armes. Ses supérieurs lui enjoignirent de ne pas rendre les armes et de maintenir le dialogue.
A 8h34, le Premier ministre tenta de fuir son domicile en compagnie de gendarmes, affectés à sa sécurité, qui la cachèrent dans la maison d’un voisin . Elle y fut découverte par des membres de la garde présidentielle qui la ramenèrent à son domicile où elle fut tuée vers 11 h 45 ainsi que son mari.
A 08 h 43, le groupe Lotin fut déchargé de sa mission de protection du Premier ministre par le commandement mais prié  de ne pas se laisser désarmer et de négocier.  Le Lt Lotin rétorqua qu’il était trop tard, ayant déjà quatre hommes désarmés à terre.  L'officier, dans ces circonstances, fut autorisé à rendre les armes s’il le jugeait nécessaire:  " Tu es sur place, c’est à toi d’apprécier la situation ".
Les cinq Ghanéens et les dix Belges furent désarmés sans résistance possible et conduits, sous la menace des armes, vers un minibus VW qui attendait à l’extérieur.
 
En arrivant à destination, au camp militaire de Kigali, les quinze militaires furent obligés de quitter le véhicule et de s’asseoir sur le tarmac situé à l’entrée du camp.
Rapidement  la rumeur circula parmi les militaires FAR rassemblés dans le camp que les soldats belges avaient abattu l’avion présidentiel . Ceci  engendra vite un soulèvement général en faveur du lynchage des militaires belges.
A 9h06, le Lt Lotin, utilisant la radio d'un observateur ONU togolais, informa sa hiérarchie que son équipe avait été emmenée dans un endroit inconnu et que deux de ses hommes se faisaient tabasser et lyncher.
Des soldats rwandais se ruèrent sur les militaires de l’ONU et les frappèrent à coups de crosses, béquilles, pierres, râteaux et baïonnettes jusqu'au moment où quatre militaires belges succombèrent des suites de leurs blessures .
Inexplicablement, le général Dallaire passa alors devant le Camp Kigali et aperçu, au sol, plusieurs militaires belges.  Si les circonstances ne lui permirent pas d'intervenir immédiatement, il reste incompréhensible, qu'une fois en sécurité, il ne prit aucune mesure afin d'envoyer des secours aux Belges en difficulté.
 
Les magasins d’armement du camp, dont la Minuar avait la responsabilité, furent entre-temps fracturés.
Le Col Nubaha, commandant du camp, accouru sur les lieux en compagnie d’autres officiers, tenta d’empêcher les Rwandais de pénétrer dans un local de permanence ONU où le Lt Lotin s’était finalement réfugié avec quatre militaires belges qui l’avaient rejoint en profitant d’un moment de confusion.
Un cinquième militaire belge parvint bientôt à rejoindre le groupe Lotin en rampant sous un véhicule.
Le groupe Lotin était alors composé de six militaires belges et des cinq ghanéens. Quelques instants plus tard, un militaire belge fut tué par un tir d’arme à feu provenant de l’extérieur.
 
Le local où s'étaient réfugiés les militaires ONU fut pris sous le tir des armes des Rwandais.  Les Belges et les Ghanéens furent contraints de se jeter sous les lits qui s’y trouvaient et de se protéger derrière le cadavre du soldat belge décédé.
 
Ayant arrêté les tirs un moment, les Rwandais ordonnèrent aux Ghanéens de quitter le local par une fenêtre cassée. Sous escorte, les cinq Ghanéens furent ainsi expulsés du camp.
Vers 12h30, un caporal rwandais, voulant pénétrer dans le local des Belges, se fait arracher son fusil Kalashnikov par le Lt Lotin qui le tua à l’aide de son pistolet GP35,seule arme qui avait pu être dissimulée lors de l'arrestation et du désarmement des Belges.
L’attaque redoubla de violence. Des bombes lacrymogènes furent lancées dans le local tandis que les Belges ripostaient avec la Kalashnikov.
 
Une fois les 45 cartouches contenues dans l'AK47 et le GP épuisées, ce fut la curée.  Un Rwandais escalada le toit du local pour y lancer, d’un trou pratiqué, des grenades défensives . D’après des témoins, la résistance belge s’arrêta entre 12 h 30 et 13 h 30 (14h00??).  Les cadavres furent retirés du local de l'ONU et dévalisés (uniformes, chaussures) avant d'être mutilés...
Cet épisode dramatique plongea la Belgique dans la consternation et entraîna son désengagement de la Minuar.  Dans la foulée, la Belgique entraîna à son tour l'ONU dans une spirale de désengagement.

 ( sources: site les batailles célèbres de l'histoire )

14:27 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

L'Ordre National du Mérite ( France )et l"Association Nationale des Membres de l'Ordre du Mérite"

Les chevaliers de l’Ordre National du Mérite, second ordre national de France.

 Cet ordre fut créé en 1963 par le Général Charles de Gaulle, dans le but de décorer les civils et les militaires ayant accompli un « mérite distingué » que ce soit dans une fonction publique ou privée. L'insigne de l'ordre National du Mérite est une étoile à six branches doubles suspendue à un ruban bleu. La couleur au centre de l'étoile varie selon le grade de son possesseur. On distingue dans cet ordre trois grades, officiers, chevaliers et commandeurs, ainsi que deux distinctions, les Grands officiers et les Grand'Croix.

L'Ordre se compose toujours de trois membres qui y entrent de droit. Le président de la République est le Grand Maître de l'Ordre et Grand'Croix. Le grand Chancelier de la Légion d'Honneur est aussi le Chancelier de l'Ordre National du Mérite et également Grand'Croix. Enfin, six mois après son entrée en fonction, le Premier Ministre devient Grand'Croix. Les autres membres sont les personnes ayant reçu la distinction de l'Ordre. Pour le reste de l'organisation de l'ordre, la hiérarchie et le déroulement des séances sont calqués sur ceux de la Légion d'Honneur. Les conseils regroupent dix membres choisis par décret du président de la République, et sont présidés soit par le Grand Maître, soit par le Chancelier. Lors de sa création, l'Ordre National du Mérite permit de remettre à jour les différents ordres existants, et aurait pu paraître comme une révolution. Dans un premier temps, il permit de redonner à la Légion d'Honneur tout son sens, en lui redonnant une importance qu'elle perdait. Ensuite, la création des chevaliers de l'Ordre National du Mérite permit de clarifier la situation d'autres ordres du Mérite. En effet, il existait un grand nombre d'ordres du mérite très différents les uns des autres. Par exemple, on pouvait être décoré de l'ordre du mérite artisanal, l'ordre du mérite civil et bien d'autres encores. Ces ordres étaient des ordres ministériels, et avant la création de l'Ordre National du Mérite, on en dénombrait vingt. En 1963, seize furent supprimés, les quatre autres furent gardés en raison de leur importance. Les chevaliers de l'ordre National du Mérite englobèrent les seize supprimés et simplifia ainsi la gestion des différents ordres. Autre détail d'importance, alors que les femmes ne furent autorisées à recevoir la Légion d'Honneur que tardivement, dès sa création en 1963, les femmes pouvaient devenir chevaliers de l'Ordre National du Mérite. De plus, il est plus simple de devenir Chevalier de l'Ordre National du Mérite car les années de service nécessaires pour passer du grade d'officier à celui de chevalier, puis à celui de commandeur, sont moins importantes que les années demandées pour évoluer à l'intérieur de la Légion d'Honneur. Bref, même si l'Ordre National du Mérite peut paraître moins important que la Légion d'Honneur sur le plan distinctif, il est en fait très important car il a permis à toutes les autres distinctions françaises de retrouver leur place initiale, et il a également permis de « rénover » les ordres afin de les intégrer dans la société.



les titulaires de l'Ordre National du mérite sont rassemblés dans une association dont nous vous indiquons ci-aprés l'adresse du site:http://www.anmonm.com/




 

 

 

08:24 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

03/04/2008

Genèse de la Brabançonne

Genèse de la Brabançonne

Un soir, après les chaudes journées de septembre 1830, quelques jeunes gens entrent dans le café de "l'Aigle d'or", rue de la Fourche à Bruxelles. On offre aux jeunes patriotes le salon du premier pour se reposer. C'est au milieu des paroles généreuses, des rires et des refrains de ces jeunes soldats de la liberté que l'un deux, un certain Jenneval, se met à réciter les vers d'un texte, qu'il avait composé et qui traduit les aspirations des révolutionnaires à ce moment-là.

C'est ainsi que l'on raconte la naissance de l'hymne national belge en 1830.

Si l'anecdote n'a peut-être pas de valeur historique, il est cependant certain que la première Brabançonne fut écrite par Louis-Alexandre Dechet, mieux connu sous le nom de JENNEVAL, à la fin de 1830. Acteur au théâtre de la Monnaie à Bruxelles, où avait éclaté, le 25 août 1830, la révolution qui aboutit à l'indépendance de la Belgique, Jenneval s'engagea dans l'armée révolutionnaire et fut tué au combat, près de Lierre, le 18 octobre 1830.

Il composa trois versions du "Chant national belge", versions qu'il adapta au fur et à mesure de l'évolution des événements.

En 1860, elle fut une fois encore remodelée, mais cette fois, non pas par son créateur, mais par le Premier Ministre Charles Rogier qui adoucit fortement les paroles virulentes adressées par Jenneval à l'égard du Prince d'Orange, Guillaume de Nassau. C'est cette version qui est reproduite ci-dessus et qui est encore utilisée actuellement.

Quant à la musique de la Brabançonne, elle fut écrite pendant les journées de septembre par François VAN CAMPENHOUT. La première exécution publique de l'hymne national belge a eu lieu au théâtre de la Monnaie, au début du mois d'octobre 1830. La partition primitive a également été modifiée, afin de l'adapter aux paroles de Charles Rogier.

En réalité, il n'existe pas de version officielle de "La Brabançonne". Différentes commissions ont été chargées d'examiner le texte et la mélodie de "La Brabançonne" et d'en établir une version officielle. Leurs travaux n'ont jamais abouti. Néanmoins, une circulaire ministérielle du Ministère de l'Intérieur du 8 août 1921 décrète que seule la 4e strophe du texte de Charles Rogier doit être considérée comme officielle, tant en français qu'en néerlandais.

Précisons encore qu'il existe un "monument à la Brabançonne" à Bruxelles, place Surlet de Chokier. Des extraits de paroles en français et en néerlandais de l'hymne national y sont gravées.

18:01 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/03/2008

Complément d'information : INAUGURATION OFFICIELLE DU MEMORIAL EN L'HONNEUR DU PILOTE AMERICAIN "BOB" MERCER ET DE SES 8 COMPAGNONS D'EQUIPAGE

Voici un complément d'information déjà préannoncé dans l'avis initial ci-après : Lettre de Monsieur le Bourgmestre et Echevins, datée du 18 mars 2008 " Mémorial de Kain la Tombe - Inauguration du 22 mai 2008".

Cher Monsieur,    Nous avons le plaisir de vous informer que le Collège Echevinal a décidé de patronner la cérémonie d'inauguration de la stèle commémorative au pilote américain Robert Mercer, le 22 mai à 10.30 h.     Le Collège sera représenté à cette manifestation du Souvenir par Monsieur le Bourgmestre Christian Massy et les Echevins qui le souhaitent.     Monsieur le Bourgmestre prononcera un discours au cours de cette inauguration.     Une gerbe sera déposée au nom de l'Administration communale.     Une réception sera offerte par l'Administration Communale sur le site de l'école communale des Apicoliers au terme de cette manifestation. (...)

-L'Ecole des Apicoliers se trouve à la rue des Ecoles à quatre cents mètres de l'église de Kain la Tombe ... ou une marche de 6 à 7 minutes.

Toutes les personnes, voulant rendre hommage, en même temps que nous, à la mémoire de ces courageux jeunes aviateurs américains, sont donc les bienvenues.   Invitation à tous.                         Jacques De Ceuninck  -  La Lorgnette

AVIS INITIAL 

En date du jeudi 13 mars 2008, le Collège des Bourgmestre et Echevins de la ville de Tournai a rendu officielle la date du 22 MAI 2008 comme jour de l'inauguration du mémorial, érigé en souvenir du sacrifice du jeune pilote américain, Robert V. MERCER, resté aux commandes de son quadrimoteur B-17G en feu, afin d'éviter l'écrasement sur Tournai, l'église de Kain-la-Tombe, la petite école et les maisons environnantes, qui aurait entraîné une épouvantable catastrophe humaine.

Les cérémonies, sous le patronage de la Ville de Tournai, débuteront au pied du mémorial, face à l'église de Kain-la-Tombe à 10.30 heures en présence de nombreuses personnalités civiles, militaires, patriotiques, belges et américaines.

La régionale du Tournaisis des "Médaillés et Décorés" avait eu, en mai 2005, l'immense honneur de recevoir et d'honorer un des 7 survivants de 1945, l'opérateur-radio LYLE GRAESSER, âgé à ce jour de 87 ans.

D'autres précisions suivront rapidement. 

Les photos : 1/ le valeureux et malheureux pilote  - 2/lui-même et son équipage deux mois avant la catastrophe.

B-17G-KAIN-Robert MERCER Pilote n°1 du B-17 - KAIN
Mercer's crew1 - Test PHOTO
Jacques De Ceuninck " La Lorgnette"

 

11:18 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/03/2008

Jean-Marie Delmotte,Grand Chancelier National

C'est par un score à la soviétique que l'assemblée générale nationale de ce 08/03/08 a élu notre ami Jean-Marie Delmotte au poste de Grand Chancelier National  ; c'est ainsi le deuxième tournaisien qui, en peu de temps, accède au Comité National.

Nous lui souhaitons un long et fructueux mandat en lui adressant encore toutes nos amicales félicitations.  

C'est très volontiers que ses amis tournaisiens accepteront le verre de l'amitié qu'il ne manquera pas de leur offrir à l'occasion de cette importante promotion...

La nouvelle a aussitôt envahi les rédactions comme d'habitude...

 CNN NEWS...tvbbcdr45nsxhwz45jq3dfqqkD901858

DELMOTTE_JM_-_GD_CHANC._NATL

Jean-Marie Delmotte

15:27 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

2008 - 8 mars - EN ROUTE POUR CHARLEROI - Assemblée générale statutaire nationale -

Ce samedi 8 mars a eu lieu à Charleroi, l'assemblée générale statutaire nationale des Médaillés et Décorés de Belgique.

La rédaction de "LA LORGNETTE" et ses divers correspondants en mission se coupent en 4 pour vous, chers membres et amis de partout des MEDAILLES et DECORES DE BELGIQUE,

LES PHOTOS DE CES MOMENTS INOUBLIABLES ?   VOIR LE BLOG  !

Mais déjà, afin de vous mettre l'eau à la bouche ...

Clin d'oeil Notre voyage vers "LA GARENNE" à CHARLEROI, près du bien connu "Spiroudôme", pour l'importante "Assemblée générale statutaire nationale",  se passait, on ne peut mieux. Dans la seconde voiture de notre ami André, nous suivions notre premier véhicule ... Certes, Mr de La Palice en aurait dit autant mais aurait utilisé le mot "carrosse". C'est bien normal ; à un moment donné, nous sommes entrés dans l'importante agglomération carolo.  Notre voiture n°1 : une Mercedes ! On la suivait ; pour tout vous dire : virage à gauche, virage à droite, revirage à gauche, Noon, à droite ! j' te dis qu'c'est à gauche etc. etc. 

TOUT A COUP, peut-être un miracle mais surgissant de mon subconscient, y enfoui depuis des années, allez savoir pourquoi ? : un "FLASH" ! Je me suis retrouvé pendant quelques minutes ... en 1945 à Warchin, mon village natal au NE. de Tournai. J'étais dans mon école des garçons où maintenant, il y a le "Comité de Quartier" ; je me suis vu sur l'estrade, face à mes condisciples dont quelques-uns essayaient de me faire rire, mon dos au tableau noir, le bureau  de mon toujours regretté instituteur Abdon Vanoverschelde, à ma gauche. C'était l'heure de la "Déclamation" comme on disait à l'époque. Sur un petit signe de la tête du "mait' d' école", je m'étais courageusement lancé vers ...

LES DEUX CHEMINS

"Un enfant au bout d'une route -  trouva tout à coup deux chemins. -  Il s'arrêta, rempli de doûte,  -  roulant son châpeau dans ses mains.  -  Sur un arbre, une planche étroite  - portait une inscription peinte en noir. -   Fallait-il prendre à gauche, à droite  - ou bien rester là jusqu'au soir ?  -  Mais l'enfant ne savait pas lire.  -  Il eut beau se gratter le nez, -  la planchette ne put lui dire : -  C'est par ici, petit, venez ! ..."

 Moralité :

Quand te prinds un GPS  -  dins eine Mercedes  -  et que te pinses à  l' donner à t 'nouvieau Présidint   -  pour qui t'mout' èt' kémin  -  Et qu'in pluss, su l' sièch' arrièr',  -  t'as deux passagères qui,  -  l' preumière, elle dit toudis : "A gauche" "A gauche" et l'aut', "A droite" "A droite" -  et tout chà, au même momint.  -  Et bin, quind t'es dins l'auto qui suit, -  Te peux t' dire, qu' à c'momint-là, te n'te sins po bin et t'as comm' eul coeur malate !  -  Heureus'mint, qu' dins no' cariole  - notre chauffeur , notre André, au bout d'une route, trouva tout à coup deux chemins.  -  Il s'arrêta, Neooon ! Il RALENTIT, rempli de doûte ... Neooon ! SANS aucun doûte, et raconta :

"T'in fais po ! Dins l' Mercedes, i zéont un GPS  -  Qui a comme marque un néom comme "Gamin",  -  Ch'est l'machin d' not' nouvieau Présidint. -  Mais avec chà, qu'on dit c' qu'on veut, mais i roul'tent tout à leu' zaise ..."

N'impêche ! Comme chà, on est arrivés tertouss' ... in beonne santé.  On étéot tellmint contints qu'on a laissé eul portchière tout grant' ouvert' ! Et ch'est quelqu'un d' Charleroi qui est v'nu l'dire. I aveot même déjà sonné à l' polisse mais i n'ont pas du v'nir pasque Guy qui est chef là-d'dins,  i leu' za dit que ch' nétéot rien - Booooh ! Pour chà, n'tins fais poooos !  - On va aller à l' réuniéon national' et après, minger in morcieau et boire in keop ! Et après chà, on r'viendra vir' les Tournisiens.

Et mi, dins c' touillache ? Et beh, j'espère bin qui n' m'in voudreont pos, sineon pou' m' plache à "LA LORGNETTE" chà sint monvais ! Triste

Chers amis des "Médaillés et Décorés" de Belgique, de France et de Navarre, j'ai voulu "ressortir", juste pour cette gentille anecdote, notre bon vieux picard du Tournaisis. Il n'y a pas que le "Ch'Ti du Nord" de nos amis de France ! HEEEIN ! Certes, certains n'assimileront qu'imparfaitement, notre accent savoureux ; qu'ils nous pardonnent. Nous aussi, nous sommes avides d'entendre un peu de leur patois lors de prochaines réunions.

J'ose croire, qu'avant d'apprécier la magnifique série de photos dans ce blog, vous aurez pardonné mon intrusion ... linguistique.

 Jacques DCK "La Lorgnette"

15:15 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Jean-Jacques Viseur membre des médaillés et décorés de Belgique

 

Le Bourgmestre de Charleroi , ancien ministre des finances et député fédéral,
Mr Jean-Jacques Viseur, était présent lors de notre assemblée générale de ce 08/03/08 et séduit par l'action et l'idéal de l'association a tenu à s'y affilier séance tenante.

 

DSC09572

15:14 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Assemblée Générale nationale du 08/03/08 à Charleroi

 

 DSC09539

L'assemblée générale nationale de l'association s'est tenue ce 08 mars 2008 à Charleroi et était organisée par notre Président provincial Guy Misson et sa dynamique équipe .

De nombreux participants, venus de tout le pays, ont particpé à cette AG. 

Dès 10 h, le président Coelembier ouvrit la séance et aprés la minute de silence en mémoire des membres disparus et l'hymne national, il présenta les comptes de l'association dont le commissaire aux comptes André Lebailly certifia l'exactitude ; il  fit ensuite rapport des activités de l'année écoulée.

Les membres du comité furent reconduits dans leurs fonctions et le Président passa ensuite à l'élection du grand chancelier national ; un seul candidat restait en lice, à savoir le tournaisien Jean-Marie Delmotte.

Celui-ci recueillit, sans aucune difficulté, le quorum requis et fut donc installé dans ses fonctions, après avoir été chaleureusement applaudi par l'importante délégation tournaisienne, un peu chauvine sur les bords...

N'oubliant pas l'aspect philanthropique de l'association, le Président national remit au représentant de l'ASBL Siloé de Charleroi, qui s'occupe des enfants placés, un chèque de 500 € 

 Le Bourgmestre de Charleroi, Jean-Jacques Viseur,  tint à honorer notre assemblée de sa présence et fut particulièrement impressionné par l'hymne des médaillés, composé par notre ami Patrick Bulion qu'il félicita chaleureusement.

Mr Viseur tint à adhérer aussitôt à notre association. 

L'assemblée se clôtura par le traditionnel drink avec toast au Roi avant que les participants ne passent à table pour un copieux repas, agrémenté d'une animation musicale de qualité au cours de laquelle le commissaire Asselman nous surprit tous en démontrant des talents de chanteur insoupçonnés ( what a wonderful world ...)

L'assemblée générale de 2009 se tiendra à Ypres.

Photos : Jacques De Ceuninck " La Lorgnette" sauf mentions spéciales

DSC09542
Le comité et les drapeaux

DSC09546
L'assistance avec notamment nos amis français menés par Gustave  Desomberg à gauche, Louis Dufossé et Régis Goret   -   Deuxième à partir de la gauche : notre secrétaire-trésorier Jean-Marie Delmotte sur des charbons ardents dans l'attente de son élection...

DSC09550
André Lebailly (commissaire aux comptes)

DSC09551
Yves Asselman et Norbert Somvil

DSC09553
La remise du chèque de 500 € à l'ASBL Siloé qui s'occupe des enfants placés par le juge

DSC09557
Mr Viseur, bourgmestre de Charleroi

DSC09560
Le comité écoute l'hymne des médaillés

DSC09563
Mr Viseur félicite Patrick Bulion

DSC09567
le Président national devant les drapeaux

DSC09570
Photo de groupe des participants

DSC09572
Mr Viseur signant son acte d'affiliation à l'association des médaillés sous le regard attentif du Président national

DSC09576
Comme d'habitude, notre ami Norbert Somvil fit montre de ses talents de poète

DSC09581
photo de famille pour nos amis policiers de tout le pays...

DSC09574
notre "rédacteur en chef" grand reporter, entouré de ... son équipe personnelle de futsal... Embarrassé Hum !

Photos ci-dessous : Guy Misson

 P1010103 FRC

Marie Thérèse Sixte aux petits soins avec ses hôtes français Régis Goret, Gustave Desomberg et Louis Dufossé à droite.

P1010164 FRC

Mr Gustave Desomberg Président de la régionale Nord France

 P1010165 FRC

Louis Dufossé

P1010155 Mr.Asselman chante

P1010137

P1010140

P1010129

P1010120

 

P1010096

une porte trop étroite pour l'imposante carrure du président de la régionale du Tournaisis ?

DSC09570

P1010163 FRC à droite

P1010151 Mr.Asselman chante

"What a wonderful world..." sung by Mr Asselman ! Thank you, Sir ! Actually that was wonderful and ... too short !Clin d'oeil

 P1010166

Ubi tu Gaius  Ego Gaia !

P1010156

P1010125

P1010124

P1010115

Mr et Mme Fernand Antoine (ancien Sénateur Bourgmestre de Gerpinnes )

P1010099

 

15:09 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/03/2008

Conseil d'administration 2008 de la régionale du Tournaisis

Conseil d’administration de la

Régionale du Tournaisis – 2008

Président régional   

Masy Christian    8, Rue Massenet         7500-Tournai     0478 333009  

Vice-Président  Chancelier      

Pirard Félicien  43, Chée Montgoméry     7611-La Glanerie  069 64 88 30
                                                          

Vice-Président    

Pochart Jean-Philippe   47, Rue Childéric 7500-Tournai       069 76 66 08

Secrétaire-Trésorier - Grand-chancelier national

Delmotte Jean-Marie  Rue Machin, 327  7531-Havinnes  069 54 83 04

Administratrice honoraire  Madame Monique Callaert-Monart

Administrateurs     

Lebailly André     Rue Duquesnoy  27   7500-TOURNAI  Responsable du protocole et des relations avec les autorités civiles 

Scyeur Richard    Rue du Nord 37        7500-Tournai    Responsable du protocole et des relations avec les autorités militaires.

Spriet Guy   Porte-drapeau  Résidence Vert-Marais 25       7540-Kain

Geets Pol     Porte-drapeau

Debrauwere Dominique

Lecrit Daniel

Bulion Patrick

De Ceuninck Jacques    Résidence des Peupliers 66   7500-Tournai      069 21 03 77      Secrétaire de rédaction de "LA LORGNETTE"

       Adresse courriel       MDBTournai@hotmail.com

16:56 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/03/2008

Le Drapeau Belge



 

 Les deux premiers drapeaux belges ont été cousus par Madame Abts-Ermens (originaire de la ferme In Voscapel, à la chaussée de Louvain)fin août 1830 pour remplacer les étendards français accrochés sur l’Hôtel de Ville de Bruxelles

 


 

La nuit du 26 août 1830, c'est à l'Hôtel de Ville que sort le premier drapeau belge. La révolution éclata après une représentation de l'opéra la Muette de Portici d'Auber qui eu lieu la veille à la Monnaie de Bruxelles. "Amour sacré de la Patrie" chanté met le feu dans les esprits et l'insurrection révolutionnaire se déclenche. Le 23 septembre, les troupes hollandaises envahissent Bruxelles mais elles sont repoussées autour du parc de Bruxelles. La Brabançonne y est chantée. La nuit du 26 au 27, les Hollandais battent en retraite. Le 4 octobre, l'indépendance est proclamée. La monarchie est ensuite choisie et Léopold Ier de Saxe Cobourg Gotha prendra sa place sur le trône.


C’est le journaliste Edouard Ducpétiaux qui les a commandés. Pour cela, il a repris les couleurs utilisées lors de la révolution ‘brabançonne’ (version 1)

En 1789-1790, ces couleurs ont été utilisées, non parce qu’elles étaient celles du drapeau Brabançon, mais parce qu’elles étaient celles du régiment du Général Van der Mersch.

Les couleurs du drapeau belge sont noir-jaune-rouge, celles du drapeau roumain bleu foncé-jaune-rouge.

En 1830, le drapeau allemand n’existait pas puisque l’Allemagne a été créée en 1870 dans la Galerie des Glaces à Versailles. Les couleurs de la Prusse étaient noir-blanc, celles de la Bavière blanc-bleu. Ensuite, les couleurs de la nouvelle Allemagne étaient encore noir-blanc-rouge. Léopold  Ier est de Saxe, l’Allemagne n’existant pas en tant que telle à l'époque.

La disposition horizontale des couleurs nationales peut surprendre un visiteur non averti. Il faut se souvenir que le 26 août 1830, le premier drapeau belge arboré à l’Hôtel de Ville de Bruxelles reprenait dans ce sens les couleurs des patriotes lors de la Révolution brabançonne de 1787-1790 : rouge (en haut), jaune et noir. Cet emblème combinait les couleurs des écus du Brabant, de Flandre, de Hainaut et de Namur.
Le 23 janvier 1831, un arrêté du Gouvernement provisoire adopta la disposition verticale, où le rouge est placé du côté de la hampe. Quelques mois plus tard, une dépêche du ministère de l’intérieur inversera l’ordre des couleurs …
[lire E. Fivet, Les drapeaux de 1830-1831 - Namurcum, n° 1, mars 1925, pp.1-5]

Drapeau de la Belgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Drapeau de la Belgique
Drapeau de la Belgique
UtilisationDrapeau d'État et de guerre
Proportions13:15
Adoption12 octobre 1831
ÉlémentsTricolore de bandes noir, jaune et rouge de même taille
 Drapeau civil et pavillon civil (Ratio 2:3)
Drapeau civil et pavillon civil (Ratio 2:3)
 Tricolore datant de 1830 répartie horizontalement
Tricolore datant de 1830 répartie horizontalement
Couleurs dites « de la Révolution brabançonne » (1789)
Couleurs dites « de la Révolution brabançonne » (1789)

Le drapeau de la Belgique est composé de trois bandes verticales noire (coté de la lance), or et rouge. L'article 193 de la Constitution (version 1994) mentionne les couleurs, les armes et la devise nationale : "La Nation belge adopte les couleurs rouge, jaune et noire, et pour armes du Royaume le Lion Belgique avec la légende : L'UNION FAIT LA FORCE."

Sommaire

[masquer]

Histoire du drapeau [modifier]

À la suite de la représentation de la Muette de Portici, le premier drapeau déployé le 25 août à Bruxelles après les manifestations du Théâtre de la Monnaie fut le drapeau français[1] . Il fut confectionné à partir des rideaux de l’appartement du rédacteur en chef d’un journal pro-hollandais qui avait été détruit par les révolutionnaires belges[2].

Ce drapeau fut placé sur l’Hôtel de Ville, mais le 26 août Édouard Ducpétiaux l’enleva et le substitua par le drapeau brabançon décoré de la croix de fer[3] . Le 28 août, à la demande de Lucien Jottrand, Ducpétiaux se rend vers la Grand-Place, et à quelques pas de là, au coin de la rue de la Colline, entre dans le magasin d'aunage des époux Abts por y demander la confection de deux drapeaux. Marie Abts confectionne sans tarder ces drapeaux composés de trois bandes de mérinos, placés horizontalement. Le premier ira flotter à l'Hôtel de Ville à la place de l'étendard français ; le second est pris en charge par un ami de Ducpétiaux, Alexandre Vanhulst, afin d'être brandi à la tête de la première compagnie de la Garde bourgeoise et de rallier le peuple bruxellois à la cause nationale.

La mythologie patriotique veut que ce drapeau tricolore, repris en 1830, ait déjà été celui de la révolution brabançonne de 1787-1790.

En réalité les drapeaux utilisés lors de la Révolution brabançonne étaient ornés d’armoiries, de figures religieuses ou allégoriques[4] . Pas un seul drapeau à bandes « noire-jaune-rouge » n’est mentionné dans les inventaires des emblèmes pris par les Autrichiens lors de la reconquête des États-belgiques-unis[5].

Le drapeau qui remplace alors le drapeau français n’est pas directement inspiré de celui de la Révolution brabançonne ; mais les couleurs brabançonnes ont inspiré Lucien Jottrand, avocat et journaliste à la rédaction du Courrier des Pays-Bas, pour l’élaboration d’un nouveau drapeau.

Il est intéressant de remarquer que pour une Révolution, qui est par définition une rupture, les Belges ont voulu voir dans ce drapeau national la renaissance d’une bannière plus ancienne, même si elle n’a aucune réalité historique, ce qui en dit long sur la récupération idéologique du passé dont la Belgique est friande en ce début de régime pour légitimer historiquement son existence[6].

Quoiqu’il en soit le 30 septembre, le gouvernement provisoire adopte officiellement le drapeau national, imité bientôt par le Congrès national et le 30 octobre toute l'armée, y compris les Gardes urbaines, est tenue de porter la cocarde nationale noir-jaune-rouge. Quelques mois plus tard, un arrêté du gouvernement provisoire du 23 janvier 1831, décrète la disposition verticale des couleurs, le rouge à la hampe. Le 7 février le drapeau national fait l'objet d'un article de la Constitution, et, le 12 octobre, sous l'impulsion du département de la marine qui veut faire concorder le pavillon maritime et le drapeau national, le noir vient à la hampe.

Description [modifier]

Le drapeau belge se compose de trois bandes d'égale largeur, noire, jaune et rouge, placées verticalement, et de proportions telles que la longueur du drapeau est à sa hauteur comme quatre est à trois.

L'ancienne disposition horizontale des couleurs fera une dernière fois son apparition vers septembre 1832 lorsqu'un arrêté royal octroie des drapeaux d'honneur, non destinés à être arborés, à cent communes qui s'étaient distinguées lors de la libération du territoire. Ces drapeaux commémorant les journées de 1830 respectent logiquement la disposition horizontale primitive des couleurs : trois bandes verticales noir, jaune et rouge.

Les couleurs du drapeau belge sont celles de l'écu de l'ancien duché de Brabant. Il représentait un lion d'or (jaune) sur fond de sable (noir), griffes et dents de gueules (rouge).

Sources [modifier]

  • J. Cuvelier, Le drapeau de la Belgique, Bruxelles, 1927, dans le Bulletin de l'Académie de Belgique, 5e série, tome XIII, pp. 234-260.
  • A. de Guerlache de Gomery, Comment naquit notre drapeau, dans Revue belge, n° spécial de septembre 1930.
  • L. Lecomte, Comment naquit notre drapeau, dans Carnet de la Fourragère, 2e série, n° 6, pp. 481-493.

15:34 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/02/2008

1830 la première médaille belge non officielle

La 1ère médaille non officielle (1830)



" Pendant qu'on se fusillait dans les rues de Bruxelles, Parent, chef de volontaires, faisait couler en plomb de lugubres insignes, des têtes de mort sur des os passés en sautoir.
Et quand les combats de septembre furent finis, on se plut à aplatir les balles ramassées dans les rues pour écrire dessus
" Plomb provenant des balles tirées sur le peuple belge "

Extrait de Camille Picqué, " La Médaille ",
paru dans l'Illustration Nationale n° 3 du 15 février 1880


Cette décoration, qui est de plomb et coulée, étaient portée par les volontaires belges qui combattaient à Bruxelles pendant les journées des 23, 24, 25, 26 et 27 septembre 1830 et particulièrement par les volontaires du corps commandés par M. Parent, ancien sous-officier français, sous les ordres du général Mélinet.
Monsieur Parent était attaché au quartier-général.
Il allait lui-même, à cheval, chercher ses décorations chez M.Fonson, qui les coulait lui même pendant le combat.
Il les distribuait aux volontaires qu'il commandait.

extrait de
Histoire numismatique de la Révolution belge de Guioth
écrit en 1844


Fonson était un fabricant belge de médailles réputé,
maison reprise par Fibru au 20e siècle.

source : site des arquebusiers de Visé

17:49 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/02/2008

Le dormeur du val

LE DORMEUR DU VAL

image2

C'est un trou de verdure où chante une rivière,

Accrochant follement aux herbes des haillons

D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,

Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,

Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,

Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,

Pâle dans son lit vert où la lumière pleut

.Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme

Sourirait un enfant malade, il fait un somme :

Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;

Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,

Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

 

Arthur Rimbaud

17:18 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

18/02/2008

JM Delmotte seul candidat Grand Chancelier National !

 

tjukvgtehbmjepkqfdqjfjp45J6375451

 

SURPRISE ! Maurice Letellier vient d'annoncer qu'il se retirait de la compétition pour le poste de Grand Chancelier National; Jean-Marie Delmotte reste donc seul candidat en lice. Il lui faudra cependant recueillir conformément aux statuts les deux tiers des voix lors des élections nationales qui se tiendront à Charleroi ce 08/03/08. Vu la popularité du candidat tournaisien cela ne devrait lui poser aucun problème. Nous vous informerons bien sûr du résultat de ces importantes élections.

 

16:18 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/02/2008

Notre défunt Roi ALBERT 1°

SOUVENONS - NOUS

ALBERT 1° - Roi des Belges - TIMBRE 50c. images

           CE 17 FEVRIER 2008, 74° ANNIVERSAIRE

                   DE LA MORT ACCIDENTELLE DU ROI ALBERT 1°

                         DANS LES ROCHERS DE MARCHE-LES-DAMES

ALBERT 1° - Hommage 74° Anniv. de + - DSC09453
ALBERT 1° - Hommage 74° ANNIV. de + - DSC09459

TOURNAI - Avenue Leray près Place Crombez - ce dimanche 17 février 2008 - Hommage au Roi Albert 1° - Dépôt de gerbes de fleurs au monument par Mr Louis Menet de la "Fédération Royale des Vétérans du Roi Albert 1er" et par Mr l'échevin Leclercq "Administration communale de Tournai" en présence des représentants et drapeaux des diverses associations patriotiques.                         Photos : J.DCK - La Lorgnette

09:50 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/02/2008

Gilberte Tilly citoyenne d'honneur de Chièvres

Chièvres : Gilberte TILLY, citoyenne d’honneur de sa ville natale - 18/01/08 Suggérer par mail Convertir en PDF Version imprimable

 TILLY Madame pendant_son_discours - BLOG-E-MAIL _Après un retour acclamé des camps de la mort il y a plus de 60 ans, Gilberte Tilly était à nouveau accueillie avec chaleur hier à Chièvres. Devant une salle du conseil bondée, l’ancienne résistante et prisonnière de Ravensbrück a livré son émouvant témoignage avant d’être faite citoyenne d’honneur de sa ville natale.

Gilberte Tilly est membre de notre société et l'on se souviendra qu'il y a quelques mois le musée d'armes de Tournai et son conservateur Mr R. Pitot inauguraient une vitrine relative à Mme Tilly dans les salles consacrées à la Résistance .

Mme Tilly est notamment chevalier de la Légion d'Honneur. 

TILLY - Musée - 2007 - Tournai_-..TILLY - Musée - 2007 - DSC08591

Tournai - Musée Royal d'Armes et d'histoire militaire - Inauguration de la vitrine consacrée à cette valeureuse Résistante - 11 septembre 2007 - A gauche : Mme TILLY lors de son allocution - A droite : Mme Tilly répond aux nombreuses questions sur ses années de captivité.

16:28 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

24/01/2008

28.1.1945 - 28.1.2008 - IN MEMORY OF - EN MEMOIRE DE "Bob" MERCER - USAAF :

Le 28 janvier 1945, en début d'après-midi s'écrasait à Kain-la-Tombe près de l'église et de la rue Pierre, un quadrimoteur américain en feu. Le jeune pilote, Robert "Bob" MERCER, sacrifiant sa vie, resta aux commandes, permit aux membres de son équipage de sauter sur les toits enneigés de Tournai et évita une épouvantable catastrophe pour la population sur les limites Tournai - Kain-la-Tombe.

VOIR NOTRE BLOG " Les Médaillés et Décorés reçoivent et honorent un aviateur américain"   et   "LA LORGNETTE N°7".

En hommage à ce sacrifice, tombé dans l'oubli le plus total, nous avons introduit un dossier très complet auprès de Monsieur le Bourgmestre Massy et le Collège communal de Tournai, demandant la construction d'un mémorial.

En décembre 2007, notre demande fut acceptée et transmise aux services compétents de notre administration communale. A la mi-janvier, nous avons accompagné des responsables du service des "Travaux" près de l'église de Kain-la-Tombe où sera érigé ce momument, constitué d'acier, spécialement traité et de pierre bleue. Les premiers travaux concernant la dalle en béton, l'aile stylisée et la gravure de la pierre vont commencer d'un jour à  l'autre.

Les cérémonies d'inauguration, en présence des autorités civiles, patriotiques et militaires, sont prévues pour le mois de mai 2008. 

Vous serez tenus avisés de l'avancement de cette tâche.  Ci-dessous quelques images - souvenirs et une photo "vue d'artiste" simplifiée, montrant le futur mémorial.

B-17G_-_Mercer-His_crew_-_E-MAIL et BLOG MERCER - Mémorial - VUE_ARTISTE - E-Mail

                                                                 EGLISE DE KAIN-LA-TOMBE 

                                                     Photos - Dessin : Jacques De Ceuninck - "La Lorgnette"

15:37 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/01/2008

J-C Quevauvillers Président de l'Interassociation patriotique de Tournai

 

Lors de l'assemblée générale de ce 20/01/08 de l'Interassociation patriotique, Mr Jean-Claude Quevauvillers membre de la régionale du Tournaisis des Médaillés et Décorés  a été élu Président de cette association.

Mr Philippe Hespel également membre des Médaillés a été élu aux fonctions de Vice Président.

Nous leur adressons nos plus vives félicitations.

Notre Président Mr Christian Masy et son épouse relevaient de leur présence cette assemblée générale.

MEDAILLES et DECORES - JC. Quevauvillers ( BLOG et E-Mail ) 6 nov.2004_055

  Mr Jean-Claude Quevauvillers et le Président national G. Coelembier

17:43 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/01/2008

Dernière minute : Jean-Marie Delmotte candidat !

 

DRAPEAU - BELGIQUE.gif

La nouvelle vient de tomber, Monsieur Jean-Marie Delmotte, secrétaire-trésorier de la régionale du Tournaisis, vient de poser sa candidature pour le poste actuellement vacant de Grand Chancelier National.

           AG provinciale 011

                                                Jean-Marie Delmotte

Monsieur Delmotte est membre sympathiquement connu et la cheville ouvrière du comité de la régionale du Tournaisis depuis de nombreuses années. Enseignant pensionné et commandant de réserve honoraire dans les chasseurs à pied, il est titulaire de nombreuses distinctions honorifiques .

Il s'est investi dans de nombreuses associations patriotiques ou autres et notamment dans le "Relais de la mémoire".

Lors des élections qui se tiendront à l'occasion de l'assemblée générale nationale du 8 mars 2008 à Charleroi, il aura pour concurrent, déjà déclaré, Monsieur Maurice Letellier.

Nous souhaitons bonne chance aux deux candidats.


 

 

09:47 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

14/01/2008

Historique de l'association

BREF HISTORIQUE DE L’ASSOCIATION.

 

Sous le règne de S. M. le Roi Léopold I fut fondée à Bruxelles le 3 décembre 1865 l’Association Philanthropique des Décorés et  Médaillés pour actes de courage et de dévouement.

 Depuis sa fondation, l’association décerna des distinctions honorifiques et des décorations pour actes de courage et de dévouement, mais ce n’est que le 21 juillet 1867 que l’Etat décerna officiellement les distinctions honorifiques sous le nom de « Décorations civiles ».

 Le 7 septembre 1875, S. M. le Roi Léopold II décida d’offrir un drapeau à l’association.

La cérémonie eut lieu le 25 septembre 1875 : à 13 heures, un cortège fastueux quitta l’Hôtel de Ville de Bruxelles avec à sa tête Messieurs J. ANSPACH, Bourgmestre de Bruxelles et Président d’Honneur, V. VAN PARIJS, président, et J. DEVAUX.

 Le cortège était composé d’un grand nombre de membres, parmi lesquels d’anciens volontaires de 1830, et de différentes délégations des Sociétés de Médaillés venues des Provinces.

 A13 heures 30, dans le Palais Royal, S. M. le Roi Léopold II remit en personne le drapeau à l’association.

Par Arrêté Royal du 2 juillet 1893 furent ajoutées les mentions « Don du Roi » et « Association Royale » sur le drapeau.

 Ce premier drapeau historique a été, sous la Haute Protection de S. M. le Roi Baudouin I, offert officiellement le 7 décembre 1974 à 10 heures au Musée de la Dynastie.

 Le 14 janvier, l’Association put fêter ses cent ans d’existence en qualité d’Association Royale sous la Haute Protection de S. M. le Roi Baudouin I et la Présidence d’Honneur de Monsieur H. BROUHON, bourgmestre de la Ville de Bruxelles.

 L’Association a pour but : la philanthropie et le patriotisme :

a) promouvoir le patriotisme avec la devise : « Fidélité au Roi et à la Patrie »

b) récompenser les actes de courage et de dévouement avec comme devise : « Sauver ou Périr ».

Toute immixtion dans les problèmes politiques, philosophiques, religieux ou linguistiques est interdite. 

  Le 4 avril 2002, après le décès inopiné de Madame DE BONTRIDDER, Présidente Nationale, Monsieur Germain COELEMBIER  est appelé à sa succession.

Depuis cette date, le Comité National se compose comme suit :

- Président, Monsieur Germain COELEMBIER

– Grand Chancelier, Monsieur Roger DAVIN

 – Vice-présidents, Messieurs Walter CALLENS et Eugène CAPOUILLEZ

– Chancelier national, Monsieur Léonce BUISINE

– Trésorier national, Monsieur Germain COELEMBIER

– Secrétaires nationaux, Messieurs Walter CALLENS et Robert LECOMTE

 – Administrateurs nationaux pour le Protocole et les Relations Publiques, Madame Jeanine DE SCHENKEL et Monsieur Norbert SONVIL

 – Administratrice nationale pour les Cérémonies et Festivités, Madame Lucienne STEVENS.

Lors de l’Assemblée nationale statutaire annuelle, monsieur Léonce BUISINE, Chancelier National, a présenté sa démission pour raisons de santé. Il est remplacé par monsieur Guy MISSON comme Chancelier National a.i. jusqu’à la prochaine assemblée statutaire en 2006. Depuis sa fondation le 3 décembre 1865, l’Association s’est sans cesse étendue et a vu ses rangs étoffés par des membres venus de différentes provinces ; ceux-ci sont honorés pour leurs actes de courage, de dévouement et de philanthropie.

 Chaque année, un don est attribué à une noble cause.

 Nos voisins du nord ont aussi créé une section, la régionale Nederland, de même que nos voisins français disposent de la régionale Nord France.

(consulter le conseil d’administration)

Rédaction due à

Germain Coelembier, Président national

« Décorés et Médaillés de Belgique »

Heule, le 07 juillet 2005

17:45 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Blogs d'autres régionales

Nous vous transmettons ci-aprés les adresses des blogs d'autres régionales des MDB :

http://www.limburgeretekensmedailles.tk 

http://www.blog.seniorennet.be/coelembier_coelembier

 

Le National :      http://blog.seniorenraad.be:coelembier_coelembier:


Régionale Courtrai: http://blog.seniorennet.be/coelembiergermain/

 


Régionale Westland (Ypres):  http://www.everyoneweb.com/KMVDEMB/


Provinciale Limbourg :  http://www.limburgeretekenmedailles.tk/


Régionale Tournaisis :  http://medaillesdutournaisis.skynetblogs.be/

 

Bonne visite de ces sites amis .

 

autres sites

http://deveteran.skynetblogs.be

http://ronsepatriot.spaces.live.com

15:29 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13/01/2008

Liste des membres de la régionale du Tournaisis

 

MEDAILLES   et   DECORES   de   Belgique

Groupement régional du Tournaisis et environs

Klik op de afbeelding om de link te volgen

An 2008 au 15/01/08

 

  
 NomsPrénomsLocalité
1ADAMFrançoisBlaton
2ADAMJean-FrançoisPéruwelz
3ALLARDRogerEstaimpuis
4ANDRIENPierreGraty
5BAISIEUXCharlesTournai
6BARBIEREdmondFrasnes-lez-Anvaing
7BARISEAUFrédéricHoudeng-Goegnies
8Mme BARNICH FrédériqueAntoing
9BEGHINJean-MarcBarry
10BERSEZAllardRenaix
11ALLUINBertinMelles
12BEUMIERPaulCiply (Mons)
13BILINSKIFélixGaurain-Ramecroix
14BLEUZEFrançoisMouscron
15BOISDENGHIENJean-PierreBéclers
16Mme BOLOGNINIMaraTournai
17BORREMANJoëlMouscron
18BOULONGNEDidierKain
19BOURGEOISAndréTournai
20BRUNEAUAndréKain
21BULIONGérardAntoing
22BULIONPatrickBlicquy
23BUSCEMICalogeroBlaton
24CABLYNRenéRoucourt
25CALLAERTM-ChristineTournai
26CAMBIERJean-BernardTournai
27CARLIERJosephAth
28CARPREAUMarieEre
29CASAERTMauriceNéchin-Estaimpuis
30Mme CAUCHIE MichelleTournai
31CHABATMichelRonchin (France)
32Mme CLOSSETMarie-JeanneLa Glanerie
33COCHEZPatrickTournai
34COOMANSJeanEsplechin
35COPPEYChristianTournai
36COSTEPatrickWarchin
37COURTINChristopheHérinnes
38COURTOISRenaudEre
39CUVELIERJacquesMarquain
40DAGRYDanielRenaix
41DEBRAUWEREDominiqueMouscron
42Mme DECALUWEDominiqueTournai
43Mme DECARPENTRIEM-MadeleineLa Glanerie
44DE CEUNINCKJacquesTournai
45DECOTTIGNIESSergeBléharies
46DEFFOLINRaymondRumillies
47de FOERELouisRamillies
48DEFONTAINELUCTournai
49Mme DELFOSSEVéroniqueKain
50DELHAYEEricTournai
51DELHAYEMarcelOrroir
52DELMOTTEJean-MarieHavinnes
53DELPLANQUEJoséBon-Secours
54DELRUELucienBruyelle
55DELSAUTChristianTournai
56DELTENREJean-AlbertMouscron
57DELTOURDamienHollain
58DELVIGNERobertTournai
60DE METSGeertAth
61DEMORTIERAndréHérinnes
62DENAMURGérardTournai
63DENEUBOURGCamilleEsplechin
64DERAMAIXAlainFroyennes
65DERIDDERHenriAmougies
66DEROUBAIXLouisNéchin
67de SANYJacquesBruxelles
68DESAUVAGEPatrickTournai
69DESLOOVERERenéNéchin
70DESMECHTPierrickEnghien
71DORPEFrancisFroyennes
72DUBOISGérardAth
73Mme DUELZRégineTournai
74DUFAYPascalBlandain
75DUFRANEMarcTournai
76DUMONTPhilippeTournai
77DUVIVIERJeanWiers
78FAVIERJean-PaulBlandain
79FONTAINEFabienVaulx
80FRANCOISMaximeGaurain-Ramecroix
81GEETSPolGaurain-Ramecroix
82GLINEURAlbertKain
83GOEMINNEWillyWarchin
84Mme GORTSMarcelleDeux-Acren
85Mme GRAINDORGEElisabethEllezelles
86GUILLUYDanielMont-de-l’Enclus
87HESPELPhilippeTournai
88HEUSKINHarryKain
89HOORNAERTRégisMarquain
90LADAVIDGeorgesVaulx
91LEBAILLYAndréTournai
92Mme LECATGilberteTournai
93LECOCQMaxTournai
94LECRITDanielKain
95LEGENDREMarie-AngeHavinnes
96LEMAITREMarcelTournai
97LOCATELLIAlainAntoing
98LUXENJeanTournai
99Mme MAERTENSMarie-ClaudeHarchies
100MAESVincentHollain-Brunehaut
101MAHIEUVéroniqueAth
102MARBAIXJean-FrançoisSaint-Symphorien
103MASYChristianTournai
104Mme MASYLaurenceVaulx
105MAURAGEArnaudSaint-Sauveur
106MAUROITMarcelBeloeil
107Mme MONARTMoniqueRenaix
108MONDRYAndréMouscron
109MOTQUINRudiChièvres
110MOTTEMarcelTournai
111MOULAERTVincentKain
112NELLISEricMaizeret
113NEVEAndréLessines
114NISSEDanielMaubray
115NOELNoëlTournai
116OLIVIERPierreVezon
117OVENSFernandGhoy (Lessines)
118PATOUTMarcAth
119PATTEDimitriOeudeghien
120PAUWELSFrédéricRenaix-Ronse
121PETTIAUXChristopheBeloeil
122PICARELLEWalterKain
123PIRARD

Bruno

Bléharies
124PIRARDFélicienLa Glanerie
125PLOMTEUXJean-MarcPéruwelz
126POCHARTJean-PhilippeTournai
127QUEVAUVILLERSJean-ClaudeFroyennes
128REINESONChristopheBruxelles
129RIJCKBOSCHRobertRenaix-Ronse
130ROCHEZSébastienHavinnes
131SALEMBIERBenoîtMouscron
132SANTELE                     EmmanuelEstaimbourg
133SCYEURRichardTournai
134SEMETFabriceEstaimpuis
135SPRIETGuyKain
136SPRIETJean-MichelLeuze
137STREELRogerLa Glanerie
138TAEKE       (+)PhilippePéruwelz
139TAEKEPierreJollin-Merlin
140THEYSJean-PaulTournai
141Mme THIRYMarie-FranceKain
142Mme TILLYGilberteRamegnies-Chin
143URBAINAlainSt Michel en l’Herm
144VALERIOGiuseppeTourpes
145VANBOQUESTALEmileEre
146VANCOPPENOLLEGeorgyOrroir
147VANCOPPENOLLEThierryOrroir
148VANDEN BROECKYvesTempleuve
149VANDERMEERSCHFrankMouscron
150VAN HULLEJoséTournai
151Mme VAN LIERDESimoneLessines
152VAN LONBERGHENChristianTournai
153VAN WALLEGHEMSandraGaurain-ramecroix
154VERTENOEUILMarcelTournai
155VEYMIERSJoséMater lez Oudenarde
156Mme VOETMarie-AngeKain
157WERONEtienneTaintignies
158WERYEtienneTournai
159WILLOCQRenéGaurain-Ramecroix
160 WILMOTTEAlphonseRamegnies-Chin
   

08:55 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/01/2008

Prix des décorations et insignes sociétaires

COMMANDE  -  BESTELLINGLe / De   : 
Expéditeur - Afzender  :
Suivant prix au 01-10-2006  -  Volgens prijslijst van 01-10-2006
Désignation Prix unité Quantité Total
BenamingEenheidsprijsHoeveelheid Totaal
ORDRE DE LA CROIX BELGE = ORDE VAN HET BELGISCH KRUIS
Chevalier - Riddergrand module / groot model            35,00                      -     
 petit module / klein model            25,00                      -     
 fixe-ruban / lint voor revers              5,00                      -     
Officier - Off!cierrosette sur fil / rozet op draad   18 mm            20,00                      -     
 rosette sur fil / rozet op draad     8 mm            12,00                      -     
 clips / clips                                   8 mm            16,00                      -     
Commandeur - Commandeurcroix avec cravate / kruis met cravate          125,00                      -     
 Cravate sans croix/Cravate zonder kruis            20,00                      -     
 rosette sur fil / rozet op draad     8 mm            12,00                      -     
 clips / clips                                   8 mm            16,00                      -     
Grand officier - Groot officierplaque / plaat          110,00                      -     
 rosette sur fil / rozet op draad     8 mm            12,00                      -     
 clips / clips                                   8 mm            16,00                      -     
Grand-croix - Groot kruisgrand cordon - groot lint               (*)          350,00                      -     
 plaque - plaat          110,00                      -     
 rosette sur fil / rozet op draad     8 mm            12,00                      -     
 clips / clips                                   8 mm            16,00                      -     
PALMES PHILANTHROPIQUES  =  PALMEN VAN MENSLIEVENDHEID
Bronze - Bronsgrand module / groot model            25,00                      -     
 petit module / klein model            20,00                      -     
Argent - Zilvergrand module / groot model            25,00                      -     
 petit module / klein model            20,00                      -     
Or - Goudgrand module / groot model            25,00                      -     
 petit module / klein model            20,00                      -     
Rosette - Rozetrosette sur fil / rozet op draad   18 mm            20,00                      -     
 rosette sur fil / rozet op draad     8 mm            17,00                      -     
BELGIQUE COURONNEE = GEKROOND BELGIË
Bronze - Bronsgrand module / groot model            35,00                      -     
 petit module / klein model            25,00                      -     
 Ruban/lint 37 mm            15,00                      -     
Argent - Zilvergrand module / groot model            35,00                      -     
 petit module / klein model            25,00                      -     
 Ruban/lint 13 mm            15,00                      -     
Or - Goudgrand module / groot model            35,00                      -     
 petit module /  klein model            25,00                      -     
DIVERS = ALLERLEI
Badge S.R.P.M.D.B.    -     Badge K.M.V.D.E.M.B.            19,00                      -     
Clips S.R.P.M.D.B.      -      Clips  K.M.V.D.E.M.B.              5,00                      -     
Brassard sans badge/Armband zonder badge              4,00     0
Cravate  -   Das              8,00                      -     
Brassard avec badge/Armband met badge            23,00     0
   
  
 Total   -  Totaal    :0                 -     
(*) sur commande  /  op bestelling    
Remarques /Opmerkingen

Signature - Handtekening

15:56 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

10/01/2008

2008-01.10 - REUNION A BRUXELLES DU COMITE NATIONAL

-DSC09348 - Vitrail

Ce 10 janvier s'est tenue une réunion élargie du comité national, dans les salons du prestigieux Club Prince Albert, rue des petits carmes à Bruxelles.

La régionale du Tournaisis y était représentée par Mrs Jean-Marie Delmotte, Jacques De Ceuninck, André Lebailly et Jean-Philippe Pochart.

Après approbation du procès verbal de la réunion précédente, lu par Mme de Schenkel, le dynamique Président Coelembier aborda tous les points figurants à l'ordre du jour avant de convier les délégués à un repas particulièrement convivial et apprécié de tous.

-DSC09312

le Chancelier Misson et le Président Coelembier

-DSC09313

Mrs Sonvil, Capouillez, Gilbert, Delmotte, Pochart, Lebailly et Jamoul 

-DSC09314

Mrs Delmotte, Pochart, Lebailly, Mr et Mme Jamoul

-DSC09315

Mmes Sixte et Beauval, Mrs Doyen,Rummens, Letellier, Maes, Mme de Schenkel

-DSC09316

-DSC09320

Mrs Letellier, Maes, Rummens et Coelembier

-DSC09322

Mme de Schenkel

-DSC09323

Mrs Capouillez et Sonvil


-DSC09326

Mme Sixte, Mrs Lebailly et Pochart


-DSC09327

Mmes Beauval et Sixte, Mrs Lebailly et Pochart

-DSC09329

Mrs Misson, De Ceuninck et Delmotte

-DSC09332

Mrs De Ceuninck et Delmotte

-DSC09338

-DSC09339

-DSC09341

-DSC09342

-DSC09344

-DSC09345

-DSC09350

Médaillon avec le Roi Baudouin et la Reine Fabiola

-DSC09351

le bar du Club Prince Albert

-DSC09352

Mme Sixte, Mrs Pochart, Lebailly et Misson

-DSC09353

Mme Beauval et Mr J-M Doyen

-DSC09355

Mrs Jacques De Ceuninck et J-Ph Pochart

-DSC09357

-DSC09358

Les comtes d'Egmont et de Hornes  Lamoral, comte d'Egmont, prince de Gavre, gentilhomme du Hainaut, né à La Hamaide (Hainaut) en 1522, capitaine général des Flandres - et - Philippe de Montmorency, comte de Hoornes, gouverneur de La Gueldre sous Charles-Quint, né en1524, furent décapités à Bruxelles, sur ordre du duc d'Albe, pour s'être opposés à l'autoritarisme espagnol, suite à une révolte des Pays-Bas contre Philippe II. Pour nos courageux résistants, luttant contre la barbarie nazie, ce tragique épisode de l'histoire, la mort par décapitation, s'est, hélas, souvent répété à Berlin, Cologne, Wolfenbüttel ... 

-DSC09359

Cette photo de l'église de Notre-Dame du Sablon terminait la série de petits souvenirs de cette réunion des Médaillés et Décorés du 10 janvier 2008

Photos : Jacques De Ceuninck " La Lorgnette" Mort de rire



20:04 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/12/2007

B O N N E A N N E E 2 0 0 8

 

BONNE ET JOYEUSE ANNEE 2008
Médaillés - Voeux - 2° version - BLOG ..

 

 

 

13:10 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/12/2007

Assemblée générale nationale 2006 au Club Prince Albert ( photos)

 En 2006, notre assemblée générale nationale se tenait à Bruxelles au Club Prince Albert et était organisée par la provinciale du Brabant.

DSC05075
Le Président Coelembier, entouré de Mrs Walter Callens et Robert Lecomte, présente le CD "Hymne des Médaillés et Décorés de Belgique", créé par le membre de notre régionale, Patrick Bulion "Patrick Mallory"
MED_-_Sans_titre
Les Tournaisiens au bar...( André Lebailly, Christian Masy, Jacques De Ceuninck, Marie-Thérèse Sixte et Jean-Marie Delmotte)

DSC05076

Robert Lecomte, Patrick Bulion ( auteur de l'hymne des Médaillés qui fut adopté lors de cette assemblée générale et écouté avec beaucoup d'émotion ), Jean-Philippe Pochart et Jean-Marie Delmotte

MED-Sans_titre-2

Un moment de détente au bar du club Prince Albert

Med-Sans_titre_c

Robert Lecomte, Jacques De Ceuninck, Jean-Marie Delmotte, Jean-Philippe Pochart en plein travail...

DSC05079

Après l'effort, le réconfort ! Clin d'oeil

DSC05078

11:56 Écrit par SRPMDB dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |